Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 3 Aout 2022

- Advertisement -

1- Côte d’Ivoire/ Législatives partielles : Les opérations de vote ont débuté dans certaines circonscriptions

Les opérations de vote pour le compte des élections législatives partielles dans la circonscription électorale N°57 des sous-préfectures de Bodokro, Lolobo, Nguessankro et Marabadiassa, ont débuté à 8h00 dans la plupart des 71 bureaux de vote.

Au total 16 488 électeurs prennent part à ces élections dont 10 912 à Bodokro-Lolobo, 3 441 à N’guessankro et 2 135 à Marabadiassa. Ils doivent choisir entre quatre candidats titulaires et leurs suppléants. Il s’agit, notamment, de Koffi N’dah Kouakou et Kouakou Kanga (indépendants), Kouamé Attingbré et Kouassi Yao Gérard (RHDP), Mangoua Koffi Saraka Jacques et Yao Kan Clément (PDCI-RDA) et Kouakou Kouamé Maxime et Kouamé Koffi Eugène (indépendants).

Le candidat, vainqueur de ce scrutin législatif partiel, succédera à l’Assemblée nationale à l’ex-député Sinmlin Kouadio Yao Marcelin décédé dans la nuit du samedi 04 au dimanche 05 septembre 2021 à Abidjan. (Avec Agence ivoirienne de presse)

2- Kenya : Une prolongation électorale n’est pas à écarter

Au Kenya, l’idée d’une reprise des élections n’est pas à écarter. En effet, la Cour suprême pourrait dans son verdict lundi prochain décidé d’annuler le scrutin présidentiel contesté du 9 août dernier et en ordonner un nouveau dans 60 jours.

Cette juridiction peut également critiquer le processus électoral, mais conclure que les irrégularités ne méritent pas une annulation. Si elle considère notamment que William Ruto n’a pas obtenu les 50%+1 voix, elle peut ordonner la tenue d’un deuxième tour – que le pays n’a jamais connu – qui doit se tenir dans les 30 jours. La justice pourrait valider l’élection de Ruto. Ce dernier prêterait alors serment le 13 septembre. (Avec Africanews)

5- Mali : 40 « terroristes » affiliés à Daech neutralisés par une coalition de mouvements armés à Ménaka

Selon une note d’information publiée par le Mouvement pour le salut de l’Azawad-Dawsahak (MSA-D)

La coalition formée par le Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) et le Mouvement pour le salut de l’Azawad-Dawsahak (MSA-D) a annoncé, vendredi, avoir neutralisé 40 terroristes affiliés à l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) dans la zone nord-est de Tamalat, située dans la région de Ménaka, dans le nord du Mali. Dans une note d’information consultée par l’Agence Anadolu, la coalition a fait savoir qu’« une quarantaine de terroristes affiliés à Daech ont été neutralisés le 31 août 2022 dans la zone nord-est de Tamalat par une patrouille de la coalition GATIA-MSA-D ».Précisant que l’accrochage entre la coalition et les « terroristes » s’est déroulé dans l’après-midi du 31 août, les mouvements armés affirment avoir récupéré des matériels roulants, des armes et des munitions.

En outre, la note souligne que « les combattants de Daech ainsi que leurs blessés se sont repliés vers la frontière nigérienne. ( Avec Maliactu.net)

6- Libye : Abdoulaye Bathily nommé émissaire de l’ONU

Annoncée dès le 15 août, la nomination du diplomate sénégalais au poste de représentant spécial des Nations unies avait d’abord été refusée par Tripoli. Elle a finalement été entérinée le 2 septembre. Après des mois de vacance du poste, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a nommé le diplomate sénégalais Abdoulaye Bathily émissaire de l’ONU en Libye, où deux gouvernements se disputent le pouvoir, ont annoncé les services de l’organisation le 2 septembre. L’ancien ministre sénégalais a précédemment été représentant de l’ONU en Afrique centrale, conseiller spécial du secrétaire général pour Madagascar ou encore représentant spécial adjoint pour la mission de l’ONU au Mali. Proposé dès le 15 août, comme l’avait révélé Jeune Afrique, le Sénégalais avait vu sa nomination rejetée par la Libye dans un premier temps.

7- Afrique du Sud : La justice confirme l’interdiction d’exploration sismique pour Shell

La justice sud-africaine a confirmé jeudi l’interdiction pour le géant des hydrocarbures Shell de mener une exploration sismique au large de la touristique « Wild Coast » (est), réaffirmant une victoire inédite des locaux et écologistes qui craignaient de graves perturbations pour la faune marine. Le projet avait déjà été suspendu par la justice en décembre, « avec effet immédiat », et Shell avait renvoyé son bateau de recherches hors des eaux sud-africaines en janvier. 

La décision accordant « un droit d’exploration (…) pour la recherche de pétrole et de gaz dans les zones d’exploration du Transkei et d’Algoa est révisée et annulée », a déclaré jeudi le tribunal de Makhanda (aussi appelée Grahamstown) dans la province de l’Eastern Cape, dans une décision dont l’AFP a eu copie. (Avec La Libre Afrique)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.