Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 30 Aout 2022

- Advertisement -

1- Liberia : Weah sous la pression d’accusations américaines contre des officiels

Le président libérien George Weah est critiqué à un an de la présidentielle pour sa réponse jugée insuffisante à la mise en cause par le grand allié américain de trois hauts responsables pour corruption et détournements présumés notamment.

L’administration américaine a lancé un pavé dans la mare politique libérienne en annonçant en août des sanctions contre celui qui fait office de directeur de cabinet du président Weah et deux autres hommes, qu’elle accuse de malversations. Ces incriminations remettent en lumière la corruption endémique qui afflige ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, classé en 136e position sur 180 par l’ONG anticorruption Transparency international dans son rapport 2021. (Avec La Libre Afrique))

2- Kenya : L’opposant Raïla Odinga ne contestera pas la décision de la Cour suprême

Lundi, Le leader de l’opposition kenyane Raila Odinga a a affirmé à reuters qu’il se plierait la décision de la Cour suprême. Le 22 août dernier, Raila Odinga et sa colistière Martha Karua avaient déposé une requête auprès de Cette juridiction, contestant le résultat des élections du 9 août. Lors d’une récente conférence de presse, l’ancien premier ministre kényan a réaffirmé sa confiance dans la décision de la Cour suprême, bien qu’il ait déclaré avoir gagné l’élection présidentielle qui fait débat. (Africanews)

3- Elections en Angola : L’opposition annonce qu’elle va contester les résultats

Le premier parti d’opposition en Angola, l’Unita, a annoncé mardi qu’il allait contester les résultats des élections législatives annoncés la veille et donnant le parti au pouvoir vainqueur et un second mandat au président sortant, Joao Lourenço.

L’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola « ne reconnaît pas les résultats » de la commission nationale électorale (CNE) et « déposera un recours qui aura pour effet de suspendre la déclaration des résultats définitifs », a indiqué Alvaro Chikwamanga Daniel, secrétaire général du parti, dans une déclaration vidéo enregistrée et transmise mardi à l’AFP. (Avec La Libre Afrique)

4- Mali : Le colonel Abdoulaye Maïga désigné Premier ministre par intérim

Le chef de la junte au Mali, le colonel Assimi Goïta, a désigné dimanche un autre colonel, le ministre Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim en remplacement du civil Choguel Kokalla Maïga, hospitalisé il y a quelques jours.

« Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, est désigné pour assurer l’intérim de Choguel Kokalla Maiga, Premier ministre, chef du gouvernement », dit un décret lu à la télévision d’Etat. Outre l’important portefeuille de la Décentralisation, Abdoulaye Maïga, âgé d’une quarantaine d’années, était aussi le porte-parole du gouvernement. (Avec Africanews)

5- Tchad : Plusieurs parties au dialogue national se retirent des discussions

Au Tchad, dimanche agité hier au dialogue national inclusif ouvert il y a une semaine. À l’origine la désignation du présidium qui doit diriger les travaux de ce forum censé permettre au Tchad de renouer avec l’ordre constitutionnel. Mais à l’annonce de la liste du présidium dirigé par l’ancien opposant à Déby père, Gali Nghoté Gata, plusieurs participants ont vivement protesté, certains dénoncent une supercherie et annoncent qu’ils ne participeront plus au dialogue. (Avec RFI)

6- Guinée : L’opposition mitigée après la nouvelle visite du médiateur de la Cédéao

Le médiateur dans la crise guinéenne désigné par la Cédéao a passé une semaine à Conakry. Thomas Boni Yayi a rencontré des officiels guinéens dont le président de la Transition, le colonel Doumbouya, le nouveau premier ministre Bernard Goumou. Il a aussi parlé avec des responsables de coalitions de partis politiques et des responsables de la société civile qui lui ont soumis une série de revendications. D’autres, en revanche, n’ont pas été conviés aux échanges, ce qui cause frustrations et regrets. (Avec RFI)

7- Burkina Faso : Les associations islamiques appellent au changement de comportement

Au Burkina Faso, après une rencontre avec plus de 700 imams et prêcheurs venus de tout le pays, la Fédération des associations islamiques promeuvent l’apaisement des cœurs. Dans sa déclaration, la Fédération des associations islamiques accuse les Bukinabè de tenir des discours haineux, véhéments et violents, particulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.