Le Café qui réveille l'Info

Investissement : ces Sénégalais de la diaspora qui se font arnaquer par leurs parents

Pour assurer leurs retraites et l’avenir de leur progéniture, beaucoup de Sénégalais de la diaspora réinvestissent leur argent dans des secteurs prometteurs. L’immobilier, le commerce, l’agriculture font partie des secteurs prisés par ces compatriotes. Dans toutes les régions du pays, beaucoup des projets qui sortent de terre sont le fruit de l’investissement des Sénégalais de l’extérieur. C’est aussi le fruit de longues années de durs labeurs et de sacrifices. Pour certains, les choses se passent naturellement comme prévu alors que pour d’autres, ils devront remuer ciel et terre pour espérer retrouver leurs biens. Mais comment contrôler une activité à des milliers de kilomètres ? Le plus grand problème pour ces Sénégalais c’est de trouver une personne honnête et digne de confiance. Le collaborateur idéal est parfois recherché au sein de la famille. Un choix qui n’est pas toujours le meilleur. Beaucoup ne récolteront que des regrets après avoir tenté d’entreprendre. Quand la déception vient de l’environnement familial, on étouffe très souvent l’affaire et « l’honneur des liens de parenté » prend le dessus sur la justice au grand dam d’une personne qui aura travaillé toute sa vie pour ne rien gagner. Pour échapper à ces pratiques, d’aucuns préfèrent confier leurs projets à des proches loin du cercle familial. Dans ce dossier, des immigrés sénégalais nous racontent leurs mauvaises expériences.

Modou est âgé de 50 ans. Il est originaire du Sud du Sénégal et vit en France depuis plus de 20 ans. Pour sortir sa famille de la galère, il a vendu ses biens pour s’offrir un voyage vers la France. Malgré sa situation irrégulière, il réussit à se faire prêter des papiers pour travailler. Entrepreneur dévoué, il a vite commencé à réfléchir sur la manière dont il pouvait aider ses frères restés au pays. « Quand je suis arrivé ici, j’ai aussitôt commencé à économiser de l’argent. Mon objectif était de créer une activité pour mes frères. Je me suis beaucoup sacrifié pour réaliser ce rêve. » Nous révèle-t-il. Modou était loin d’imaginer que ses propres frères allaient l’arnaquer. Toutes les fins du mois il envoyait de l’argent pour financer une ferme avicole. « On m’envoyait des photos et des vidéos de la ferme. J’étais très content et fier de pouvoir faire quelque chose pour ma famille. Quand je suis parti en vacances au pays, je n’ai rien vu de ce qu’on me disait. Les images que je recevais ne venaient pas de cette ferme que je pensais avoir mise en place. Tout reposait sur un gros mensonge. Mes frères utilisaient mon argent pour se marier et faire une belle vie au moment où je serrais la ceinture pour mettre quelque chose sur place. Ils m’ont tellement arnaqué et mentis à tel point que je me demande s’ils savent vraiment que nous sommes de la même famille. Aujourd’hui j’ai coupé les ponts avec eux. » Nous raconte-t-il.

« Mon oncle s’est acheté des voitures et a épousé ma copine avec mon argent ».

Certaines histoires ressemblent à de la science-fiction ou à des comédies de la célèbre troupe théâtrale Daray kocc. Malheureusement c’est le vécu de dignes hommes qui voulaient offrir un monde meilleur à leurs proches. Mansour, un jeune immigré établi à Turin en Italie a été convaincu par son oncle d’investir dans l’immobilier à Dakar. Cet originaire de Mbacké envoyait régulièrement de l’argent au frère aîné de sa mère. Tout comme Modou, son oncle lui faisait l’état d’avancement de la construction d’un immeuble à Dakar. À son retour au pays, sa surprise ne sera autre qu’agréable. « J’ai fait 15 jours au Sénégal et j’arrivais toujours pas à voir mon oncle. Là, j’ai commencé à avoir de mauvais pressentiments. Les voisins me disaient qu’il s’était acheté des camions et était devenu très riche. Pire, sa deuxième femme n’est personne d’autre qu’une ex-copine. » Conscient de l’arnaque de son oncle, Mansour décide de porter plainte pour escroquerie et abus de confiance. Il sera dissuadé par sa mère de poursuivre l’affaire devant dame justice. « Ma mère m’a demandé au nom de la famille de tout laisser entre les mains de Dieu. Je pense que Dieu a aussi jugé. Mon oncle est mort par accident le jour que nous devrions nous voir. Il était à bord d’un véhicule que je lui avais confié. Je n’ai vu que son corps. Aujourd’hui je ne peux plus faire de grands investissements. La vie n’est plus comme avant. On ne gagne plus assez pour financer une quelconque activité au pays et même si on avait encore la possibilité, il n’y a personne à qui nous pourrons faire confiance. » Malgré le décès de son oncle, il peine aujourd’hui à retrouver ses biens. Il n’arrive pas rassembler suffisamment de preuves pour prouver que toute cette fortune lui appartient.

Se faire arnaquer semble être une règle pour les sénégalais de la diaspora qui veulent lancer des activités dans leur pays d’origine. Tous nos interlocuteurs y sont passés et à bien des échelles différentes. Ces pratiques ont malheureusement de lourdes conséquences sur la vie des victimes. Certains n’auront plus la possibilité d’économiser de grandes sommes et d’autres vont jusqu’à rompre tout liens avec des membres de leurs familles.

Image d’illustration

Cet émigré sous couvert de l’anonymat ne compte plus confier ces projets à des membres de sa famille. « J’ai partout été trahi. Ma propre famille utilisait mon argent à d’autres fins sans que je sois au courant. J’ai subi le même sort avec ma belle-famille. J’ai l’impression que tout le monde me considère comme une vache à traire.» Nous dit-il.

« Mon grand frère a construit sa maison avec mon argent à mon insu.»

Pour éviter ces coups ourdis, les « modous modous » préfèrent profiter de leurs congés pour surveiller eux-même leurs chantiers ou mettre en place leurs propres activités. C’est l’exemple de Modou Mbaye, cuisinier à Bordeaux. Il lui a fallu 6 ans pour terminer les travaux de sa maison au Sénégal. «J’envoyais toujours de l’argent à mon grand frère pour l’achat d’un terrain. À chaque fois il revenait me dire que l’argent a servi à l’achat d’ordonnances ou à régler d’autres problèmes dans la famille. À l’époque je ne pouvais pas aller au Sénégal par ce que je n’avais pas encore mes papiers. Quand je me suis fait régulariser, je suis rentré au pays et j’ai constaté que mon grand frère utilisait mon argent pour construire sa maison. Je continue de l’aider parce que c’est mon frère mais je ne vais plus jamais lui confier des projets.»

Aujourd’hui, beaucoup de Sénégalais ont tourné le dos à des membres de leurs familles après avoir été escroqués. Pour ceux qui ont le courage de partir devant les tribunaux pour réclamer justice, ils sont parfois découragés par les longues procédures qui parfois n’aboutissent à rien. Pour d’autres, la sauvegarde des liens familiaux et la pression les empêchent de tenter une quelconque action judiciaire. Dans ces cas de figure certaines victimes préfèrent rompre les liens avec leurs familles, d’autres se retrouvent ruinés malgré des années d’investissement et de travail acharné.

Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.