Le Café qui réveille l'Info

Activisme en Afrique, les jeunes se radicalisent face aux despotes de nos républiques !

Considéré comme une forme de contestation violente (verbale ou physique) l’activisme c’est le biais par lequel les jeunes affrontent les pouvoirs publics. C’est à travers des discours révolutionnaires ou des actes de défiance qu’ils dénoncent certains faits. Aujourd’hui On note de plus en plus une vague déferlante d’activistes sénégalais et surtout dans la diaspora. Beaucoup d’entre eux sont des jeunes. Ils utilisent des réseaux sociaux comme Facebook pour faire passer des messages qui parfois sont très virulents. Certains de ces jeunes s’attaquent aux dignitaires politiques et d’autres n’épargnent personnes. Toutefois, on peut se demander pourquoi l’activisme est devenu un phénomène malgré les risques qui vont avec ?

Le poing levé comme symbole des luttes d’émancipation, des artistes et activistes participant à l’Université populaire de l’engagement citoyen (UPEC) à Dakar.
 © Upec

Dans certains pays démocratiques, la séparation des pouvoirs n’est pas un vain bavardage. En cas de dérives, le pouvoir peut se faire recadrer par d’autres institutions de la république. La presse joue son rôle de contre-pouvoir et peut fouiller dans la gestion d’un gouvernement en toute liberté. Le peuple souverain a aussi le pouvoir de contester certaines décisions à travers des marches ou d’autres formes de protestation sans risque d’être réprimandé. Dans  certains de nos pays d’Afrique, ces libertés qui font d’une république une véritable démocratie ne sont malheureusement pas garanties. La séparation des pouvoirs n’existent que sur les papiers et ne reflète guerre la réalité. La jeunesse considérée comme l’avenir est souvent oubliée et zappée au niveau des instances de décisions. La plus part des membres de l’assemblée nationale, du gouvernement et d’autres institutions sont des personnes qui sont proches ou qui ont atteint l’âge de la retraite. Pendant ce temps, les nouveaux diplômés courent derrière un emploi. Certains programmes destinés à l’entrepreneuriat et à l’employabilité des jeunes ne sont pas accessibles à tous et parfois même servent de fonds politiques.

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Accédez en illimité à SenCaféActu Gëstu

1 500 FCFA /Mois
le numéro de téléphone est requis
Cliquez ici pour découvir comment ouvrir un compte par un autre moyen.

Des difficultés ? Contactez nous sur WhatsApp au +221 76 188 10 18

Les commentaires sont fermés.