Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 3 Aout 2022

1- Mali : Les forces étrangères expulsées de l’aéroport de Bamako

Les autorités de la Transition malienne ont fixé un délai de 72 heures aux forces étrangères pour quitter une base de l’aéroport de Bamako. Celle-ci a jusqu’ici servi de hub logistique à des soldats étrangers, notamment ceux de le la mission de l’ONU. Toutes les forces étrangères présentes sur la base de la société Sahel Aviation Services (SAS), dans l’enceinte de l’aéroport de Bamako, ont été sommées de quitter dans un délai de soixante-douze heures, ont indiqué les autorités aéroportuaires du Mali.  (Avec Afrik.com)

2- Afrique du Sud : Arrestation de 40 hommes soupçonnés d’exploitation minière illégale

Quarante hommes soupçonnés d’exploitation minière illégale ont été arrêtés ce mardi à Krugersdorp, près de Johannesburg, en Afrique du Sud. Unités de police en nombre, équipe d’intervention tactique, chiens renifleurs et hélicoptère de soutien, cette opération de grande ampleur menée par la police sud-africaine s’inscrit dans un vaste plan de lutte contre l’orpaillage illégal. Cette dernière mission était spéciale, car elle s’est déroulée au lendemain d’un viol collectif dans la même zone et pour lequel la police a accusé des immigrés clandestins travaillant dans les mines de la région. Cependant, aucune des personnes arrêtées mardi n’a été directement liée à ce drame.  (Avec Africanews)

3- Kenya : ONG et société civile appellent à un scrutin pacifique et transparent

ONG et société civile kényanes ont appelé mardi à des élections pacifiques et transparentes, à une semaine d’une présidentielle à forts enjeux pour ce pays d’Afrique de l’Est plusieurs fois meurtri par des violences et des contentieux post-électoraux. Le scrutin du 9 août est « un des plus complexes de l’histoire du pays » depuis l’instauration du multipartisme en 1991 et « collectivement nous pouvons avoir une élection crédible », a déclaré mardi Felix Owuor, représentant de l’Institut de droit et de gouvernance pour l’Afrique (Elgia). (Avec La Libre Afrique)

4- Cameroun : Polémique autour des pouvoirs du secrétaire général de la présidence

La technique de gestion des affaires de l’État, dite des « très hautes instructions du président de la République » dont use Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun, est venue raviver la polémique sur la place et le rôle du Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Et cela, alors même que le débat sur la succession de Paul Biya n’est plus un tabou politique au sein d’un régime qui consacre le président de la République comme « chef de l’institution qui englobe et surplombe toutes les institutions sociales, chef de tous les chefs au sein de l’État ». (Avec RFI)

5- Somalie : Un ancien haut responsable shebab nommé au gouvernement

Un ancien chef adjoint du groupe extrémiste al-Shabab a été nommé ministre des Affaires religieuses dans la nouvelle administration somalienne présentée mardi par le Premier ministre Hamza Abdi Barré. Muktar Robow, alias Abou Mansour qui a déjà eu une prime américaine de 5 millions de dollars sur sa tête, a fait défection du groupe al-Shabab lié à Al-Qaïda en 2017 et a d’abord été accueilli avec des éloges par le gouvernement somalien. Mais lorsqu’il a tenté de briguer la direction de la région sud-ouest du pays en 2018, il a été placé en détention. (Avec Afrcanews)

6- Ethiopie : Washington et Bruxelles réclament le retour des services essentiels au Tigré

Les envoyés spéciaux américain et européen pour la Corne de l’Afrique, de retour d’une rare visite au Tigré, ont réclamé mardi le rétablissement des services de base et la levée de restrictions dans cette région d’Ethiopie en guerre depuis novembre 2020 avec le gouvernement fédéral. Les combats ont quasiment cessé au Tigré depuis une trêve en mars, mais la région reste coupée du reste du pays et privée d’électricité, de télécommunications et de services bancaires depuis que les autorités rebelles tigréennes en ont repris le contrôle quasi-total courant 2021. L’acheminement d’argent et de carburant par les agences humanitaires y est depuis aussi restreint par le gouvernement fédéral. (Avec La Libre Afrique)

7- Esclavage : Le Ghana exige le versement de réparations

Le Président du Ghana a plaidé pour que des réparations soient versées au continent africain victime de l’esclavage. Le dirigeant a en outre réclamé des excuses officielles de la part des nations européennes impliquées dans cette traite. Lundi, Nana Akufo-Addo avait tenu les mêmes propos à Accra, lors d’un sommet conjoint de l’Union Africaine, du Fonds africain pour la justice transitionnelle, l’Institut afro-américain (AAI) et Global Black. Le chef de l’Etat ghanéen est revenu, ce mardi 2 août 2022, sur les «réparations et la guérison raciale» du continent africain en lien avec la traite négrière et a condamné, avec la dernière énergie, les méthodes des colons.  (Avec Afrik.com)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.