Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 1er avril 2021

1- Dialogue politique : Le Front de résistance nationale claque la porte

Le Front de résistance nationale a claqué la porte de la commission du dialogue politique. Le coordonnateur dudit front en a fait l’annonce ce jeudi. « Le FRN informe solennellement l’Opinion publique, tant nationale qu’internationale de sa décision de suspendre sa participation aux travaux de la Commission Politique du dialogue, jusqu’à nouvel ordre », a-t-il annoncé.

Si le Frn a pris une telle décision, c’est qu’il estime que la majorité « est en train de s’arc-bouter sur sa décision unilatérale de faire tenir les élections locales au courant de l’année 2022 ». « Et cela, en dépit de l’argumentation technique et scientifique qui lui a été servie, montrant clairement et nettement la possibilité d’organiser ce scrutin, au plus tard en décembre 2021 », souligne le Front de l’opposition cité par l’Asnews.

2- La Police sous le choc après le décès brutal du brillant élève inspecteur de police Pape Mbar Faye retrouvé mort sur son lit

Le quotidien L’Observateur dresse le parcours jalonné de succès du défunt élève inspecteur de police Pape Mbar Faye dont le décès a ému la police ce jeudi. L’élève inspecteur de police a été retrouvé mort dans son lit à la veille de sa sortie de promotion. Selon nos confrères de l’Obs, c’est ce mercredi qu’il devait finir sa formation d’Inspecteur de police pour aller faire un stage. Pape Mbar Faye a eu un brillant parcours.

Après avoir obtenu le Bac en 2005, il intègre la Faculté des Sciences juridiques de l’UCAD où il passe deux ans. Ensuite, il rejoint l’armée en 2008. Deux ans après, il réussit le concours d’entrée à la gendarmerie nationale et celui de la police. Il fait partie de la 38e promotion de la police. Au sortir de sa formation, il est à la compagnie de circulation à la police centrale où il a fait 5 ans de service.
En 2016-2017, il est allé au Minusma du Mali pour un an. À son retour au Sénégal, il est affecté au commissariat de Golf Sud.

3- Le feuilleton de la succession de Mourchid Iyane Thiam prend une tournure dangereuse : Imam Oumar Diène victime d’une agression avec arme

Sur le même sujet

Le nouveau coordonnateur de la commission nationale de concertation du croissant lunaire (CONACOC) a été agressé dans la nuit du mercredi 31 mars au 01 avril 2021. « Un homme a fait irruption dans mon bureau et a tenté de m’intimider avec une arme. J’ai pu récupérer l’arme et il m’a violenté avant de s’enfuir. La police est à sa recherche. Je laisse le soin à la police de s’occuper de cette affaire », a indiqué l’Imam Oumar Diène. Ce dernier qui dit ne pas être ébranlé par les attaques dont il fait l’objet depuis qu’il est à la tête de la commission lance un message à l’endroit de ses détracteurs : « je ne lâcherai pas prise, je vais continuer à diriger cette commission », a-t-il laissé entendre sur les ondes de la RFM citée par Xalima.

4- Amnesty International réclame justice pour les familles des victimes tuées lors des récentes manifestations enregistrées dans notre pays

Selon le journal les Echos, Seydi Gassama et ses collègues qui affirment avoir recensé 12 morts et 400 blessés ont commis 10 avocats pour défendre les familles des victimes. Pour rappel Amnesty avait déjà posé un acte fort en faisant signer une pétition à des milliers de sénégalais pour réclamer l’ouverture d’une enquête dans cette affaire. « Les manifestations qui se sont déroulées au Sénégal dans la période du 3 au 8 mars 2021 ont été durement réprimées par les forces de sécurité, entraînant des pertes en vies humaines et des blessés. Des enquêtes doivent être ouvertes afin que les responsables rendent compte de leurs actions », déplorait Seydi Gassama.

5- Ethnicisme /Ousmane Sonko répond à Madiambal : « Il y a des paroles de fou que l’on ne doit pas prendre en compte »

Ousmane Sonko, lors d’une tournée ce mercredi à Ndoffane, relayée par Rewmi quotidien, sans citer Madiambal et Cie, préfère inviter les Sénégalais à prendre de la hauteur pour ne pas tomber dans le piège.

« Il y a des paroles de fou que l’on ne doit pas prendre en compte. Le Sénégal a dépassé les considérations ethniques. Dans cette salle, il y a la présence de toutes les ethnies confondues. Tous sont présents ici.

Nous tous, nous sommes pour le Sénégal. Si le pays est dans la paix, c’est nous, et le contraire c’est nous. Il y a des gens qui savent déjà qu’ils ont déjà perdu et ce qui les intéresse maintenant c’est comment faire pour brûler le pays. Nous devons avoir de la hauteur et ne jamais accepter d’entrer dans leur piège. Que personne ne nous vienne nous mêler avec ces histoires qui n’ont ni tête ni queue », avertit Sonko.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.