Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Revue de presse Afrique / À la Une : la colère de Macron contre le Mali

Emmanuel Macron qualifie de « honte » les accusations d’« abandon » du Mali par la France portées par le Premier ministre de transition Choguel Maïga à la tribune de l’ONU. C’est en marge d’un dîner de clôture à l’Elysée que le président français, hier, a dit à notre micro avoir été « choqué » par ces propos « inacceptables ». 

Déclaration officielle malienne « inadmissible » selon Emmanuel Macron, qui dénonce « une honte ». Laquelle, selon lui, « déshonore ce qui n’est même pas un gouvernement » issu de « deux coups d’Etat ». Et déjà des commentaires dans la presse africaine.

Au Mali, le journal Malikilé explique le silence, pour l’instant, des autorités maliennes dans cette brouille. « Ce qui n’est pas étonnant, notre société étant basée sur des valeurs qui ne nous permettent ni de nous rabaisser, ni de rabaisser quelqu’un, énonce ce journal malien. (Paris) n’a peut-être pas compris que quelque chose est en train de changer au Mali », poursuit-il, en qualifiant la France de « condescendante ».

Emmanuel Macron a « haussé le ton » dans ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Wagner », du nom de ce groupe de sécurité avec lequel discute le Mali et qui est présenté comme proche d’un oligarque russe, présenté lui-même comme étant proche du président russe Vladimir Poutine, souligne de son côté le site Connection Ivoirienne. Selon ce journal en ligne, le chef de l’État français « nie désormais la légitimité du gouvernement malien mis en place suite à la prise du pouvoir par Assimi Goïta et ses amis ». Et son « ton dur » rejoint les récentes « menaces » proférées par sa ministre des Armées (Florence Parly) et son ambassadeur à l’ONU, complète Connection Ivoirienne. Lequel journal affirme que les nouvelles autorités maliennes sont « pourtant soutenues par un mouvement populaire qui avait fini par faire chuter le pouvoir déchu de IBK », tout en estimant que « la sortie de Macron met à nu tout le paradoxe à plusieurs variables subjectives de la politique française en Afrique. D’un côté on saute dans un avion pour aller légitimer le régime ami des Deby fils au Tchad. De l’autre ça conteste la légitimité à un pouvoir issu de conditions identiques (sinon moins pires) au Mali ».

Sarkozy, la descente aux enfers
En France, l’ancien président Nicolas Sarkozy a été condamné en première instance, hier à Paris, à un an de prison ferme dans l’affaire dite « Bygmalion ». Plusieurs journaux africains en tirent déjà les leçons.

Témoin Le Pays, au Burkina Faso. Selon ce journal ouagalais, « ce qui arrive aujourd’hui à l’ex-président français doit servir de leçon à bien des dirigeants africains qui, au faîte de leur gloire, se croient tout permis ». Mais au-delà, et pour se bien faire comprendre, Le Pays met lesdits dirigeants africains en garde contre la justice de Dieu. « Tous ceux des dirigeants qui, pour une raison ou pour une autre, arrivent à échapper à la Justice des Hommes, doivent savoir qu’ils n’échapperont pas à la Justice immanente. Donc, bon ou mauvais, le passé de chacun, ici-bas, le rattrapera », prévient ce quotidien.

Témoin Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire. Selon ce quotidien proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, « même si Nicolas Sarkozy est mis au trou (…) il restera toujours la responsabilité des élites africaines. Car (…) ce dernier a en effet été fêté en Côte d’Ivoire par le nouveau pouvoir mis en place par les tanks français ».

Dans cette même Côte d’Ivoire, c’est sur un air de revanche assumée que le journal Le Temps se réjouit de cette condamnation. « On ne s’attaque pas impunément au Président Laurent Gbagbo, énonce ce quotidien, également proche de ce dernier. Tout se paie sur terre. Et Nicolas Sarkozy, l’ami de Ouattara, vient de l’apprendre à ses dépens ». Selon Le Temps, « Sarkozy a considérablement terni l’image de la République. Il y a un Dieu, pour les pauvres. Et Dieu a rétabli le Président Laurent Gbagbo, dans ses droits. Il a été acquitté et libéré totalement des accusations farfelues dont il était l’objet. On voit maintenant qui a vraiment mangé la tête de la panthère, formule Le Temps. Bon appétit à lui », Nicolas Sarkozy.

(Avec RFI)

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot