Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Réchauffement climatique : « Les jeunes subiront plus de catastrophes que leurs grands-parents »

Selon une étude inédite, les enfants âgés de six ans en 2020 seront victimes de deux fois plus de cyclones et de feux de forêts que leurs grands-parents nés dans les années 1960.

Mardi 28 septembre, Greta Thunberg a de nouveau laissé éclater sa colère et sa frustration. Invitée au sommet des jeunes sur le changement climatique, organisé par les Nations unies à Milan, la jeune militante suédoise a dénoncé « trente ans de bla-bla » sur le climat de la part des dirigeants du monde, les accusant d’avoir « noyé » les espoirs de la jeunesse avec « des promesses creuses ».

On le sait, la nouvelle génération sera touchée de plein fouet par les effets du réchauffement climatique. Pour les défenseurs de l’environnement, cela fait même partie de leurs principaux arguments. Dans les manifestations, ils martèlent régulièrement la même question : « Quel monde les adultes légueront-ils à leurs enfants ? »

Pour la première fois, une équipe internationale composée d’une trentaine de chercheurs a voulu répondre concrètement à cette interrogation. Dans une étude intitulée « Inégalités intergénérationnelles dans l’exposition aux extrêmes climatiques » et publiée le 26 septembre dans la revue Science, ces chercheurs analysent les conséquences du réchauffement climatique selon les catégories d’âge. Ils s’intéressent à différents aléas météorologiques comme les canicules, les inondations ou encore les feux de forêts.

Une trentaine de vagues de chaleur dans une vie

Et le constat est alarmant. Si le réchauffement climatique poursuit sa trajectoire actuelle, les enfants qui sont aujourd’hui âgés de six ans vivront deux fois plus de cyclones et de feux de forêts que leurs grands-parents, nés dans les années 1960, mais aussi trois fois plus de crues et cinq fois plus de sécheresses. Plus frappant encore, ils subiront une trentaine de vagues de chaleur, contre, en moyenne, deux à quatre pour leurs aïeuls.

« Habituellement, on étudie le réchauffement climatique en comparant deux périodes données, par exemple, il y a dix ans et aujourd’hui », explique auprès de France 24 le professeur Wim Thiery, climatologue à la Vrije Universiteit de Bruxelles (Belgique), en charge de cette étude. « Pour la première fois, on a voulu s’intéresser à l’échelle d’une vie, pour quantifier, concrètement, l’impact du réchauffement climatique dans chaque génération. »

Pour arriver à ces résultats, l’équipe de Wim Thiery a combiné plusieurs modélisations climatiques ainsi que les différentes trajectoires de températures utilisées par les experts du Giec avec des données démographiques sur l’espérance de vie, le nombre de personnes par génération et par pays ou encore la densité de population.

« Et il est probable que nos résultats soient sous-estimés », explique le climatologue. « L’une des raisons est que, dans cette étude, on réfléchit à la fréquence des événements climatiques. Mais on ne prend pas en compte que ceux-ci peuvent aussi être plus intenses et plus longs. »

Fortes disparités régionales

L’étude met aussi en avant de grandes disparités selon les régions du monde. « C’est simple : les jeunes vivant dans les pays en développement seront les plus touchés », résume le climatologue. Ainsi, selon les pronostics avancés, un jeune né en Afrique subsaharienne aujourd’hui aura six fois plus de risques d’être exposé à des aléas météorologiques qu’un jeune né dans un monde où le réchauffement climatique n’existerait pas. En Europe, ce facteur baisse à quatre.

« C’est dramatique. Ce sont les habitants des pays qui ont le moins contribué au réchauffement climatique qui en seront les premières victimes », déplore Wim Thiery. « Ce sont aussi les populations les plus vulnérables, avec des gouvernements qui n’ont pas les moyens de gérer des conditions climatiques extrêmes, qui n’ont pas de réels plans d’adaptation ni suffisamment de moyens. »

« Sans compter que la population concernée est bien plus nombreuse. » En effet, selon l’étude, si l’Europe et l’Asie centrale dénombrent 64 millions d’enfants nés entre 2015 et 2020, l’Afrique en compte, elle, 205 millions. « Soit six fois plus de personnes touchées de plein fouet par ces catastrophes. »

Une nouvelle génération « éco-anxieuse »

« Aujourd’hui, les jeunes descendent dans les rues car ils sont conscients de tout ça », estime le climatologue.

Et ils sont nombreux à être très inquiets pour leur avenir. Selon une vaste étude sur l’éco-anxiété – l’angoisse de voir l’état du monde empirer avec le réchauffement climatique – réalisée auprès de 10 000 personnes issues de plusieurs pays et publiée mi-septembre dans le journal The Lancet, 60 % des jeunes se disent « extrêmement » préoccupés par cette problématique. Plus de 50 % affirment par ailleurs être anxieux, en colère et impuissants face à la situation. Plus largement, 75 % des sondés affirment que le futur est « effrayant ». La moitié va jusqu’à assurer que l’humanité est condamnée.

Dans la ligne de Greta Thunberg, plusieurs jeunes ont ainsi exprimé leur inquiétude. « Il est temps pour nos dirigeants de se réveiller, il est temps pour nos dirigeants d’arrêter de parler et de commencer à agir, il est temps pour les pollueurs de payer, il est temps de tenir les promesses », a ainsi martelé la militante ougandaise Vanessa Nakate, listant les « souffrances » endurées en Afrique, en Asie ou dans le Pacifique. « Il est temps, il est temps, il est temps. Et n’oubliez pas d’écouter ceux qui sont les plus vulnérables », a-t-elle ajouté, émue, devant toute l’assistance debout.

À un mois de la COP26 organisée à Glasgow à partir du 30 octobre et présentée comme un rendez-vous crucial pour le climat, Wim Thiery se veut optimiste. « Tout n’est pas sombre. Notre étude montre aussi très clairement que si les États travaillent de concert pour limiter le réchauffement à +1,5 °C d’ici à 2100, l’objectif fixé par l’accord de Paris, alors les conséquences seront bien moins dramatiques. »

Les enfants nés en 2020 verraient alors le risque d’être exposés à des accidents climatiques diminuer de 40 % pour les canicules, de 34 % pour les crues ou encore de 28 % pour les sécheresses. Mais selon la dernière évaluation de l’ONU publiée mi-septembre, le monde se dirige actuellement vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7 °C.

« Il est temps de faire preuve de solidarité intergénérationnelle », conclut le climatologue. « C’est le seul moyen d’alléger le fardeau de cette nouvelle génération. »

(Avec France24)

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot