Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 3 Aout 2022

1- Ziguinchor : Un responsable de Yewwi convoqué à la police

Amadou Tom Mbodji, le coordonnateur départemental de l’organisation et des moyens logistiques de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW) à Ziguinchor, proche de Guy-Marius Sagna, est convoqué ce mercredi matin au commissariat de la capitale du Sud.
D’après Libération, qui donne l’information dans son édition du jour, renseigne Senego, il est accusé par un militant de l’APR de l’avoir poignardé le jour des élections législatives dans son lieu de vote.

Le journal rapporte que l’intéressé balaie les accusations. Il jure que le jour des faits présumés, il n’était pas à l’endroit indiqué dans la plainte et qu’il a des témoins pour confirmer sa version.

Pour rappel, Amadou Tom Mbodji a été placé en détention en même temps que Guy-Marius Sagna en marge de la manifestation interdite de YAW, le 17 juin dernier à Ziguinchor. Ils étaient partis s’enquérir de la situation des manifestants arrêtés ce jour-là.

2- Détournement des Unes de journaux : Une information judiciaire ouverte contre « Papito kara »

Pape Ibra Guèye alias «Papito Kara», arrêté pour « détournement des Unes des journaux » risque gros. Le parquet a requis contre lui l’ouverture d’une information judiciaire et le mandat de dépôt pour « diffusion de fausses nouvelles ».

Son dossier a été transmis au juge du Deuxième cabinet, informe Libération dans sa parution de ce mercredi. A noter que « Papito Kara» a fait l’objet d’un retour de parquet. Il sera défié sur son sort ce mercredi.

3- Affaire Pape Mamadou Seck : Son « hébergeur » face au magistrat instructeur ce mercredi

L’étau se resserre autour de « l’hébergeur » de Pape Mamadou Seck. Bilal Touré dont le parquet a demandé l’ouverture d’une information judiciaire et un mandat de dépôt contre lui sera présenté au magistrat instructeur ce mercredi, rapporte PressAfrik.

Poursuivi pour « recel de malfaiteurs et complicité d’évasion », Bilal Touré, « l’ami de Pape Mamadou Seck risque d’aller en prison. En effet, selon nos confrères, le parquet a demandé au juge du Deuxième cabinet d’ouvrir à son sujet une information judiciaire. Le procureur a aussi requis un mandat de dépôt contre le mis en cause.

4- Accusé de viol par son employée de maison, Sitor Ndour l’ex DG du Coud déféré au parquet ce mercredi

L’hstoire défrait la cronique L’ancien Directeur général du Centre des Œuvres universitaires de Dakar (COUD), Sitor Ndour est accusé de viol par son employée de maison A. Thiam (17 ans). Cette affaire de viol qui éclabousse un responsable politique de la mouvance présidentielle est désormais entre les mains de la Justice.

En effet, ce mercredi le journal Les Echos affiche dans sa Une que l’accusé sera déféré au parquet aujourd’hui.

Sitor Ndour puisque c’est de lui qu’il s’agit, a nié les accusations de viol. Par contre le journal Libération rapporte des éléments qui fragilisent cette ligne de défense. Parmi ces éléments, le journal révèle une communication téléphonique entre Ndira Dione, la mère de la victime présumée et l’accusé.

À DÉCOUVRIR

L’échange a eu lieu peu après les faits présumés. A. Thiam ne s’était pas encore rendue à l’hôpital et n’avait pas encore porté plainte à la gendarmerie de la Foire. Au cours de cette conversation téléphonique, Sitor Ndour a d’abord multiplié les dénégations avant de proposer à Ndira Dione de lui offrir tout ce qu’elle veut afin d’obtenir son silence et qu’elle se garde de porter plainte.

« Adama est venue me montrer sa main en pleurant, mais je ne lui ai rien fait. Que vous ayez raison ou pas, je serais déshonorée (si vous portez plainte). Une autorité m’a dit que si le dossier arrive chez les gendarmes, les journaux et les radios seront au courant. Je te demande de parler avec son père…», aurait déclaré Sitor Ndour lors de l’échange téléphonique avec Ndira Dione.

L’enregistrement de la discussion, qui s’est déroulée en langue sérère, a été versé au dossier que la gendarmerie de la Foire a transmis au parquet. (pressafrik)

5- Revue de Presse : Les Législatives toujours à la Une

Les élections législatives dont les résultats provisoires sont attendus d’ici vendredi sont toujours à la Une des quotidiens reçus mercredi à l’APS.

Le Soleil ouvre sur ‘’le satisfécit des observateurs’’ électoraux non sans relever que la bataille des chiffres se poursuit entre Benno Bokk Yaakaar et l’inter-coalition Yewwi-Wallu alors que les résultats provisoires de la commission nationale de recensement des votes sont attendus au plus tard vendredi prochain.

A propos des résultats, L’Observateur souligne que ‘’pour la première fois dans l’histoire du Sénégal, l’opposition a pu engranger au moins 50 députés sur la liste majoritaire. L’inter-coalition Yewwi-Wallu réussit le grand saut face au pouvoir qui voit sa majorité écrasante s’éroder’’.

Pour le quotidien L’Info, ‘’s’il y a un fait marquant lors de ces élections législatives, c’est bien la belle réussite de l’alliance électorale entre Yewwi askan wi et Wallu Sénégal’’.

Après son ‘’camouflet’’ aux élections locales et sa ‘’bérézina’’ aux législatives, Benno Bokk Yaakaar est ‘’dans le dur’’, dit Sud Quotidien.

Le Vrai Journal explique ‘’pourquoi le bilan matériel’’ de la majorité ‘’n’a pas pesé’’ sur le résultat des élections de dimanche.

WalfQuotidien livre ‘’les raisons d’un vote-sanction’’ en citant, entre autres, la cherté de la vie, la transhumance politique, le troisième mandat.

Le quotidien EnQuête s’intéresse aux résultats des responsables de la mouvance présidentielle et parle de ‘’fortunes diverses’’. ‘’Les résultats des législatives ont consacré la perte de vitesse de plusieurs cadres de Benno. Les responsables de Dakar, Thiès et Saint-Louis sont à la rue’’, écrit le journal.

Dans Le quotidien Bës Bi Le Jour, le Pr Ndiogou Sarr livre un ‘’Cour magistral’’ sur la ‘’cohabitation’’.

’’De la notion de +cohabitation+ tant agitée sur la scène dans la foulée des premières tendances des résultats du scrutin législatif, en passant par le si convoité poste de président de l’Assemblée nationale, ainsi que l’hypothèse d’un Premier ministre issu des rangs de l’opposition, le constitutionnaliste, Ndiogou Sarr, clarifie le débat’’, écrit le journal.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.