Le Café qui réveille l'Info

Accords litigieux, sociétés écrans, pillages… ces failles qui tuent le secteur de la pêche au Sénégal

Le secteur de la pêche constitue un des leviers les plus importants de l’économie sénégalaise. Toutefois, il connaît depuis un certain temps d’énormes difficultés : des licences de pêche accordées à des bateaux étrangers à la faible rentabilité liée à la commercialisation des produits halieutiques en passant par la vétusté des équipements des pêcheurs et les défis de la protection des espèces en voie d’extinction. Les problématiques restent sans fin.

Les licences de pêche accordées à d’autres pays tels que ceux de l’Union Européenne alimentent les débats et ressentiments pour les acteurs du secteur maritime et pour toute la société sénégalaise qui observe depuis ses plages les bateaux draguer les fonds marins. Les acteurs accusent souvent l’État de signer des contrats avec des puissances étrangères qui pillent nos ressources halieutiques. Le président de la république qui faisait face à la presse le 31 décembre 2020 est revenu sur ce que certains appellent “un bradage de nos ressources marines”. Selon lui, sur 150 bateaux dans nos eaux seuls 30 appartiennent à l’Union Européenne. Les autres navires sont les propriétés de sénégalais qui travaillent avec des étrangers, avait renseigné le président de la république face à nos confrères de la presse nationale. Cette déclaration suffit-elle à calmer les ardeurs des acteurs de la pêche ? Répondent-elles aux inquiétudes de nos pêcheurs artisanaux qui n’arrivent plus à trouver le poisson ? 

Les contours d’un contrat polémique !

Le premier accord de pêche signé entre le Sénégal et l’Union Européenne date de 1979. Il a duré jusqu’en 2006. C’est en 2014 qu’il a été transformé en accord thonier avec un volet relatif aux poissons démersaux (merlu noir) selon le site de l’Union Européenne. L’accord de pêche entre le Sénégal et l’Union Européenne constitue un élément central du réseau d’accords conclus par l’Union en Afrique de l’Ouest, qui s’étend aux États voisins de la Mauritanie, du Cap Vert, de la Gambie et de la Guinée-Bissau. Le nouveau protocole de 5 ans a été paraphé le 19 juillet 2019. Il prévoit des possibilités de pêche jusqu’à 28 thoniers senneurs congélateurs, 10 canneurs et 5 palangriers d’Espagne, de Portugal et de France, pour un tonnage de référence de 10 000 tonnes de thon par an. Il autorise également la capture de 1 750 tonnes de merlu noir par an pour deux chalutiers espagnols. Le Sénégal y gagne une contrepartie financière annuelle évaluée à 1,7 million d’euros, dont 800 000 EUR de droits d’accès aux eaux du Sénégal. Le solde de 900 000 EUR correspond à un soutien sectoriel au développement de la politique de pêche du Sénégal, notamment par l’amélioration du contrôle de la pêche, le développement de la recherche et de la collecte de données dans le domaine de la pêche et la certification sanitaire des produits de la pêche. 

Après les accords, le pillage

Si le président annonce que seuls trente bateaux appartiennent à l’Union Européenne parmi les navires qui sont dans nos eaux, leur technique d’exploitation constitue un véritable problème. Les acteurs locaux et certaines organisations de défense des espèces marines ont toujours dénoncé certaines pratiques de ses navires qui ne respecteraient pas les normes établies par notre pays comme le respect de la protection des espèces en voie de disparition. 

Même si le Sénégal a signé des accords avec l’Union Européenne, ce n’est pas le cas avec d’autres pays comme la Chine. Pourtant des organisations internationales comme Greenpeace et le Groupements des Armateurs et Industriels de la pêche au Sénégal (GAIPES) ont beaucoup dénoncé la présence frauduleuse de bateaux chinois aux larges des côtes sénégalaises. Dans un rapport intitulé “Mal de mer: pendant que l’Afrique de l’Ouest est verrouillée par le covid-19, ses eaux restent ouvertes au pillage”, GreenPeace confirmait la présence de 4 bateaux chinois dans les eaux du Sénégal alors que le gouvernement avait nié avoir octroyé des licences à des bateaux chinois. L’ONG d’ajouter que ces 4 bateaux nommés Fu Yann Yu ont obtenu en l’espace d’une semaine la nationalité Sénégalaise. Ce qui leur donne droit d’exercer dans notre océan. Cette affirmation qui jusque-là n’a jamais été démenti fait croire qu’il existe bel et bien des bateaux étrangers provenant de pays qui n’ont pas d’accord avec notre pays dans la flotte sénégalaise. Une situation devenue possible grâce à l’existence de sociétés écrans ou de prête-noms. Une tendance qui ne facilite malheureusement pas à réglementer le secteur de la pêche vis à vis des pays étrangers. 

Outre la pêche illicite, il est aujourd’hui difficile de contrôler les pratiques des bateaux étrangers dans nos eaux. Certaines organisations comme Sea Shepherd (une ONG de défense des Océans qui intervient dans plusieurs pays) dénoncent le non-respect de certaines mesures comme la protection des espèces en voie de disparition. Pour un pays comme le Sénégal, il est difficile de contrôler les exercices de ces bateaux géants en haute mer.

L’ONG Shepherd et l’Etat du Sénégal avaient fait une proposition de loi pour la protection des requins Mako en voie d’extinction. Cette proposition de loi a été rejetée par L’Union Européenne et la Chine. Ce poisson reste très prisé dans certains pays qui ne se préoccupent pas de sa survie. Cette situation montre qu’il y a des instances qui se battent et sans succès pour le Sénégal. 

Le manque d’infrastructures et de volonté politique tuent la pêche artisanale.

Au-delà des bateaux étrangers qui pillent nos ressources halieutiques, le manque d’infrastructures de bases indispose les acteurs locaux. Dans certaines villes comme Joal, Rufisque, Saint Louis, Kayar, les pêcheurs sont parfois obligés de jeter le poisson s’ils rentrent tard ou s’ils n’ont pas d’acheteurs. Les quais de pêche ne disposent pas de lieux pouvant conditionner la moisson des pêcheurs. Malgré les subventions accordées par l’Etat sur le matériel (pirogues, gilets de sauvetage, carburants,…) la pêche artisanale est à l’agonie au point d’obliger nos pêcheurs à se lancer dans l’immigration clandestine. 

A part le Port autonome de Dakar, les bateaux ne peuvent pas accoster dans d’autres villes pour approvisionner les populations en poissons, pourtant indispensable au plat national.

Le président de la république a annoncé lors de sa récente rencontre avec la presse que notre pays s’est doté d’un avion destiné à la surveillance de nos côtes. Selon lui, d’ici deux mois le Sénégal n’aura plus besoin de faire appel à la France pour surveiller nos côtes même s’il est bien stipulé dans les accords avec l’Union Européenne que le Sénégal doit bénéficier d’un appui pour surveiller ses eaux. Ce qui ne semble pas être le cas en ce moment. Toutefois, l’acquisition de cet avion par le Sénégal doit être accompagnée par une volonté étatique de revoir les accords de pêche et de mettre un terme au pillage de nos ressources halieutiques. Cela pourrait contribuer efficacement à lutter contre la raréfaction des produits halieutiques et pourrait avoir un impact positif sur l’emploi des jeunes et ainsi diminuer l’hémorragie de l’émigration clandestine. 

L’Etat doit également penser à réinvestir les fonds gagnés grâce aux accords avec l’Union Européenne pour le développement de la pêche artisanale en dotant les pêcheurs de matériel adéquats et à la mise en place d’infrastructures de qualités au niveau des quais de pêche. 

Ismaila Seck

Les commentaires sont fermés.