Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 28 Aout 2022

- Advertisement -

1- ABC : Un an après sa disparition, ses confidences lors de sa dernière sortie médiatique dans Quartier général de la TFM qui ont marqué sa vie

Il fallait le voir disserter avec sa légendaire et captivante éloquence lors de sa dernière sortie publique sur le plateau de l’émission du mois de Ramadan, Quartier Général (QG) de la Tfm, le 24 avril 2021

Éjecté du gouvernement, c’est un appel du Premier ministre d’alors, Abdoul Mbaye, qui lui apprend la nouvelle. « Il (Macky Sall) ne m’a jamais appelé pour me notifier mon limogeage. C’est le Premier ministre d’alors qui me l’a notifié par téléphone », confia-t-il. S’ensuit une campagne de diabolisation médiatique qui finit au tribunal.

En effet, pour justifier sa défenestration du poste de ministre des Affaires étrangères qui avait surpris plus d’un, le camp présidentiel auquel il appartenait avait lancé l’attaque savamment orchestrée dans ses lugubres laboratoires. « Dans des journaux de la place, ils ont raconté que d’après des écoutes téléphoniques réalisées par les américains, j’aurais eu des échanges avec John Obi, un trafiquant de drogue notoire. C’est pour cette raison que j’ai été éjecté », ressasse-t-il le cœur encore lourd.

« Cela m’a fait profondément mal. J’ai eu mal parce que ces mensonges venaient de mon propre camp politique et de personnes avec qui je voulais cheminer jusqu’à la fin de ma vie », regrette-t-il. « J’ai servi une citation directe à celui qui l’avait fait (Madiambal Diagne ; d’ailleurs Abc réclamait 5 milliards en dommages et intérêts ainsi que la suspension du journal Le Quotidien, Ndlr). Il (Madiambal) n’a jamais comparu. Il y a eu quand-même un jugement qui le condamnait et qui condamnait son organe à être suspendu pendant une certaine période et à me verser un certain montant comme dommages et intérêts »…, raconte ABC.

2- Mame Mbaye Niang justifie le 3ème mandat de Macky et s’en prend à Sonko

La question du troisième mandat a été remise sur la table dans l’émission Grand Jury sur la Rfm. En effet, Mame Mbaye Niang estime que « Macky Sall peut bel et bien briguer un troisième mandat« . Car, d’après le ministre chef de cabinet du chef de l’Etat, le référendum du 20 mars 2016 a déjà réglé la question.

« Ceux qui posent le problème du 3ème mandat ne le posent pas par rapport à un problème de loi. Ils le savent. Ils l’ont déjà dit. Il n’y a pas de problème de légalité par rapport à ce sujet« , a déclaré Mame Mbaye Niang qui défend le troisième de Macky Sall.

Il poursuit : « la constitution s’est déjà prononcée sur cette question depuis le référendum, quand le chef de l’Etat a voulu diminuer son mandat. Il faut aller voir l’arrêt du Conseil constitutionnel. Ceux qui veulent en débattre, ils peuvent continuer. Je pense qu’ils ne sont pas motivés par une sincérité. Ce problème est déjà réglé constitutionnellement et juridiquement. C’est un problème politique, il faut des réponses politiques. »

Il n’a pas raté l’occasion pour déclarer la guerre à Sonko et Cie. « On n’est pas aussi obligé de répondre à une stratégie des gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent ou qui ne comprennent pas…, rapporte Senego.

3- Alerte : Le fleuve Sénégal pourrait déborder à Matam dans les prochaines heures

Le fleuve Sénégal pourrait déborder à Matam (nord-est), dans les prochaines heures, si la montée des eaux se poursuit avec le même rythme qu’actuellement, a alerté le ministère de l’Eau et de l’Assainissement.

À DÉCOUVRIR

« Les données concernant le fleuve Sénégal recueillies ces dernières heures au niveau de la station hydrométrique de Matam indiquent une montée progressive qui se rapproche de plus en plus de la cote d’alerte, qui est de 08 mètres. En effet, le niveau de l’eau, qui était à 6,69 mètres le 24 août à 18 heures à la station de Matam, est monté à 7,40 mètres ce [samedi] 27 août 2022 à 10 heures », indique-t-il dans un communiqué parvenu à l’Aps.

Il avertit que ‘’si la tendance actuelle se poursuit dans les prochaines heures, des débordements du cours d’eau pourraient survenir dans cette localité’’.

« Compte tenu de ces informations, poursuit le ministère, les populations riveraines et les porteurs d’activités aux abords du fleuve Sénégal sont invités, parallèlement aux diligences que l’Etat aura à entreprendre, à observer une vigilance maximale et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour se prémunir d’éventuels dégâts qui seraient liés au débordement du cours d’eau. »

4- Hausse des prix : Le silence coupable du ministre du commerce

Alors que le monde est toujours englué dans la pandémie de Covid-19, il fait aujourd’hui face à une inflation généralisée accentuée par la guerre en Ukraine. La flambée des prix des denrées alimentaires a fini d’inquiéter les populations, entraînant des mouvements de protestation dans beaucoup de pays. Au Sénégal, même les productions locales ne sont paradoxalement pas épargnées par la hausse des prix. Une situation qui donne du tournis aux ménages qui ne savent plus où donner de la tête. Pendant ce temps, le gouvernement s’emmure dans un silence assourdissant qui risque de lui être fatal.

De plus en plus, au Sénégal on constate que les prix de certains produits locaux notamment l’oseille (Bissap), le niébé et le mil ne cessent de grimper. Les commerçants au niveau des marchés ont tendance à justifier cette hausse par la crise ukrainienne et l’inflation sur le marché international.

Interpellé sur la question, l’économiste Meissa Babou soutient que rien ne justifie cette flambée des prix de ces produits locaux. Selon lui, certains profitent de la situation
pour se faire une santé financière.

5- Mariée il y a 2 mois, Nabou Dash demande le divorce et porte plainte contre son époux et l’hôpital Principal, sa santé mentale soulève des vives discussions sur les réseaux sociaux

La patronne de Dash Clother refait parler d’elle. Mariée il y a à peine deux mois, Seynabou Kébé Diop de son vrai nom, demande le divorce à son mari M. Bergane via les réseaux sociaux.

Elle accuse ce dernier de lui avoir pris ses trois motocycles qui servaient à la livraison des produits qu’elle vend.

L’on se rappelle, il y a quelques jours, la jeune dame avait même insulté son propre père dans un live qu’elle animait.

Mais aujourd’hui ce que Nabou ne digère pas, c’est le fait que son mari, avec la complicité de sa propre mère, l’ait amené de force au service psychiatrique de l’hôpital Principal de Dakar pour une « piqûre quelconque » sans son consentement.
Se sentant donc trahie, elle promet de tout déballer sur son futur ex-mari qu’elle qualifie de « délinquant fiscal ».

Suffisant pour que les réseaux sociaux s’enflamment depuis samedi sur la santé mentale de Nabou Dash et, au-delà d’elle, sur les conséquences de la surexposition toxique sur les réseaux sociaux.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.