Le Café qui réveille l'Info

Guerre contre la covid-19 : ces batailles perdues par le Sénégal

Depuis le premier cas de coronavirus enregistré par le Sénégal, le président de la République a annoncé que le pays était en guerre. Tous les services de l’État ont été mobilisés y compris la police pour vaincre l’ennemi invisible. Comme dans un vrai champ de bataille, le chef de l’État a dirigé les combats dans les tranchées. Des stratégies de combats ont été élaborées avec des commandos désignés. Alors qu’on croyait que l’ennemi avait été neutralisé et que la guerre était finie, la Covid-19 revient avec plus de force et de dangerosité. Depuis plus d’une semaine le pays enregistre près de 200 cas par jour. Comment en sommes-nous arrivés là ? Plusieurs combats ont été perdus par l’État dans cette guerre qui l’oppose à la Covid-19.

Une mauvaise communication qui sème le doute.

La communication a été le premier maillon faible de l’État du Sénégal. Des déclarations ont fusé de partout. On a fait croire à l’opinion que le danger vient de l’étranger. L’on se rappelle de la stigmatisation subie par les sénégalais de la diaspora avec la terminologie « cas importé ». À Pikine, des jeunes se sont même révoltés contre l’inhumation d’une victime de la Covid-19 croyant que le corps pourrait les contaminer même à sept pieds sous terre. Les autorités ne communiquent pas sur les symptômes. Des malades asymptomatiques qui avaient été testés positifs ne croyaient pas à l’existence de la maladie car ne savaient pas qu’ils pouvaient avoir le virus et le transmettre sans en ressentir les symptômes. 

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Accédez en illimité à SenCaféActu Gëstu

1 500 FCFA /Mois
le numéro de téléphone est requis
Cliquez ici pour découvir comment ouvrir un compte par un autre moyen.

Des difficultés ? Contactez nous sur WhatsApp au +221 76 188 10 18

Les commentaires sont fermés.