Le Café qui réveille l'Info

Rétrospective, Covid, émigration, dialogue politique, décès,… ces événements qui ont marqué 2020

L’année 2020 aura été fortement marquée par des évènements qui ont secoué le monde entier. Au Sénégal, la pandémie de la covid_19 a laissé des souvenirs sombres dans tous les secteurs. D’une économie dégringolante à des pertes en vie humaines, rien n’aura été épargné par cette maladie qui n’a pas encore dit son dernier mot. Le 2 mars 2020, le président Macky Sall annonçait le premier cas enregistré par notre pays. Quelques jours plus tard, il s’adressa à la nation pour annoncer une guerre contre un ennemi invisible. S’ensuit une rencontre avec les acteurs politiques et de la société civile au palais. L’assemblé nationale vota par la suite la loi d’habilitation pour permettre au président de la république de légiférer par ordonnance. 

Toujours pour faire face à la pandémie et être au chevet des populations, le “fonds force Covid-19” estimé à 1000 milliards a été mis en place. L’attribution des marchés pour l’aide destinée à la population a également fait couler beaucoup d’encre et de salive. Le marché du transport des denrées accordé à Diop Sy et à d’autres personnes étrangères dans ce secteur n’aurait pas respecté le code de marchés publics selon une bonne partie de la population. 

La mesure visant l’interdiction de rapatrier les corps de la covid-19 depuis l’étranger a fortement secoué la diaspora sénégalaise. Le Collectif Pour le Rapatriement des corps a été mis sur pied pour protester contre cette décision. Les soutiens se sont multipliés à l’encontre de ce mouvement qui regroupait des Sénégalais établis partout dans le monde. Le caractère contagieux des malades avait été révélé faux par des chercheurs. L’Etat a fini par capituler face à la résistance.

Au-delà de l’aspect politique, la Covid-19 nous aura également arrachés de valeureux Hommes et Femmes dont certains étaient mondialement connus. Pape Diouf, ancien président de l’Olympique de Marseille en est un exemple. Aujourd’hui, plus de 387 personnes en ont perdu la vie. 

Le Gamou et le Magal tenus malgré l’état d’urgence !

Dans ce même contexte de pandémie, le grand Magal de Touba a été tenu rassemblant ainsi près de 4 millions de personnes. L’explosion des cas que craignaient les autorités n’a pas eu lieu. Rappelons que la ville sainte de Touba avait maintenu les prières dans les moquées. Le Khalif Général des Mourides Serigne Mountakha avait donné l’ordre aux travailleurs de la grande mosquée de continuer de faire l’appel à la prière et d’effectuer ce pilier de l’Islam sur place. 

Dans d’autres villes du Sénégal, la fermeture des lieux de culte et d’autres lieux accueillant du public avait été scrupuleusement respectée sous la vigilance des forces de l’ordre. 

L’autre information qui a fait couler beaucoup d’encre lors de ce Magal était le cas Aïda Diallo. La veuve de Cheikh Béthio Thioune qui voulait tenir son Magal à Ngabou s’est vu interdire d’accès partout où elle est passée. Les dons qu’elle a voulus offrir à certains dignitaires mourides ont partout été refusés. Elle finira par célébrer le départ de l’exil de Cheikh Ahmadou Bamba chez elle à Madainatou Salam à Mbour. 

Quelques semaines après le grand Magal de Touba, le Gamou a été célébré dans plusieurs localités du pays. Tivaoune qui faisait partie des plus grandes attractions n’a pas été au rendez-vous après le ndigeul du khalif Serigne Babacar Sy Mansour recommandant aux disciples de célébrer la naissance du prophète chez eux. Dans cette même ville, les mouchtafsidines sous la houlette de Serigne Moustapha Sy ont comme à l’accoutumée célébré le Maouloud aux champs de courses. Une nuit lors de laquelle plusieurs déclarations polémiques ont été faites par Serigne Moustapha. Médina Baye et d’autres villes religieuses ont également célébré la naissance du prophète de l’Islam. 

La recrudescence des cas aboutie à un Noël à domicile !  

Le 24 décembre à 9h, le Sénégal a enregistré 154 nouveaux cas de Covid-19 et 3 décès supplémentaires. Cette recrudescence des cas a poussé les autorités à renforcer les mesures de précaution. La communauté chrétienne avait été appelée à célébrer Noël à domicile tirant ainsi un trait sur certaines cérémonies comme les messes de minuit. Ces mesures barrières ont été bien respectées.

Les acteurs politiques à la table du président Macky Sall !

Il n’y a pas que la covid qui a réussi à rassembler les acteurs politiques en 2020. Le président de la République avait initié un dialogue national avec les différents acteurs politiques et la société civile. Famara Ibrahima Sagna qui dirigeait ce dialogue n’a pas vu l’ombre de certains membres de l’opposition comme Ousmane Sonko. Même si Abdoulaye Wade de son côté était également contre, ses anciens proches collaborateurs ont brillé par leur présence. C’est l’exemple d’Oumar Sarr.

Un dialogue peut en cacher un autre!

Alors que des discussions se tenaient entre acteurs politiques pour définir de nouvelles orientations afin de redresser le Sénégal, le président de la République dialoguait en douceur avec certains leaders comme Idrissa Seck, Oumar Sarr et autres. De ces discussions sera né un nouveau gouvernement avec l’arrivée des membres de grands noms de l’opposition. L’information de taille était la nomination d’Idrissa Seck à la tête du Conseil Économique Social et Environnemental. Aissata Tall Sall a également fait son entrée dans le gouvernement alors lors qu’Aminata Touré, Amadou Ba, Omar Youm, Aly Ngouille Ndiaye et d’autres membres de la mouvance présidentielle ont été éjecté de leurs postes. 

2020, une année de turbulence pour le parti de Macky Sall !

Plusieurs remous ont été notés dans les rangs de l’Alliance pour la République en 2020. Certaines sorties jugées maladroites à l’endroit de membres de la formation beige marron auront valu l’exclusion de leurs auteurs. La dernière en date est le cas de Moustapha Cissé Lô, ancien président du parlement de la CEDEAO et vice-président de l’assemblée nationale. D’autres membres fondateurs du parti du président Macky Sall comme Moustapha Diakhaté avait connu le même sort. Madame Aminata Touré semble tourner la page de cette formation politique après son éviction à la tête du Conseil Economique Social et environnemental. Sur l’une de ses dernières sorties, elle déclarait que la question du troisième mandat est déjà réglée au Sénégal et que comme le dit la constitution, « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Après sa déclaration plusieurs entités du parti APR se sont attaqués à elle, notamment la Convergence des Jeunes Républicains. 

L’affaires Babacar Ngom et le village de Ndinglère au centre des débats 

Le litige foncier opposant le boss de la SEDIMA Babacar Ngom aux populations de Ndingler a tenu en haleine la population pendant plusieurs semaines. Alors que le sieur Ngom brandissait un titre foncier de 255 hectares, les paysans du village quant à eux réclamaient un droit coutumier. L’affaire portée publique par Bassirou Diomaye Faye du PASTEF connaîtra plusieurs tournures. Des députés comme Mame Diarra Fam qui se sont déplacés aux côtés des paysans ont vu la sécurité du PDG de SEDIMA leur interdire d’accéder à ces terres. Pire, un agent de sécurité aurait braqué son arme sur la députée. Il a fallu l’intervention du ministre de l’intérieur d’alors, Aly Ngouille Ndiaye pour trouver des solutions. Les paysans qui dénonçaient un accaparement de leurs terres ont fini par retrouver les champs laissés par leurs ancêtres. Notons que ce problème n’a pas encore connu son épilogue. 

2020 sera aussi marquée par de fortes précipitations sur l’étendue du territoire national entraînant ainsi des inondations. Les dégâts sont énormes avec des pertes en vie humaine et en matériel. 

L’affaire Kara sécurité, quand le problème des milices refait surface ! 

Alors que la police était à la trousse de motos volées à Dakar, nos hommes en tenue sont tombés sur des centres de redressement qui appartiennent à Serigne Modou Kara Mbacké. La police a ainsi procédé à l’arrestation des responsables. Ces centres de redressement ont relancé le débat sur l’histoire des milices au Sénégal. Ces organisations armées qui existent depuis plusieurs années continuent à alimenter les débats dans un contexte d’instabilité en Afrique de l’ouest avec la puissance des groupes armés dans certains pays. L’exception sénégalaise en termes de stabilité en Afrique de l’Ouest est-elle menacée ? Plusieurs interrogations sont nées de cette affaire qui continue d’alimenter les débats et les responsabilités de Serigne Modou Kara. La responsabilité de l’Etat est aussi pointée du doigt. 

L’émigration clandestine fait des centaines de victimes !

En 2020, le phénomène de l’émigration clandestine a aussi refait surface. Des centaines de jeunes ont péri dans l’océan en voulant rejoindre les Îles Canaries. On parle de près de 500 morts en une semaine. Ce bilan est même plus lourd que celui du coronavirus au Sénégal. 

A travers les réseaux sociaux, les jeunes avaient décrété un deuil national le vendredi 13 novembre. L’Etat est resté muet face à cette situation. Le Khalif général des mourides par l’intermédiaire de son porte-parole Serigne Bassirou Mbacké Khadr est monté au créneau pour alerter les jeunes sur les dangers de ce phénomène. Après que Serigne Bass ait qualifié de suicide l’immigration clandestine, certaines personnalités dont l’activiste Guy Marius Sagna ont apporté des répliques. Ce dernier qui dans son message faisait comprendre à l’homme religieux qu’il s’était trompé a été attaqué de tout bord. Il finira par s’excuser malgré les soutiens de part et d’autres. 

Ces personnalités qui nous ont quittées !

2020 aura été aussi une année sombre pour le Sénégal. Plusieurs personnalités ont rejoint le ciel. Cheikh Ahmed Tidjiane Niass Khalif de Médina Baye, Serigne Pape Malick Sy, Serigne Cheikh Tidjiane Seck Khalif de Thiénaba Seck, Cheikh Mouhidine Samba Diallo, Seyda Ibrahima Niass fille de Cheikh Ibrahima Niass Baye et d’autres figures religieuses du pays se sont toutes éteints en 2020. Le Khalif Général général des Layènes a aussi perdu trois de ses enfants en moins de 24 heures.

Outre ces hommes religieux, d’autres personnalités nous ont également quittées en 2020. Le premier buteur Sénégalais en phase finale d’une coupe du monde Pape Bouba Diop est parti discrètement comme il avait vécu après une brillante carrière de footballeur. Un hommage national lui a été rendu. Le président de la République a même décidé de donner son nom au musée du futur stade olympique de Diamnidio. 

Pape Diouf l’ancien président de l’Olympique de Marseille est quant à lui emporté par la Covid-19. 

Perspectives 2021 

Toujours dans l’attente de la réouverture officielle des frontières et de la reprise du tourisme, la récente reprise des événements culturels et publics avait redonné espoir. 

La Covid_19 a poussé le Sénégal comme le reste du monde a repensé son économie et sa dépendance à l’international, certains secteurs notamment agricoles ou maritimes doivent être particulièrement soutenus. Si les conséquences du confinement pour les humains ont été difficiles à supporter, la Nature quant à elle en a profité pour reprendre ses droits.

Toutes les tractations politiques actuelles aboutiront-elles positivement ? 

Ismaila Seck pour SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.