Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 16 Novembre 2022

1- Affaire du Kankourang à Coubanao-Bignona : Le G7 impose l’arrêt des cours jusqu’à nouvel ordre

Le mot d’ordre de grève de 72 heures décrété par le G7 de Bignona en guise de soutien à leurs collègues et camarades de Coubanao se poursuit. En plus d’infliger aux élèves de Bignona un arrêt systématiquement des cours depuis hier, les responsables syndicaux du G7 donnent l’ordre à leurs collègues de Coubanao d’arrêter les cours jusqu’à nouvel ordre au CEM comme au Lycée. Une décision soutenue malgré la rencontre tenue hier à Coubanao.

 » Nous ne comprenons pas les agissements des populations de Coubanao envers les enseignants », dit Yancouba Badji. Le G7 exige des autorités administratives et judiciaires du développement de Bignona et de la région de Ziguinchor la prise de mesures concrètes et fermes contre ces actes. Yancouba Badji d’ajouter :  » Ce que nous ne comprenons pas c’est la faiblesse que l’administration affiche à l’endroit des auteurs de ces actes ». 
Pour le règlement de ce différend qui risque d’impacter les cours au niveau de ce département, l’on nous signale une rencontre entre le Préfet de Bignona et les responsables du G7, ce jeudi.

2- Les diplomates sénégalais risquent d’être expulsés de leurs maisons pour… loyers non payés

D’après Bés Bi de ce mercredi, les diplomates sénégalais en poste dans les représentations du Sénégal à l’étranger (ambassades et consulats) risquent d’être expulsés de leurs domiciles. Le problème : ils s’avancent, selon des témoignages recueillis par le journal, vers quatre mois sans indemnité de logement. Auquel cas, ils leur sera difficile de payer le loyer de leurs propres poches, surtout ceux qui officient dans des zones où le coût de la vie est élevé comme l’Amérique du nord ou la Grande-Bretagne.

Ces agents des consulats et ambassades sénégalais ont droit chaque mois à une indemnité mensuelle versée par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. D’après Bés Bi, le paiement s’effectue deux fois par an, à raison de six mois d’indemnités par tranche.

3- Effectibité du port de bracelet électronique : Le forum du justiciable se réjouit

Hier, ont démarré les activités du Centre de surveillance électronique. Un projet que saluent Babacar Bâ et Cie. En effet, ‘’le Forum du justiciable, préoccupé par la situation des détenus dans les prisons sénégalaises, se réjouit de l’effectivité du placement sous surveillance électronique communément appelé port du bracelet électronique.

Cette mesure sécuritaire, qui répond aux standards internationaux d’une bonne administration de la justice, permettra principalement de lutter contre le surpeuplement carcéral et les longues détentions préventives. Elle facilitera également la réinsertion sociale des condamnés et maintient les liens familiaux’’, lit-on dans un communiqué reçu hier à ‘’EnQuête’’.

‘’Cependant, le Forum du justiciable demande aux autorités habilitées de mettre l’accent sur la communication, afin de permettre aux justiciables de mieux saisir le fonctionnement du mécanisme. Le Forum du justiciable encourage le ministère de la Justice à poursuivre la mise en œuvre des réformes judiciaires nécessaires au renforcement de notre État de droit’’, ajoute-t-on.

4- Maladie de Dengue : Des cas recensés à Dakar et dans plusieurs régions

Des sources médicales révèlent la présence de plusieurs cas de « Dengue » à Dakar actuellement. Ces dernières sonnent l’alerte et invitent à la prévention. Nos sources nous renseignent que les symptômes sont similaires à ceux du paludisme et que seul un test peut permettre de les distinguer. Elles invitent, en outre, à ne pas prendre de l’aspirine en cas d’infection de la dengue.

À DÉCOUVRIR

Interrogé sur la question, rapporte Seneweb, le ministère de la santé et de l’action sociale confirme et précise que qu’en dehors de Dakar, plusieurs cas sont signalés dans les autres régions comme Thiès, Louga, Diourbel, Kaffrine, Matam entre autres. « On sait que la dengue est endémique au Sénégal et que depuis le début de l’hivernage, le ministère de la Santé et de l’action sociale avait déjà pris les précautions en demandant aux structures sanitaires de renforcer la surveillance et de notifier tous les cas suspects négatifs de paludisme et de faire les prélèvements pour voir ce qu’il en est », explique le docteur Boly Diop, Chef de la surveillance épidémiologique.

La dengue est une infection virale transmise à l’être humain par la piqûre de moustiques infectés. Les principaux vecteurs de la maladie sont les moustiques de l’espèce Aedes aegypti et, dans une moindre mesure, de l’espèce Ae. albopictus.

5- «Secret défense», «secret d’Etat», «raison d’Etat» : Guy Marius SAGNA interpelle le ministre des Forces armées

Le député et activiste Guy Marius Sagna a profité du passage du ministre des Forces armées en commission pour avoir des éclairages sur les notions de «secret d’État», «raison d’État», «homme d’État». «Je lui ai posé plusieurs questions dont celle-ci: monsieur le ministre, pouvez-vous s’il vous plaît m’aider à trouver deux documents dont je suis à la recherche depuis un certain moment sans succès. Il s’agit du décret 2020-2365 du 23 décembre 2020 relatif à l’organisation de la protection des secrets et des informations concernant la défense nationale et la sûreté de l’État, de l’instruction présidentielle n°057/PR/SG/DCSSI du 13 janvier 2021 sur la protection du secret», a écrit le député sur sa page Facebook. Et d’après lui, le ministre a gardé le silence. «Voilà la Macky Formula! Menacer les citoyens du « secret défense » en leur cachant les textes sur le secret. Au Sénégal, quand vous entendez « secret d’État », « raison d’État », « homme d’État », sachez qu’en général la bourgeoisie bureaucratique au pouvoir cherche à cacher ses vols et autres turpitudes en invoquant l’État c’est-à-dire le peuple», ajoute le député de Yewwi askan wi. Le journaliste Pape Alé Niang est actuellement en détention pour divulgation de «secret d’État». (Avec walfnet)

5- (bis) Affaire Pape Alé Niang : La CAP liste les incohérences du dossier d’accusation

La Coordination des Associations de Presse (CAP) a rencontré le samedi 12 novembre 2022, à la Maison de la presse Babacar Touré, le pool des avocats de Pape Alé Niang. Cette rencontre avec les avocats a permis d’établir les faits suivants :

Le journaliste Pape Alé Niang, Directeur de publication du site d’informations Dakar Matin, a été arrêté le dimanche 06 novembre 2022. Il est incarcéré à la prison de Sébikotane. Les chefs d’inculpation suivants ont été retenus contre lui :

• La diffusion d’informations militaires non autorisées par la hiérarchie
• Le recel de documents administratifs et militaires
• La diffusion de fausses nouvelles de nature à jeter le discrédit sur les institutions publiques.

Pas d’audition sur le rapport interne de la gendarmerie. Selon le Cp, Pape Alé Niang n’a pas été entendu, ni à la police (en présence de ses avocats), ni devant le juge d’instruction sur le rapport interne de la Gendarmerie.

Sur le plan factuel, il a été entendu à la police une première fois devant ses avocats. Une deuxième fois, la police a voulu l’auditionner, sans la présence de ses avocats. Il a usé de son droit au silence pour s’en tenir à ses premières déclarations. Les poursuites du Parquet ne visent d’ailleurs pas ce rapport.

Trois chefs d’inculpation, quatre articles visés. Les poursuites portent sur des messages radio de la Police et des Sapeurs-pompiers, sur des vidéos live que Pape Alé Niang a eu à faire sur la mort de François Mancabou, mort en détention, et sur le Général Moussa Fall, Haut commandant de la gendarmerie nationale.
Ainsi trois infractions ont été retenues et quatre articles ont été visés : il s’agit des articles 64, 370, 255 et 430 (430 et 370 étant liés).

C’est après son déferrement que le procureur a ajouté l’article 255 qui réprime la diffusion de fausses nouvelles, indique le Cap.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.