Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 17 Août 2022

- Advertisement -

1- Assemblée nationale : Ce qui va se passer à partir de septembre

La 13e législature expire le 14 septembre prochain. Les députés sortants devront laisser la place aux 165 élus des Législatives du 31 juillet dernier. Au préalable, ces derniers seront installés dans leur fonction.

D’après un ancien parlementaire interrogé par L’Observateur, même si aucun texte ne le stipule, les députés nouvellement élus doivent être installés le mois prochain, avant la fin officielle de la mission de leurs prédécesseurs, rapporte Seneweb.

Il dit : « Puisque le mandat de la Législature sortante arrive à terme le 14 septembre prochain, on doit programmer l’installation des nouveaux élus à cette date pour respecter la durée de mandat des députés qui est de cinq ans.»  

La source de L’Observateur ajoute que si l’installation de la 14e

Législature peut être décalée de quelques jours, par rapport à la fin officielle du mandat de la 13e, « on ne peut pas attendre jusqu’au mois d’octobre pour installer les nouveaux parlementaires ».

Toutefois, souligne le journal, le choix de la date d’installation est une prérogative du chef de l’Etat. Ce dernier doit prendre un décret pour convoquer l’Assemblée nationale pour son installation.

Après leur installation, les nouveaux députés se constituent en groupes parlementaires et procèdent à la formation du bureau de l’Assemblée nationale. Chaque groupe va faire sa déclaration politique et déposer la liste de ses membres sur le bureau du président de l’Assemblée nationale.

2- « Boycott de l’Alliance Wallu-Yewwi » : Démenti et précisons du Parti Démocratique Sénégalais

Une information a commencé à faire un tollé dans l’espace médiatique après sa publication ce mardi, salon laquelle le Pape du Sopi serait en phase de quitter cette inter-coalition Wallu-Yewwi pour faire cavalier seul et former son groupe parlementaire. Une série de raisons l’ayant conduit à  prendre cette décision.

Des affirmations balayées d’un revers de main par la chargée de la communication nationale du parti démocratique sénégalais, Nafissatou Diallo, qui regrette des agissements de tierces personnes voulant freiner la dynamique des deux entités qui n’ont d’ailleurs pas encore statué sur certains termes de leur compagnonnage au niveau de l’assemblée nationale. « Moi-même j’ai été témoin d’une audience que Wade a accordée à Ousmane Sonko. D’ailleurs ce dernier, dans un meeting avait souligné cette histoire de « fusillade de présidents » en précisant que sa relation avec le secrétaire général du parti ne souffrait d’aucun malentendu. Il n’y a aucun problème entre Wallu et Yewwi », précise la libérale.

Sur la mise en place de groupes parlementaires, l’interlocutrice  de Dakaractu nous assure qu’aucune décision n’a été entérinée. Pour simplement dire que l’article qui fait fureur depuis ce mardi matin dans la presse est « fake »…

3- Après la fermeture de l’hôpital Le Dantec : Quel sort réservé aux malades du Pavillon spécial ?

À DÉCOUVRIR

Officiellement, l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar a fermé ses portes à compter du lundi 15 août, pour sa reconstruction. Une mesure qui nécessite une réorientation des milliers de malades qui y étaient régulièrement pris en charge. Parmi eux, les détenus du Pavillon spécial. Cette maison d’arrêt et de correction ne sera pas démolie, mais les malades seront orientés vers les services des hôpitaux ciblés, renseigne emedia.

Construit en 1912 et jugé vétuste, l’hôpital Aristed le Dantec est officiellement fermé depuis ce lundi 15 août 2022, pour une réhabilitation. Et ce mardi, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a publié le plan de redéploiement des services et du personnel. Ce afin d’assurer la continuité de soins de l’hôpital. Mais force est de reconnaître que depuis l’annonce de la fermeture de cette structure sanitaire et toute la polémique qui s’en est suivie, le cas du Pavillon spécial, logé à l’intérieur de l’hôpital Dantec, n’a pas été soulevé.

Interpellé sur la question, le Directeur de l’hôpital Aristide Le Dantec a d’emblée tenu à rappeler que « le Pavillon spécial est une prison et il n’est pas concerné par la démolition ni par la délocalisation ». Selon Dr Babacar Thiandoum, la Maison d’arrêt et de correction du Pavillon spécial est sous la tutelle du ministère de la Justice et est gérée par la Direction de l’administration pénitentiaire (Dap). « Le Pavillon spécial n’est pas un service de l’hôpital Le Dantec, même si les prisonniers utilisent ses services. À chaque fois qu’un prisonnier a besoin de soins, il est orienté vers le service dédié. Et dès lors que les services bougent, le responsable de la Mac a le plan de déploiement. Donc, à chaque fois qu’un détenu aura besoin d’un service, il sera évacué vers le site dédié à sa maladie pour sa prise en charge », a expliqué le directeur de l’Hôpital Dantec.

Pour rappel, le Pavillon spécial a été construit en 1986 et est l’unique établissement pénitentiaire réservé aux détenus malades. D’ailleurs, il a été rénové par le ministre Garde des Sceaux, Malick Sall, en août 2019. La réhabilitation de cet établissement entre dans le cadre de l’amélioration des conditions de détention. Cet établissement pénitentiaire pour malades qui a été remis à neuf, peut désormais accueillir plus de 90 détenus. En effet, au-delà des chambres de détention, les postes de police ainsi que les bureaux administratifs ont tous été réhabilités.

4- Guy Marius Sagna: « La France et les Etats-Unis ont assez de problèmes, qu’ils s’en occupent, on n’a pas besoin d’eux… »

En conférence de presse, Guy Marius Sagna n’a pas mâché ses mots en s’adressant au Chef de l’Etat, Macky Sall, mais aussi à la France et les Etats-Unis, qu’il considère comme les maux principaux du Sénégal, rapporte Leral.net.

A l’en croire, la France a de sérieux problèmes à gérer au lieu d’interférer dans ceux du Sénégal. « Près de 500 personnes meurent chaque année en France à cause du froid, alors qu’elles sont abri. La France ferait mieux de s’occuper de cela et nous laisser régler les nôtres », a-t-il dit.

Et pour les Etats-Unis, c’est du pareil au même. « Les américains ont des problèmes d’accès à la santé. Certains ne peuvent se soigner s’ils sont diabétiques. Alors, ils n’ont qu’à s’occuper de leurs problèmes », a-t-il souligné.

Pour GMS, il faut que l’Afrique se départisse de la politique extérieure, croyant que sans ces pays cités, elle n’existera pas.

5- Université de Ziguinchor / Détention de chanvre indien : Un « soldat » alpagué, le SAES dénonce la descente musclée de ses frères d’armes et exige des poursuites

C’est dans un communiqué que le SAES section Ziguinchor a informé la saisie d’un sac contenant une importante quantité de chanvre indien à l’université Assane Seck de Ziguinchor. Le mis en cause, selon le texte, serait un militaire en civil écroué le 16 août 2022 à 19 h 40 mn, par les vigiles en faction au portail central de l’UASZ. 

Le SAES explique que les vigiles l’ont interpellé car il détenait par devers lui, un sac contenant une importante quantité de chanvre indien.

Ainsi, le syndicat demande à l’administration de l’université d’engager toutes les actions requises et interpelle le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), le Ministère des forces armées et le Ministère de l’intérieur afin que l’opinion soit édifiée sur cette affaire pour qu’elle soit tirée au clair et que tous les responsables soient identifiés et sanctionnés. Le SAES dénonce dans la foulée que, par mauvaise solidarité de corps, les supposés collègues militaires de l’inconnu ont rappliqué sur les lieux et ont proféré des menaces à l’encontre de notre camarade témoin des faits, relate Dakaractu.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.