Le Café qui réveille l'Info

Salaires, contrats et condition de travail, la traite jamais racontée des journalistes dans les organes de presse

Ils sont rayonnants devant les caméras. Au micro, leurs voix audibles et belles nous font vivre des faits comme si on y était. Quand on les lit, ils nous plongent au cœur de l’information. Certains les appellent les voix des sans voix, d’autres le 4ème pouvoir ou encore le contre-pouvoir. Eux, ce sont les journalistes. Ces soldats de l’information passent toute leur vie à chercher à servir le public à travers différents médias. Ils mettent les projecteurs sur la société pour faire jaillir les plus belles choses que l’homme est capable d’accomplir tout comme son côté nuisible. Ils sont parfois victimes d’intimidation, d’injures et de toutes sortes de menaces mais leur vie passe inaperçue. Que se passerait-il si nous retournions les projecteurs vers ces mêmes journalistes? Là, on constatera que derrière ses belles plumes, derrière ces belles voix et derrière ses beaux visages se cachent aussi la misère. Une véritable traite d’être humain. Ces hommes sont utilisés, exploités dans des conditions de travail les plus précaires. Certains exercent depuis des années et n’ont jamais perçu de salaire. D’autres n’ont jamais signé de contrat même s’ils sont très actifs. Ces pratiques sont courantes dans les plus grandes maisons de presse au Sénégal et tout, sous le silence total et complice de nos autorités. Pour mieux comprendre ce que nous appelons dans ce dossier « la traite des journalistes», nous sommes partis à la rencontre de quelques professionnels de ce métier.

Ils sont au quotidien sur le terrain, derrière les micros ou devant les caméras pour informer le grand public. Ces soldats de l’information  vivent cependant le calvaire dans certains organes de presse. Certains patrons ne concrétisent jamais leurs promesses. F.B N’diaye est journaliste présentatrice télé et radio. Elle exerce ce métier depuis 2013. Elle a fréquenté plusieurs maisons de presse au Sénégal comme la RFM, I Radio, Touba TV, Dakar TV et TOTEM Actu. Elle officie aujourd’hui sur une Web Tv très connue à Dakar . Depuis 8 ans d’exercice, Mme N’diaye n’a jamais signé de contrat. Elle a accepté de travailler dans ces boîtes pour avoir un nom et se frayer un chemin dans ce milieu. Quelques années plus tard, elle décide de ne plus travailler sans salaire. La goutte qui a fait déborder le vase vient d’un grand journaliste qui a mis en place un média basé sur le web. Mme N’diaye embauchait à 9h pour débaucher à 22h. Elle présentait les éditions en français et en Wolof dont 5 éditions par jour. Le temps passe mais elle ne voit jamais le comptable de la boîte. Et pourtant, ces collègues reporters qui étaient loin d’avoir la même charge de travail qu’elle, avaient un salaire. Alors elle décide de tout arrêter et de rester chez elle. Au bout de 2 jours, elle reçoit un coup de fil d’un responsable de la télé. Mme Seck explique qu’elle ne pouvait plus continuer à travailler à condition qu’elle soit régularisée avec un contrat bien défini et un salaire. Elle ne recevra plus d’appel de cette rédaction alors qu’on lui avait promis un CDI après 3 mois d’essai. Une énième déception de trop qui la pousse à songer à changer de métier pour de bon. Aujourd’hui elle a trouvé un autre travail dans le journalisme. Son salaire n’atteint pas 100 000 CFA mais elle est heureuse de le percevoir car elle ne paie pas le transport contrairement à ces expériences précédentes.

Des centaines de jeunes vivent la même situation que Mme N’diaye. Ce jeune journaliste que nous avons décidé d’appeler Mbissane exerce dans une radio de la place depuis 2016. Pendant ces deux premières années, il n’avait pas droit à grande chose. Pas de primes, pas de salaire. Aujourd’hui, il perçoit des indemnités de transport évaluées à 25000 FCFA le mois. Son salaire est estimé à 70 000 francs mais il ne le touche que très rarement. Même s’il travaille depuis 2016, aucun contrat ne le lie à sa boite.

La vie de Mbissane et celle de Mme N’diaye reflètent le désespoir de toute une génération perdue par l’amour d’un métier et la volonté de réussir. O. Sow est lui aussi journaliste correspondant d’une grande maison de presse à Tambacounda. Il exerce ce métier depuis 2017. Il a fréquenté plusieurs rédactions comme celles du groupe Alkuma de Tambacounda, du  groupe E Media ou encore Ndické Espoir FM. « Je n’ai jamais signé de contrat avec tous ces organes de presse. Ils me proposaient tout juste une maigre somme d’argent et je ne le percevais pas à  tous les fins du mois. Par exemple, au groupe Alkuma, je pouvais rester 3 mois sans être payé. » Nous confie O. Sow. *

Pour Mr Sow, après 4 ans d’expériences, sa situation financière n’a connu aucune évolution. Il vit au quotidien dans la précarité et dans des conditions de travail très difficiles. Je préfère ne pas appeler de salaire ce que je gagnais. C’était une motivation qui n’était pas régulière. Au moment où je vous parle, je suis correspondant d’une radio mais je peine même à gagner plus que ce que je gagnais dans les autres organes. Ma motivation (je préfère l’appeler ainsi que le salaire) est de 60000 frs. Je rappelle qu’avec la radio avec laquelle je travaille présentement, je suis payé en fonction du nombre d’éléments que j’envoie à la rédaction. Et chaque sujet traité (en français et en wolof), est facturé à 2500f.

Pour mieux faire son travail, O. Sow s’est acheté lui-même ses propres outils. Le dictaphone qu’il utilise, l’ordinateur, la connexion sont payés de sa propre poche. Il assure aussi les charges de son lieu de travail comme l’eau et l’électricité. Sa situation est comparable à celle de centaines de journalistes au Sénégal. «La situation financière des journalistes est misérable, catastrophique, elle est aussi sans façon. J’ai vu des journalistes qui travaillent dans des médias et qui ne gagnent aucun franc à la fin du mois. Leur patron les fait travailler sans les payer. Ils ne peuvent rien dire ni rien faire car ils n’ont pas de contrat avec l’entreprise. Pire encore, ils sont contraints de rester. S’ils quittent leurs postes, d’autres les remplaceront et ils sont prêts à accepter les mêmes conditions de travail. La conséquence est que lors des conférences de presse les journalistes font la queue pour récupérer les perdiums. C’est leurs seuls moyens de substitutions. »

« J’ai perdu ma femme à cause de cette misère ! »

Ces conditions financières très précaires ne sont pas sans conséquence sur la vie de ces journalistes qui pour la plupart du temps sont des jeunes. Un de nos interlocuteurs nous confie que sa femme a quitté son ménage car il ne pouvait plus l’entretenir financièrement et même s’il travaille tous les jours et sans repos.

Ils sont nombreux dans les différentes rédactions au Sénégal à travailler gratuitement. Administrativement, ils n’ont aucune reconnaissance et ne peuvent pas se plaindre auprès des autorités juridiques. Ils attendent désespérément leurs chances pour être régularisé par un contrat assorti d’un bon salaire. Les patrons de presse usent ce désespoir des jeunes pour profiter gratuitement de leurs compétences. Il y a à peine un mois, un groupe de journalistes réclamait à leurs patrons plus de 24 mois de salaire. Une dette que ce dernier n’a pas voulu reconnaître car estimant qu’aucun contrat ne le liait à ces jeunes. 

Même s’il existe au Sénégal un Syndicat des professionnels de l’information et de la communication, ce n’est pas pour autant que la « traite des journalistes » a diminué ou est résolue. D’ailleurs nos interlocuteurs n’ont pas la même perception sur l’utilité de ce syndicat. Mme N’diaye pense que le SYNPICS quand il est informé accompagne les journalistes en cas de refus de paiement de salaire ou un refus de contrat. La preuve ? Après avoir servi pendant des mois sans salaire et sans contrat, le responsable du SYNPICS l’avait accompagnée à trouver un avocat et de poursuivre la boîte avant qu’elle ne décide elle-même de laisser tomber la procédure. Son avis n’est pas  partagé par Mbissane. Selon lui, les journalistes ne bénéficient jamais de l’aide que le gouvernement accorde à la presse. Seuls les patrons de presse s’en remplissent les poches et personne ne dit rien.

Quand la misère ouvre les portes à la corruption! 

Certains hommes politiques et hommes d’affaires ne lésinent pas sur les moyens pour occuper l’espace médiatique. Pour atteindre leurs fins, ils peuvent créer leur information et commanditer le traitement qui en sera fait à l’échange de quelques faveurs financières. Ainsi, l’argent prend le dessus sur l’éthique et la déontologie. Des mots qui ne signifient pas beaucoup pour ces journalistes exploités au quotidien qui ne pensent qu’à quoi mettre sous la dent.

Au cours de ces dernières années, la presse a connu un éclatement au Sénégal. Les entreprises de presse ne cessent de croître. Internet et les réseaux sociaux ont aussi joué leur partition. Les web médias se multiplient et la demande sur le marché de l’emploi aussi. Le secteur grandit mais est loin d’être organisé pour mettre un terme à toutes les dérives qui y sont constatés.

Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.