Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 6 Juillet 2022

1- Guinée : Arrestation musclée au siège du FNDC pour des propos tenus sur internet

Plusieurs membres d’une coalition, dont son dirigeant qui a récemment menacé de manifester contre la junte au pouvoir, ont été violemment interpellés mardi par la police à Conakry, après des déclarations visant le parlement de transition et la justice, ont indiqué le parquet et leur avocat.

La police a arrêté trois membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition qui avait orchestré des mois de mobilisation de 2019 à 2021 contre l’ancien président Alpha Condé (2010-2021), renversé en septembre 2021 par une junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya. (Avec Africanews)

2- Blaise Compaoré annoncé au Burkina Faso

L’ex-Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est attendu à Ouagadougou, dans la semaine. En exil en Côte d’Ivoire depuis sa chute en 2014, le septuagénaire doit rencontrer la junte militaire au pouvoir, dans le cadre du processus de réconciliation nationale.

Blaise Compaoré, ancien chef de l’Etat du Burkina Faso, est attendu dans son pays «en fin de semaine». C’est ce qu’a révélé à l’AFP une source proche des nouvelles autorités de ce pays d’Afrique de l’Ouest. «Il doit arriver jeudi ou vendredi pour un court séjour», a précisé la source ajoutant que l’ancien dirigeant doit être «reçu par le chef de l’Etat, dans le cadre de la réconciliation nationale au pays des hommes intègres. (Avec Afrik.com)

3- Soudan : La proposition de l’armée ne convainc pas les civils

Au Soudan, le principal bloc civil rejette la proposition du chef du coup d’état et appelle à de nouvelles manifestations contre le pouvoir militaire. Alors que le général Abdel Fattah al-Burhan a annoncé lundi que l’armée se retirait des pourparlers nationaux pour faire place à un gouvernement civil, les Forces pour la liberté et le changement (FLC) dénonce un retrait tactique destiné à maintenir l’influence de l’armée dans le pays.

« Ce discours est vague, plein de doubles sens, (le chef de l’armée Abdel Fattah al-Burhan) dit qu’il veut que les militaires retournent dans leurs casernes. Mais en même temps, il veut amener le pouvoir civil dans les casernes, et c’est une façon de renforcer son contrôle, encore plus qu’avant... » (Avec Africanews)

4- Afrique de l’Ouest : Les chauffeurs routiers ravis de la levée de l’embargo sur le Mali

Après six mois d’embargo sur le Mali, la levée des sanctions signifie pour les pays d’Afrique de l’Ouest que le commerce peut pleinement reprendre avec ce pays. En particulier pour les transporteurs qui desservent le Mali à partir des ports de Dakar ou d’Abidjan.

Au lendemain de la fermeture des frontières du Mali, des centaines de camions avaient été bloqués. Nombre d’entre eux, ceux qui avaient chargé avant l’instauration des sanctions, avaient finalement pu rentrer au Mali grâce à la lutte de l’Union des chauffeurs routiers de l’Afrique de l’Ouest (Ucrao). (Avec RFI )

5- Le Maroc remet en service deux centrales grâce au gaz livré par l’Espagne

Le royaume du Maroc a annoncé la remise en service de deux centrales à l’arrêt après l’interruption de la livraison de gaz par l’Algérie. Grâce au gaz qui transite par les installations espagnoles, les centrales de Tahaddart et Ain Béni Mathar ont repris service.

Après avoir décidé, en août 2021, de la rupture des relations diplomatiques avec Rabat, Alger avait cessé toute livraison de gaz à l’Espagne via le Gazoduc Maghreb-Europe, en septembre de la même année.(Avec Afrik.com)

6- Burundi : Après un ultimatum, les enfants de rue risquent des poursuites pénales

Au Burundi, les plus de 7 000 enfants de la rue recensés dans le pays, ainsi qu’aux milliers de mendiants adultes et autres « vagabonds », avaient jusque mardi 5 juillet pour abandonner des pratiques qui « détériorent » la culture burundaise, d’après un ultimatum lancé par le gouvernement. Le ministère en charge notamment de la Solidarité nationale et des droits de l’Homme a prévenu que les récidivistes pourraient être visés par de poursuites pénales.( Avec RFI)

7- La Gambie suspend l’exportation de bois pour éviter le trafic depuis la Casamance

En Gambie, le gouvernement interdit toutes les exportations de bois. Une mesure forte pour tenter une nouvelle fois d’empêcher les bois rares – et en particulier le bois de rose – d’être acheminés illégalement depuis la Casamance, au Sénégal voisin. Cette espèce très demandée en Chine est au cœur du conflit en Casamance puisqu’elle finance les séparatistes du MFDC. Mais la nouvelle interdiction est accueillie avec scepticisme du côté des associations. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.