Le Café qui réveille l'Info

Guerre contre la covid-19 : ces batailles perdues par le Sénégal

Depuis le premier cas de coronavirus enregistré par le Sénégal, le président de la République a annoncé que le pays était en guerre. Tous les services de l’État ont été mobilisés y compris la police pour vaincre l’ennemi invisible. Comme dans un vrai champ de bataille, le chef de l’État a dirigé les combats dans les tranchées. Des stratégies de combats ont été élaborées avec des commandos désignés. Alors qu’on croyait que l’ennemi avait été neutralisé et que la guerre était finie, la Covid-19 revient avec plus de force et de dangerosité. Depuis plus d’une semaine le pays enregistre près de 200 cas par jour. Comment en sommes-nous arrivés là ? Plusieurs combats ont été perdus par l’État dans cette guerre qui l’oppose à la Covid-19.

Une mauvaise communication qui sème le doute.

La communication a été le premier maillon faible de l’État du Sénégal. Des déclarations ont fusé de partout. On a fait croire à l’opinion que le danger vient de l’étranger. L’on se rappelle de la stigmatisation subie par les sénégalais de la diaspora avec la terminologie « cas importé ». À Pikine, des jeunes se sont même révoltés contre l’inhumation d’une victime de la Covid-19 croyant que le corps pourrait les contaminer même à sept pieds sous terre. Les autorités ne communiquent pas sur les symptômes. Des malades asymptomatiques qui avaient été testés positifs ne croyaient pas à l’existence de la maladie car ne savaient pas qu’ils pouvaient avoir le virus et le transmettre sans en ressentir les symptômes. 

Les  journalistes se sont très vite lassés des points de presses tenus au quotidien par les services du ministère de la santé. Les cas de contaminations et les décès augmentent mais les populations parlent de victimes imaginaires. Ne fallait-il pas aller au cœur des services de réanimation pour montrer l’état des malades ? Même si cette stratégie paraît choquante, il aurait fallu mettre en évidence certaines personnes atteintes pour qu’elles croient à l’existence de la maladie. 

 A la place des  professionnels de la santé, les politiciens et les activistes occupent les médias.

Dans la plupart des pays touchés par la pandémie, les professionnels de santé défilent devant les médias pour alerter sur le danger de la maladie. Ils parlent de son évolution, des symptômes et de ceux qui persistent des mois après l’infection et des mutations du virus. Au Sénégal, c’est la politique qui reste au centre des débats. Les opposants au régime cherchent les failles du gouvernement et les activistes cherchent à faire croire aux gens que la Covid-19 serait moins dangereuse que d’autres maladies qui font des ravages depuis très longtemps. Ils ont certainement oublié qu’ils s’étaient engagés à faire bloc ensemble pour vaincre l’ennemie invisible. Cette situation a favorisé la manipulation à la place de l’information. Cette stratégie a plutôt bien marché car le nombre de sceptiques ne fait que croître donnant à la maladie plus de forces pour gagner du terrain.

À DÉCOUVRIR

Macky et ses sorties qui ne convainquent pas.

En période de crise, le discours est très important. C’est l’élément par lequel on peut rassurer et conseiller la population. Pour y arriver, la forme et le fond doivent être bien conçus selon les circonstances. Notons que pour ses différentes sorties, le président qui a toujours parlé de guerre n’a jamais parlé comme un véritable général. Ni le ton ni sa mine n’ont fait transparaître cette situation de crise dans laquelle nous sommes. D’ailleurs, ses déclarations ont souvent coïncidé avec celles de son homologue français Emmanuel Macron. Coïncidence ou imitation ? Quoiqu’il en soit, il faut noter qu’il arrive parfois que le Président Sall utilise les mêmes termes que ceux du Président Macron. Suffisant pour que les Sénégalais pensent qu’ils assistent à une pièce de théâtre d’imitation. 

Toujours dans la communication, une crise alimentaire aurait pris le dessus sur la crise sanitaire. L’aide accordée à la population par l’Etat était le menu des débats publics. Pire, la première sortie du chef de l’Etat déguisé en soldat a été effectuée dans un dépôt de riz au moment où d’autres présidents étaient dans les hôpitaux en contact avec les soignants et les malades. 

Des modèles de comportements irresponsables 

Alors que le gouvernement a même décrété un état d’urgence sanitaire assorti d’un couvre-feu, certains de ses membres ont été les premiers à avoir bafoué les règles. Le ministre de la santé en personne accueillait dans une salle pleine à craquer des militants dont beaucoup d’entre eux n’étaient pas masqués. Le président a lui-même organisé l’anniversaire de son parti dans une salle de la place en présence de ses militants. Le couvre-feu instauré de 20h à 6h du matin n’a jamais été compris par les populations qui ont parfois même défié les forces de l’ordre dans certains quartiers de Dakar. Des fils des détenteurs de l’autorité ont bravé l’état d’urgence en organisant une soirée privée qui a abouti à une mort d’homme. La libération de ces jeunes laissent un sentiment d’une justice à deux vitesses chez certains sénégalais.

Alors que la deuxième vague est en train de faire des ravages, le scepticisme monte d’un cran. Le nombre de contaminés tourne autour de 200 cas au quotidien. Les mesures barrières et de distanciation sociale considérées efficaces pour freiner l’évolution de la maladie ne sont respectées que pour les beaux yeux des agents de police. Certaines personnes mettent le masque pour imiter les khalifs généraux mais pas pour se protéger de la maladie. Ce combat contre la covid-19 semble un combat pour le peuple sans le peuple. L’Etat pensera-t-il à corser les mesures et revoir sa politique de communication pour éviter le pire s’il n’est pas trop tard. Même si la maladie avance et gagne du terrain, il est encore possible de la battre si tout le monde s’engage à lui freiner la route. 

Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.