Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 6 Juillet 2022

1- Ziguinchor : Yewwi Askan Wi promet aux familles des victimes de poursuivre en justice les responsables de la mort des manifestants

Venus ce mardi matin s’enquérir de la situation des familles des victimes du 17 juin 2022, les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi ont tenu un point de presse dans un hôtel à Ziguinchor.

Dénonçant « le régime mortifère » orchestré par Macky Sall, la coalition Yewwi Askan Wi après avoir rendu visite aux familles d’Idrissa Goudiaby et de Abdoulaye Diatta, ont annoncé vouloir presser le pas pour que la lumière sur la mort de ces jeunes manifestants soit  élucidée : « nous avons rencontré des familles meurtries. Elles ne peuvent même pas voir leurs défunts enfants. C’est vraiment la consternation chez elles », ont dénoncé Khalifa Sall et Cie.

La coalition Yewwi Askan Wi estime ne ménager aucun effort  pour que cette question soit réglée définitivement. Ce qui est le plus navrant selon les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi, c’est que ces morts commencent à se multiplier sous l’indifférence totale des autorités étatiques. « Il faut que ce régime apprenne à respecter la vie humaine. Ainsi, la coalition ne néglige aucun moyen pour soulager les familles des victimes. Que cela soit l’organe des Nations-Unies, les organisations des droits de l’homme ou toutes les voies de recours internes, Yewwi compte porter le combat pour que toutes les personnes impliquées soient poursuivies, relate Dakaractu.

La coalition Yewwi Askan Wi a aussi signalé l’indifférence de l’autorité face à cette situation, car à travers cette attitude désinvolte, l’État n’a même pas daigné se déplacer ne serait-ce que pour s’enquérir de la situation de ces familles…

2- Législatives 2022 – Menaces contre les médias : Les recommandations de Reporters Sans Frontières…

« Face à toutes ses dérives et aux escalades des menaces physiques et verbales contre les journalistes », Reporters sans frontières (RSF) a fait part de ses recommandations, en prélude des élections législatives du 31 juillet 2022, au Sénégal.

En effet, dans une note exploitée par nos confrères de Seneweb, Reporters Sans Frontières (RSF) a attiré l’attention des hommes politiques sur les violences physiques et verbales que peuvent rencontrer les journalistes sur le terrain lors de la campagne électorale.

Sadibou Marong est, ainsi revenu sur les menaces, agressions et autres attaques visant des journalistes depuis fin Mai, et cela dans un contexte de précampagne.

Le directeur du bureau Afrique de l’Ouest à RSF de donner, en guise d’exemple la vidéo du 22 juin devenue virale sur les réseaux sociaux, du sieur Talla Sylla, coordonnateur de la Convergence des jeunesses républicaines (COJER) : « Une structure des jeunes du parti au pouvoir dans la ville de Touba, à plus d’une centaine de kilomètres à l’est de la capitale Dakar, a appelé à ‘brûler et à organiser un attentat’ contre Wal Fadjri, une télévision privée du Sénégal ».

« Le syndicat des journalistes a réagi en demandant à la direction de la télévision de porter plainte. Contacté par RSF, Moustapha Diop, le directeur de l’information du groupe de presse a confirmé qu’une sommation interpellative (acte juridique pour qu’il confirme ou infirme ses propos) avait été envoyée à Talla Sylla », renchérit le journaliste, Sadibou Marong.

Recommandations de RSF face à ces dérives :

1. RSF recommande aux médias de demander à chaque parti politique et candidat, ainsi qu’au gouvernement, une déclaration de respect et de promotion de la sécurité physique et numérique des journalistes en début de période électorale.

2. En cas d’attaque, quelle que soit sa nature ou sa forme, les journalistes doivent le signaler à leur rédaction, aux autorités et aux syndicats, et exiger que des mesures immédiates soient prises pour assurer leur protection et sanctionner les auteurs des violences.

3. Les journalistes doivent être conscients que les réseaux sociaux peuvent être utilisés contre eux comme outil de harcèlement et de désinformation.

4. Ils doivent se rappeler qu’ils ont le droit de refuser des reportages comportant des risques pour leur sécurité.

5. Ils peuvent porter un gilet siglé « presse » lorsque cela permet de renforcer leur protection sans augmenter leur vulnérabilité.

3- ​Affaire Cheikh Omar Diagne : Le Forum du justiciable invite au respect des délais raisonnables du traitement de son dossier

En prison depuis trois mois, Cheikh Oumar Diagne n’a pas toujours été auditionné dans le fond par le juge. Le Forum du justiciable s’inquiète de « la lenteur notée dans le traitement du dossier du Professeur Cheikh Omar Diagne ».

Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, Babacar Ba et Cie jugent que « cette lenteur ne saurait garantir l’exercice de ses droits ».

A cet effet, le Forum du justiciable rappelle que « l’administration de la justice requiert le respect de certaines règles et principes  fondamentaux  considérés  comme  des  normes  universelles pour garantir l’exercice d’une justice efficace ».  

Le Forum du justiciable, soucieux d’une bonne administration de la justice, invite les « autorités judiciaires à la diligence et au respect des délais raisonnables du traitement de son dossier ».

4- Saccage au lycée de Yoff : Cinq élèves en garde à vue

L’étau se resserre autour des élèves incriminés dans l’affaire dite du Lycée Ousmane Sembène de Yoff. En effet, si certains d’être eux sont en train d’être auditionnés à nouveau ce mardi par le Conseil de discipline convoqué par le proviseur Awa Sarr Ndiaye, 5 autres présumés auteurs de ce saccage sont retenus en position de garde à vue à la gendarmerie de la Foire.

Après le déferrement du cerveau présumé de la casse, Ousmane Dièye, les ennuis se poursuivent pour les membres de cette classe qui ont déchiré leur cahier de classe, il y a deux mois. Pour l’heure, aucune décision n’est encore prise à l’encontre des fauteurs de trouble. D’ailleurs, lors de la rencontre d’aujourd’hui, les parents devraient également y assister.

Mais, la salle de la 4ème C, lieu des destructions, porte toujours les stigmates des actes de vandalisme. Les bâtiments fissurés, visiblement torturés par la brise marine, tiennent tant bien que mal, alors que le toit troué offre une vue vers le ciel. Les tables-bancs sont frappés de vieillesse alors que l’école accueille près de 2.500 élèves. Toujours scandalisés, des potaches reviennent sur les circonstances des faits dans leurs discussions.

Sur place, le président de la Fédération nationale des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal n’en revient pas. « Ce sont des images d’horreur qui font mal », a pesté Bakary Badiane accompagné de son vice-président Ngor Faye. Pour lui, il faudra gagner la bataille pour une bonne éducation.

« Il faut mettre tout le paquet pour que les enfants soient bien éduqués et bien instruits. Il s’agit de futurs responsables du pays », a-t-il ajouté sur Emedia repris par Leral.net. M. Badiane a également fustigé la vétusté de certaines classes du lycée, estimant qu’elles doivent disparaître.

5- TOUBA / Fille tuée par son petit-ami : Ndèye Diop était une collégienne qui aurait été enceinte !

À DÉCOUVRIR

Dakaractu vous parlait de cette fille de 15 ans tuée à Touba par un jeune homme réputé appartenir à une famille maraboutique de la cité. De nouveaux détails nous sont parvenus. En effet, la victime était une élève, plus précisément une collégienne. Elle fréquentait un établissement à Darou Khoudoss.

Les membres de sa famille étaient à sa recherche depuis dimanche pour les avoir quittés la veille (samedi). Elle disait être partie récupérer son bulletin de compositions.

Ses parents, inquiets, ont ensuite effectivement fait des déclarations au niveau de certains commissariats de Touba dans l’après-midi de ce 03 juillet 2022. C’est ce mardi seulement vers 13 heures, que la nouvelle leurs parviendra que leur fille était retrouvée morte.

Si certains de ses camarades élèves parlent de viol suivi de meurtre, des sources plus crédibles confient qu’elle était venue confier à son petit-ami qu’elle traînait une petite grossesse depuis un moment.

Sous le choc de la nouvelle de sa probable grossesse, son bourreau aurait mal agi, la tuant. C’est quand il a essayé de la verser dans un réservoir d’eau que le crime a été découvert.  

Présentement, à Touba, tout le monde croise les doigts en attendant les conclusions de la police scientifique.

6- Actu internationale

• La police guinéenne arrête trois cadres de l’opposition pour des propos sur internet

La police guinéenne a arrêté ce mardi 5 juillet trois leaders du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), parti central dans l’opposition au troisième mandat d’Alpha Condé, informe Rfi.

La scène, d’une extrême brutalité, a été diffusée sur les réseaux sociaux. Elle montre le militant pro-démocratie Foniké Mengué être traîné au sol par des policiers de la Brigade de répression du banditisme (BRB), puis jeté violemment dans la benne d’un pick-up. Le coordinateur du FNDC faisait l’objet de poursuites, lancées ces dernières heures par le procureur général Charles Wright. Il est accusé d’avoir discrédité la justice guinéenne dans une publication sur les réseaux sociaux.

Dans la voiture, se trouvaient aussi le rappeur Djanii Alfa et Billo Bah, responsable de la mobilisation au sein du FNDC, tous deux également poursuivis pour des propos tenus sur internet. « On n’acceptera jamais de remplacer une dictature civile par une dictature militaire », s’écrie Billo Bah, la bouche en sang.

• L’ONU annonce la mort de 22 migrants maliens dans un naufrage au large des côtes libyennes

Les survivants ont fait état de victimes mortes de noyade et de déshydratation. Après neuf jours en mer dans un canot pneumatique, 61 survivants, pour la plupart originaires du Mali, ont été secourus par les garde-côtes libyens et ramenés à terre, a indiqué l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), renseigne Rfi.

• Soudan : L’opposition voit dans la proposition du général al-Burhan une tentative de diversion

Sans surprise, les forces politiques soudanaises ont rejeté ce mardi 5 juillet la proposition du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhan, qui avait annoncé la veille ouvrir la voie aux forces civiles pour former un gouvernement, au terme d’un processus de dialogue auquel l’armée ne participerait pas, informe Rfi.

7- Actu sports

• CAN Féminine 2022 : Les Lionnes s’imposent contre le Burkina Faso (1-0) et prennent un quart historique !

A l’occasion de la 2e journée de la phase de groupes de la CAN Féminine 2022, l’Equipe Nationale du Sénégal s’est imposée face au Burkina Faso (1-0). Les Lionnes se qualifient en quarts de finale. Une première dans l’histoire du football féminin sénégalais, indique Wiwsport.

Trois jours après sa victoire contre l’Ouganda (2-0), le Sénégal voulait confirmer, gagner et atteindre les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Féminine 2022. Et les joueuses de Mame Moussa Cissé ont atteint cet objectif en dominant le Burkina Faso ce mardi soir (1-0). Longtemps accrochées, les Lionnes ont attendu les 10 dernières minutes pour l’emporter sur un penalty obtenu par Hapsatou Malado Diallo et transformé par Korka Fall.

• Astou Ngom, attaquante des Lionnes : « On veut se qualifier pour les demi-finales »

L’attaquante des Lionnes s’est présentée en zone mixte après la victoire du Sénégal contre le Burkina Faso (1-0) synonyme de qualification en quarts de finale de la CAN Féminine 2022.

Astou Ngom et ses coéquipières sont encore aux anges. Victorieuses du Burkina Faso ce mardi lors de la 2e journée de la CAN Féminine 2022, elles se sont qualifiées pour les quarts de finale de la compétition. Pour autant, l’attaquante de l’AS Cherbourg vise désormais le dernier carré.

« On l’a fait, donc ça va. L’essentiel était de se qualifier pour les quarts de finale. Sur le contenu du match ? On a respecté les consignes du coach. Le football est un jeu collectif et on s’est donné à fond. À la fin, nous avons eu le bon résultat », a d’abord déclaré la footballeuse de 28 ans, rapporte Wiwsport.

« Ce n’était pas facile. On avait également confiance en nous. On est resté soudées parce qu’on savait qu’on pouvait le faire grâce à nos entraînements et notre travail. On croit pouvoir gagner la Coupe. On veut se qualifier pour les demi-finales », a poursuivi Astou Ngom.

• Basketball : Transfert – Gorgui Dieng retrouve les Spurs de San Antonio !

Agent libre depuis la fin de la saison, Gorgui Dieng retrouve son ancien club pour la saison à venir. Depuis 2013, il évolue en NBA.

Les Spurs de San Antonio et l’intérieur Gorgui Dieng ont trouvé un accord, informe Wiwsport. Il s’agit d’un contrat d’un an dont on ne connaît pas le montant informe basket-infos. C’est un retour à San Antonio pour Dieng, qui y avait terminé la saison 2020-21.

Il n’avait pas été conservé et s’était engagé avec les Hawks. À Atlanta il a très peu joué : 8.4 minutes en 44 matchs pour 3.5 points à 47.3% dont 42.6% de loin et 2.8 rebonds. Il était également courtisé par les Wolves.

Le joueur de 32 ans a évolué dans 4 différentes franchises en NBA (Minnesota, Memphis, Atlanta et San Antonio). Gorgui Sy Dieng avait rejoint les Hawks d’Atlanta en août passé où il a totalisé 44 matchs lors de la défunte saison.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.