Le Café qui réveille l'Info

Activisme en Afrique, les jeunes se radicalisent face aux despotes de nos républiques !

Considéré comme une forme de contestation violente (verbale ou physique) l’activisme c’est le biais par lequel les jeunes affrontent les pouvoirs publics. C’est à travers des discours révolutionnaires ou des actes de défiance qu’ils dénoncent certains faits. Aujourd’hui On note de plus en plus une vague déferlante d’activistes sénégalais et surtout dans la diaspora. Beaucoup d’entre eux sont des jeunes. Ils utilisent des réseaux sociaux comme Facebook pour faire passer des messages qui parfois sont très virulents. Certains de ces jeunes s’attaquent aux dignitaires politiques et d’autres n’épargnent personnes. Toutefois, on peut se demander pourquoi l’activisme est devenu un phénomène malgré les risques qui vont avec ?

Le poing levé comme symbole des luttes d’émancipation, des artistes et activistes participant à l’Université populaire de l’engagement citoyen (UPEC) à Dakar.
 © Upec

Dans certains pays démocratiques, la séparation des pouvoirs n’est pas un vain bavardage. En cas de dérives, le pouvoir peut se faire recadrer par d’autres institutions de la république. La presse joue son rôle de contre-pouvoir et peut fouiller dans la gestion d’un gouvernement en toute liberté. Le peuple souverain a aussi le pouvoir de contester certaines décisions à travers des marches ou d’autres formes de protestation sans risque d’être réprimandé. Dans  certains de nos pays d’Afrique, ces libertés qui font d’une république une véritable démocratie ne sont malheureusement pas garanties. La séparation des pouvoirs n’existent que sur les papiers et ne reflète guerre la réalité. La jeunesse considérée comme l’avenir est souvent oubliée et zappée au niveau des instances de décisions. La plus part des membres de l’assemblée nationale, du gouvernement et d’autres institutions sont des personnes qui sont proches ou qui ont atteint l’âge de la retraite. Pendant ce temps, les nouveaux diplômés courent derrière un emploi. Certains programmes destinés à l’entrepreneuriat et à l’employabilité des jeunes ne sont pas accessibles à tous et parfois même servent de fonds politiques. Le critère pour être financé ou embauché c’est de militer en faveur de la personne en charge de la gestion de ces programmes. Face à cette situation cumulée à une mal gouvernance et une gabegie financière galopante sans compter les nombreuses institutions budgétivores que regorgent notre pays, une opposition inexistante dépassée par les urgences sociales, une société civile engloutie par le pouvoir, la lutte et la défiance restent les seules solutions pour les jeunes. Ceci expliquerait le phénomène des activistes en Afrique et surtout au Sénégal. C’est aussi l’avis d’Ousmane Tanor Dieng activiste sénégalais établi en France.

« Dans un pays où les inégalités sont frappantes, à côté d’une injustice sociale qui vulnérabilise d’avantage les masses populaires, l’engagement politique et citoyen s’érige comme une nécessité. L’Afrique est le seul continent qui voit le nombre de ses démunis augmenter de façon exponentielle depuis le fameux effondrement du mur de Berlin. Dixit Ousmane Tanor. 

En tant que jeune et citoyen africain notre responsabilité́ générationnelle est de participer à l’effort de construction de nos pays à cotes des masses. »

 «Seule la lutte libère » A-t-on l’habitude de dire. Pour se défaire des mailles des hommes assoiffés de pouvoirs et de fortunes, il faut oser mettre sa vie en jeu. Ce courage n’est pas donné à tout le monde. Ceux qui osent se sacrifier au nom de la communauté sont vus comme des héros. Ils dénoncent les tares de la société et sensibilisent contre les mauvaises attitudes. Cependant, cette activité peut s’avérer très dangereuse. Pour un activiste, la prison est une deuxième maison. En Afrique, certains d’entre eux se sont vus interdits de séjour dans certains pays qui parfois appartiennent à une même communauté régionale ou sous régionale. En Mars 2015, des membres du mouvement y’en a marre se sont faits arrêter à Kinshasa au Congo puis expulser du pays alors qu’ils prenaient part à une rencontre sur l’engagement citoyen. Les autorités locales avaient jugé cette rencontre illégale. En Décembre 2007, l’artiste Ticken Jah Fackoly avait été bani a Dakar pour avoir dit lors d’un concert dans la capitale sénégalaise, « Monsieur le président, quittez le pouvoir si vous aimez le Sénégal.» La réponse du gouvernement d’Abdoulaye ne s’était pas fait attendre. Ticken Jah n’a plus jamais remis les pieds à Dakar. L’artiste subira le même sort au Congo et en Côte d’ivoire avant de s’exiler au Mali. Le franco béninois Kémi Séba leader du mouvement anti-impérialisme européenne « Urgences Panafricanistes » a vécu la même situation à Dakar après avoir brulé un billet de banque en francs CFA, une monnaie qu’il taxe de monnaie coloniale. Venu prendre part à la deuxième édition de l’Université populaire de l’engagement qui devait se tenir à Dakar, le rappeur et activiste du Congo Brazzaville Martial Pa’ Nucci  avait été bloqué à l’aéroport international Blaise Diagne le 12 décembre 2020. Il y restera 4 jours avant de rebrousser chemin. 

Au Sénégal, des activistes comme Guy Marius Sagna et Abdou Karim Gueye dit Karim Xrum Xax ont plusieurs fois séjourné en prison pour avoir bravé des interdits des autorités locales concernant des marches dites non autorisées. Les jeunes activistes sont tous conscients des risques qu’ils encourent. 

« Dans des pays où le pouvoir exécutif étouffe les autres pouvoir, l’état des libertés fondamentales n’est jamais satisfaisant. Il suffit de regarder le sort qui est réservé́à Kemi Seba ou à Guy Maruis Sagna pour être convaincu des risques qui planent sur la tête des activistes.

Mais notre volonté́ de changer de paradigmes est plus importante. Comme disait le Che  » les murs le plus solides s’effondrent à travers les fissures  » Aujourd’hui la voix de la jeunesse africaine est entendue de partout dans le monde, ce qui fait que les régimes autoritaires qui inondent le continent ont de quoi s’inquiéter. » Nous dit l’activiste Ousmane Tanor.

Dans la diaspora, ces jeunes activistes se comptent à des dizaines. Ils se comparent parfois à Thomas Sankara, à Nelson Mandelas ou à d’autres figurent qui ont marquées l’Afrique coloniale ou la lutte contre les inégalités de manière générale. Ils sont suivis par des milliers d’internautes qui représentent une audience fidèle et très réactive. Ils s’attaquent au quotidien au régime en place à travers des émissions diffusés en direct sur facebook et Youtube.  Leurs discours qui parfois peuvent être incendiaires ou limite insolents les exposent à certains problèmes même s’ils sont à des milliers de kilomètres de leurs pas d’origine. Certains activistes comme Ousmane Tounkara, Ousmane Ba entre autres pourraient se faire arrêter s’ils foulaient le tarmac de l’aéroport Blaise Diagne. D’autres ont même mis une croix sur leurs terres natales en espérant un jour un changement de régime.  Ils leurs arrivent de proférer des insultes à l’endroit des autorités ou de faire des révélations dont on ne saurait prouver la véracité. Malgré ces risques de privation de liberté, ces jeunes activistes affirment leurs prises de position sans crainte. C’est ce que révèle Ousmane Tanor Dieng dit Tanor Sankariste. « Certes les risques sont nombreux mais de làà avoir peur, Non! Nous savons pourquoi nous nous sommes engagés et pourquoi nous menons ce combat. À partir de là, aucune peur, aucune crainte ne sauront nous dissuader. Ce qui est important pour nous, c’est de construire avec les masses une somme de connaissances  pour comprendre l’état actuel du monde. L’Afrique est mutilée, exploitée et humiliée dans une mondialisation sauvage sans égard envers les sujets africains. Donc notre mission trouve toute sa pertinence et sa raison d’être dans ce cas de figure. Le capitaine Thomas Sankara disait qu’une jeunesse mobilisée est dangereuse, une jeunesse mobilisée est une puissance qui effraye même les bombes atomiques « .

Dans un passé récent, ces formes de contestation ont existé au Sénégal mais d’une autre manière. Des journalistes montaient au créneau pour dénoncer « la mal gouvernance » du régime d’alors. C’était le cas de Souleyeme Jules Diop, Madiambal Diagne, Feu Sidy Lamine Niasse, Pape Alé Niang et d’autres personnalités de la société civile et de la presse. Alors que certains de ces acteurs ont fini par retourner leurs vestes en se rangeant au côté du pouvoir, les jeunes semblent prendre leur destin en main. 

Toutefois, il faut reconnaitre que certains activistes ont des colorations politiques. Leurs discours sont parfois très subjectifs. Il s’attaque au gouvernement à tout va. Cette coloration politique amène certains activistes à des prises de position contradictoires à leurs démarches initiales et les éloignent de l’objectivité. Le peuple s’interroge parfois même sur la pertinence de ces luttes et les intérêts qui pourraient être derrière. Qu’importent les motivations des uns et des autres, la parole publique semble être libérée par internet et les réseaux sociaux. Une occasion que saisissent les jeunes pour prendre la revanche sur les acteurs politiques. 

Par Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.