Le Café qui réveille l'Info

[Contribution] Dommage, le communiqué du Ministre de l’enseignement supérieur est dégradant (Par El Hadj IDRISSA TRAORÉ)

En effet à quoi servent partout dans le monde les diplômes d’écoles? Aucune autorité étatique ne peut les interdire dans la mesure où c’est par les résultats obtenus par les diplômés sur le terrain du travail que la reconnaissance des diplômes se fait et permettant aux écoles d’être mieux côtées sur le marché.

Le Ministère doit se mettre au diapason de ce qui ce fait de mieux en ce monde c’est à dire asseoir des conditions seines en terme d’employabilité, de résultats et d’objectifs en lieu et place de poser le débat en terme de niveau académique qui en fait freine toute possibilité d’épanouissement futur pour les diplômés…. Combien sont-ils de diplômés d’état à ne jamais connaître le bonheur d’un stage d’entreprise pour ne pas dire d’un emploi.
Dans un marché concurrentiel, ce ne sont pas la privation, le blocage qui produisent la croissance mais belle et bien la seine compétitivité entre les acteurs pour créer l’émulation. Point de performance sans émulation !

Le diplôme de Doctorat est un diplôme menant le détenant à la fonction de chercheur de haut niveau et son accès est autorisé par les étudiants titulaires de Master 1 équivalent du diplôme d’étude approfondi ( DEA). Hors les termes fixés pour rentrer à une école doctorale sont restrictifs non seulement du classement et surtout de la moyenne obtenu en Master 2. Ce qui limite obligatoirement l’accès à la formation.

De nos jours, dans nos universités, de par la longueur de la formation tributaire de la disponibilité des professionnels encadrants, moult étudiants sélectionnés ne parviennent plus depuis l’instauration du système LMD ( qui comporte encore beaucoup de failles) à continuer et abandonnent pour se lancer dans le chemin hasardeux et périlleux de la recherche d’emplois presque inexistant.

Ces étudiants prédisposés génies dans le domaine de la recherche sont le plus souvent transformés, pour formations inachevées, en marchands ambulants ou autres.

C’est face au manque notoire de suivi que les écoles supérieures, sous la complicité des professeurs d’universités le plus souvent et de ceux retraités venant d’Outre Mer ou d’Outre-Atlantique proposent des écoles doctorales dans des domaines porteurs le plus souvent ignorés de nos universités classiques.



La recherche ne peut constituer un domaine classé mais bien tout un champs dynamique futuriste d’anticipation et de créativité dans des domaines spécifiques pointus touchant toutes les activités de la société. La limiter aux universités de nos jours, c’est tourner carrément dos à la création d’entreprises novatrices de progrès, de productivité et de dynamisme. Pour ce faire, il nous faut non seulement avoir un large esprit d’ouverture à l’égard de l’autrui pour pouvoir rattraper notre retard technologue et technique qui malgré la volonté des professeurs ne parvient pas à prendre forme.

Aujourd’hui, il plus que nécessaire qu’avec la mondialisation, nous vivons dans une structure géodynamique. Le géodynamisme des choses fait que tout bouge, tout évolue, tout progresse et tout changé de façon continue et perpétuelle. Celà crée un nouveau esprit d’entreprise qui fait défaut et reste incompris à notre environnement.

Les écoles supérieures privées sénégalaises, la plupart créés par des entrepreneurs sont orientées dans des domaines de formations répondant aux exigences des entreprises. Elles n’ont pas seulement pour domaine de compétences les objectifs académiques du ministère de l’enseignement supérieur, mais aussi tous les autres ministères gérant les entreprises.
Cela exige plus de flexibilité et de hauteur de la part de nos décideurs politiques ou publiques.

C’est cet aspect dégradant du communiqué du Ministre de l’enseignement supérieur qu’il faut dénoncer tant ces conséquences seront aussi dégradantes pour tous les secteurs d’activité et rétrogradantes pour notre volonté réelle de croissance économique.
Cet aspect ne tient pas compte de nombre élevé de jeunes doctorants récupérés pour leurs permettre de s’épanouir dans une société en pleine effervescence.

El Hadj IDRISSA TRAORÉ,

Professeur de Mathématiques,
Diplômé en Génie Chimique.

Les commentaires sont fermés.