Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 30 Aout 2022

- Advertisement -

1- Sen’Eau : L’intersyndicale décrète 48 heures de grève

L’intersyndicale des travailleurs de la Sen’Eau dans sa dynamique d’actions, décrète 48 heures de grève, le mardi 30 et mercredi 31 août dans tout le périmètre affermé », lit on dans un communiqué.

Les travailleurs de ladite société « compte entamer, cette semaine, la deuxième phase de son plan d’action. L’ objectif « ultime est la satisfaction totale » des revendications légitimes des travailleurs ». Une décision prise suite à « l’échec des négociations et des mesures de représailles répétitives et abusives de la direction générale ».

Pour rappel, l’intersyndicale des travailleurs de la Sen’Eau tient aussi ce mardi une assemblée générale à la direction générale à Hann. Elle organise une marche nationale ce vendredi 2 septembre à 15 heures.

2- Education : Le SAES menace de perturber l’année universitaire 2022- 2023

Face à la presse ce lundi, Malick Fall et ses camarades ont accusé des promoteurs « véreux » d’avoir « revendu » des parcelles de la coopérative d’habitat dans le département de Keur Massar. Sur ce, le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) annonce un plan d’action et menace de perturber l’année universitaire 2022-2023.

« Nous avions, dans le cadre des discussions avec le Gouverneur Mohamed Fall (ex-Gouverneur de Dakar remplacé depuis par Alhassan Sall), la carte de la zone, ont-ils martelé. On savait le nombre de parcelles qui avaient été spoliés, le nombre de terrains qui restait et le nombre sur lesquels, il y avait eu constructions (ou pas encore). Ça a fait l’objet de discussions et d’un protocole d’accords. Maintenant, c’est ce protocole qui n’a pas été encore respecté ».
Sur le pied de guerre, les enseignants réclament « la restitution de la totalité des 62) parcelles où « la rentrée universitaire risque d’être très perturbée »,à t-il confié à Emedia.

3- Affaire «Force spéciale» : La voie est libre pour l’extradition de «Akhenaton»

La France et le Sénégal ont signé le 21 septembre 2021 deux textes qui renforcent leur coopération dans le domaine de la justice. Ceux-ci ont été adoptés mercredi dernier en Conseil des ministres par le gouvernement français.

Le premier est une convention d’entraide judiciaire en matière pénale et le second une convention d’extradition. «Ces deux conventions visent à établir une coopération plus efficace entre nos deux Etats en vue de lutter contre la criminalité organisée transfrontalière et l’impunité, notamment en raison des défis posés par la lutte contre la menace terroriste dans le bande sahélo-saharienne», précise le communiqué du gouvernement français repris par Libération.

À DÉCOUVRIR

Si ces deux conventions sont adoptées par l’Assemblée nationale française, la voie sera ouverte pour l’extradition de Ousseynou Seck alias «Akhenaton» ainsi que toutes les autres personnes visées par la justice sénégalaise et établies sur le territoire français.

4- Tunisie : Macky Sall rapatrie dix étudiants sénégalais en difficulté

Le Président Macky Sall a pris part au 8e sommet Japon-Afrique (TICAD), qui s’est tenu le weekend dernier à Tunis, capitale de la Tunisie. En marge de cette conférence, rapporte Senenews, le chef de l’Etat a rencontré la communauté sénégalaise vivant dans ce pays.

D’après nos confrères, Macky Sall a accédé à une importante doléance des étudiants sénégalais établis en terre tunisienne. Il a accepté, en effet, de rapatrier dix d’entre eux qui sont en situation difficile.

Le journal rapporte que la communauté sénégalaise a exposé au président de la République un chapelet d’autres doléances.

5- Réunion de l’inter-coalition Yewwi-Wallu : Les différentes candidatures à la présidence de l’Assemblée nationale au menu

Les leaders de l’inter-coalition Yewwi-Wallu se réunissent ce mardi au siège du Parti républicain pour le progrès (PRP) de Déthié Fall. Il s’agira de fixer les contours de leur partenariat à l’Assemblée nationale, suite du compagnonnage qui leur a valu 80 députés aux dernières Législatives, selon Bés Bi-Le Jour.

Selon nos confères, deux sujets majeurs vont sans doute occuper les discussions. Premièrement : quelle candidature soutenir pour la présidence de l’Assemblée nationale ? Wallu votera probablement Mamadou Lamine Thiam du PDS, le candidat adoubé par Abdoulaye Wade et, dit-on, que Sonko de Pastef entend appuyer.

Si un consensus n’est pas trouvé, l’ancien questeur de l’Assemblée nationale risque de croiser le fer avec Barthélémy Dias, voire Ahmet Aïdara, tous deux candidats pour le perchoir.

Le deuxième point principal est la constitution des groupes parlementaires. Yewwi-Wallu ira-t-elle à l’Assemblée nationale en rang serré, au sein d’une même entité ou bien l’inter-coalition choisira-t-elle de constituer plusieurs groupes ? La deuxième option serait la préférée de la majorité des parties prenantes.(Avec PressAfrik)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.