Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 16 octobre 2020

1 – Emigration clandestine : Le ministre Moise Sarr dément la responsable de « Jappo » qui a fait état de 1200 migrants sénégalais arrivés en Espagne

Le Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’Exterieur n’a pas tardé à réagir à l’information diffusée ce matin sur la Rfm par Mme Awa Ndiaye interprète et responsable de l’association  de sénégalais « Jappo » basée en Espagne. Selon Moise Sarr, « il ya 1200 migrants qui sont effectivement arrivés sur les côtes espagnoles mais je tiens à préciser que ce chiffre de 1200 concerne toutes les nationalités confondues, y compris les sénégalais. Donc il faut faire attention de balancer des chiffres qui ne reflètent pas la réalité décrite par nos services sur place »

2 – La Police démantèle une bande de lesbiennes s’adonnant à la pédopornographie

Après l’affaire de la sextape tournée aux Maristes et à la cité Mixta, la police vient de démanteler un réseau de pédopornographie impliquant de jeunes mineures. D’après le journal EnQuête repris par Seneweb, trois « actrices » pornographiques, âgées entre 15 et 17 ans, ont été arrêtées. Il s’agit de M. D. qui joue le rôle de l’homme, M. S. et P. F. qui forment une bande de lesbiennes actrices dans des vidéos pornographiques en utilisant des vibromasseurs ou sextoys. P.F. présumé cerveau de ce réseau de prostitution, utilisait les filles mineures (15 et 17 ans) pour tourner des films amateurs de pornographie. Les vidéos étaient vendues à une clientèle masculine à 50 000 Fcfa. Après écoulement du produit, il remettait aux « actrices » leurs commissions.


3 – Mise à pied de la journaliste Dié Maty Fall : Yakham Mbaye DG du Soleil répond aux critiques du Synpics, du Cored et de la Convention des jeunes reporters

Les trois organisations ont publié un communiqué où elles jugent cette mesure « avilissante et disproportionnée » en ce qu’elle sanctionne dans les faits « un retard de 30 minutes à une réunion de rédaction et le refus de l’intéressée de couvrir l’actualité politique nationale, malgré l’invocation par ses soins de sa clause de conscience. »

Yaxam Mbaye a réagi dans les colonnes du journal LeQuotidien. Et se dit animé « par un sentiment de surprise, d’indignation et d’inquiétude » : « le CORED est censé être une entité de régulation, un tribunal, et dit être à équidistance. Même dans les pays de dictature, les tribunaux entendent la version du présumé coupable. Comment le CORED peut s’associer à un communiqué me condamnant sans pour autant prendre ma version en violant les règles les plus élémentaires : l’éthique et la déontologie. Il faut recouper. Dié Maty est membre du CORED et du Tribunal des pairs. Comment peut-on être juge et partie ? Il y a un membre du CORED qui m’en veut personnellement, je ne citerai pas de nom. S’ils pensent qu’ils peuvent me faire peur avec ces communiqués, c’est du vent » a répondu le DG du Soleil.  

4 – Le Pr Daouda Ndiaye lauréat du Prix de la Pharmacie Francophone 2020

L’Académie française de pharmacie a décerné son Prix de la Pharmacie Francophone 2020 au professeur Daouda Ndiaye, chef du service de parasitologie-mycologie de la Faculté de médecine, de Pharmacie et d’odontologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), a appris l’APS. Ce prix est attribué à un enseignant-chercheur de la francophonie pour récompenser, promouvoir et mettre en valeur ses activités professionnelles et ses travaux scientifiques. Professeur Titulaire des Universités et Agrégé de Parasitologie, Daouda Ndiaye succède au macédonien Emilija Janevik-Ivanoska lauréat 2019 du Prix de la pharmacie francophone.
Le professeur Daouda Ndiaye, également chef du Service de Parasitologie et Mycologie de l’Hôpital Aristide Le Dantec est à l’origine, en 2016, de la découverte du test du paludisme ‘’Illumigène-Malaria’’, jugé ‘’révolutionnaire’’.

5 – Maitre Abdoulaye Wade lance la vente des cartes du PDS ce vendredi, des cadres s’y opposent

L’activité est prévue ce vendredi à 17h mais des cadres du PDS cités par Les Echos s’y opposent. Pour ces derniers, la commission serait composée en majorité de « novices » à qui on reproche de n’avoir jamais eu la carte de membre du PDS et de ne rien connaître du fonctionnement du parti, encore moins de son implantation. De plus, ils n’auraient jamais été commissaires de parti, encore moins superviseurs.
Les contestataires ne comptent pas laisser le « Pape du Sopi » leur imposer des gens qui n’ont aucune expérience et aucun vécu au sein du PDS. Ils menacent de sortir du bois, si la direction du parti ne change pas d’orientation.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.