Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 3 Septembre 2022

- Advertisement -

1- Décès en couches d’une patiente et son bébé à Kédougou : le Procureur évoque « une forte négligence médicale ainsi qu’un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine »

Le procureur de la république près le tribunal de grande instance de Kédougou a sorti un communiqué pour revenir sur l’affaire du Décès en couches de la patiente Doura Diallo et son bébé qui ont valu l’arrestation du gynécologue, C Léonce Mbade FAYE, de l’anesthésiste et de l’infirmier. Le maitre de poursuite évoque « une forte négligence médicale ainsi qu’un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine » et narre ici le calvaire de la patiente.

Dans la nuit du 30 Août 2022 aux environs de 22 heures, nous avons été informés qu’une patiente aurait perdu la vie au moment de son accouchement ainsi que son bébé au District sanitaire de Kédougou. Séance tenante, nous avons instruit aux officiers de police judiciaire de s’y rendre sans délai pour faire les premières constatations. Une fois sur place, ils nous ont effectivement confirmé le décès de la femme et de celui du nouveau-né. Selon les premiers éléments de l’enquête, il est précisé que la femme s’était rendue à deux reprises au Centre de santé pour des visites prénatales. La sage-femme trouvée sur place lui a signifié qu’elle n’était pas encore à terme et qu’elle pouvait revenir le lendemain. C’est ainsi que dans la journée du 30 Août 2022, la nommée Doura DIALLO a été admise au District sanitaire de Kédougou au service de la Maternité aux environs de 08 heures du matin accompagnée de son époux Malick CISSE alias Mor. La matrone après l’avoir consultée et constatée un affleurement de la tête du bébé a appelé le gynécologue. Ce dernier, arrivé aux environs de 16 heures s’est présenté et a essayé d’accoucher la femme par voie basse jusqu’à faire sortir la tête mais les épaules du bébé étant bloquées peinaient à sortir du fait du volume et ce, contrairement à la volonté de son époux qui lui suppliait de faire une césarienne compte tenu de ses antécédents, rapporte Dakaractu.

C’est ainsi, sans pitié ni sentiment, qu’il a continué de manœuvrer sans même tenir compte de la fragilité du bébé. S’étant rendu compte qu’il était face à un obstacle imparable, il a décidé de procéder à une intervention chirurgicale, ce qui était trop tard car la situation était déjà devenue inextricable. Le comble s’est produit une fois au bloc opératoire lorsque le gynécologue ainsi que I ‘anesthésiste ont délibérément décidé, sans même avoir préalablement consulté le mari de la défunte, de procéder à une hystérectomie c’est-à-dire une ablation totale de I ‘utérus. En outre les manœuvres du gynécologue pour extraire le nouveau-né ont causé le décès du nouveau-né. Le billet de mort de l’enfant venait d’être froidement acté par ces << actes dits médicaux) pour ne pas dire < radicaux >. En effet, les déclarations spontanées des parties (personnel médical et le mari de la défunte) indiquaient que le fœtus à I ‘arrivée était vivant car le mari, présent à l’accouchement avait posé la question au médecin qui lui a confirmé effectivement qu’il respirait. Ces manœuvres en cascade ont très certainement provoqué une rupture utérine qui a conduit immédiatement au décès de la mère suite à une hémorragie externe et un arrêt cardiaque selon le rapport du Médecin-Chef du District sanitaire de Kédougou transmis au Parquet le 31 Août 2022.

A l’analyse des faits de l‘espèce, une forte négligence médicale ainsi qu’un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine ont été relevés : -D’abord, il ressort de la procédure que la patiente avait accouchée par voie césarienne lors de sa dernière grossesse dans ce même district. Ce qui aurait dû dissuader le gynécologue, compte tenu de ses antécédents avérés, de la faire accoucher cette fois-ci par voie basse. -Ensuite, la défunte qui était diabétique ne pouvait nullement supporter un accouchement par voie basse vu son poids qui était quasiment à 100 kg. -Enfin, il nous a été donné de constater que le fœtus pesait 04 kilo 770 grammes et donc ne pouvait sous quelque acrobatie utilisée sortir par la voie basse. C’est dans ces circonstances que nous avons instruit le Commandant de Brigade de Kédougou d’appeler immédiatement tout le personnel médical qui était dans le bloc opératoire en commençant par le gynécologue pour les entendre et également convoquer le mari de la défunte pour prendre son audition. Eu égard à Ia gravité des faits et après les premiers interrogatoires, les personnes mises en cause sont arrêtées et placées en position de garde à vue pour homicide volontaire et complicité de ce chef, faits prévus et punis par les dispositions des articles 45-3, 46, 2g0 et 287 du Code pénal.

2- Mamadou Badio Camara : Ce qu’il faut savoir sur le nouveau Président du Conseil constitutionnel

Présenté par l’opposition comme un Magistrat acquis à la cause du Président de la République, Mamadou Badio Camara est un Magistrat expérimenté. Il aura la lourde tâche, avec ses collègues, de trancher le débat sur le troisième mandat. 

Mamadou Badio Camara est désormais à la tête du Conseil constitutionnel. Le Président de la République a acté sa nomination par décret n° 2022 1573 du 1er septembre 2022. 

Cette nomination n’est pas une surprise. Son accession à la présidence du Conseil avait déjà été annoncée par la presse. Et pour cause, le désormais ex-président de la Cour Suprême est l’un des Magistrats les plus expérimentés du Sénégal.

Son parcours est d’ailleurs brandi pour légitimer sa nomination. Après un diplôme à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM devenue ENA), Badio Camara a coché plusieurs cases aux niveaux des tribunaux de Grande Instance. De premier substitut au parquet de Dakar de 1977 à 1984, Badio Camara a été procureur à Ziguinchor et à Kaolack. De 1991 à 1993, il a dirigé la Cour d’appel de Dakar, avant de devenir substitut général de 1993 à 1998 puis procureur-adjoint à Dakar. 

Le successeur de  de Pape Omar Sakho a, de 1998 à 2008, fait un passage à la Cour de cassation comme conseiller puis secrétaire général. En 2008, il rejoint la Cour Suprême qu’il dirige après avoir été tour à tour Secrétaire général, président de chambre et Procureur général. 

Mamadou Badio Camara arrive aujourd’hui au sommet de la magistrature dans un contexte où, certains membres de l’opposition le considèrent comme un homme de main du président Macky Sall. Parmi les griefs de l’opposition : l’énarque a  rejeté des recours déposés par celle-ci dans le cadre notamment des contentieux pré-électoral.  

Une chose est sûre : Badio Camara aura la lourde tâche, lui et les six autres sages du Conseil, de valider ou de rejeter la candidature du Président Macky Sall, si jamais ce dernier décide de se présenter en 2024, précise Seneweb.

3- Élection des membres du HCCT : La Cena inspectera les trois bureaux de vote

La Commission électorale nationale autonome (CENA) informe qu’à l’occasion de l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), prévue ce dimanche 4 septembre 2022, ses démembrements vont être mobilisés pour contrôler et superviser le scrutin sur l’ensemble du territoire national, conformément aux dispositions du Code électoral, annonce Seneweb.

Un communiqué de la Cena assure qu’à  cette occasion, le Président Doudou Ndir, ainsi que le Vice-président, Me Papa Sambaré Diop, effectueront entre 12 h et 13 h, une visite d’inspection auprès des trois bureaux de vote du département de Dakar, installés à la Maison de la culture Douta Seck. Au terme de cette visite un point de presse se tiendra. 

4- Plan Orsec 2022 : Près d’un mois après le déploiement des secours, le ministre de l’intérieur fait le point avec 194 sites concernés, 348 ménages sinistrés appuyés…

Déployé le 5 août dernier, le bilan provisoire du plan d’organisation des secours (Orsec) a été tiré ce vendredi matin, dans les locaux du ministère de l’intérieur. C’est d’ailleurs Antoine Félix Diome, le ministre de l’intérieur qui est revenu sur les différentes missions de secours et d’assistance réalisées par les services étatiques, en parfaite coordination. 

D’après lui, pas moins de 194 sites touchés par les inondations ont été pris en charge dont 121 en cours de traitement, rapporte Dakaractu.

Dans le cadre de l’assistance des populations sinistrées, le ministre de l’intérieur fait état de 447.734 m³ d’eau pompés au niveau des 75 stations de pompage et 4.572 sites désinfectés au cours des opérations. Ce, en plus de l’aide apportée aux 348 ménages impactés par les eaux de pluie avec 675 kits distribuées par le biais du fonds de solidarité. 

5- Abdourahmane Sow, Cos M23 : « Le procès Ousmane Sonko/Adji Sarr doit bien avoir lieu pour édifier les sénégalais… Et nous devons être vigilants pour que justice soit faite en toute impartialité… »

La nouvelle assemblée nationale avec notamment sa configuration inédite suscite le débat dans l’espace politique. Les observateurs y compris la société civile a également sa part d’appréciation à partager. L’ancien coordonnateur du mouvement Cos M23, au micro de Dakaractu, a livré ses attentes de cette 14e législature.

Abdourahmane Sow, espère voir toutefois une assemblée nationale qui se démarque des habitudes qui favorisent une majorité qui s’accapare de toutes les décisions sans consensus ni d’âpres discussions qui aboutissent à une bonne prise en charge des besoins primaires des populations. 

Sur la manière de faire de la politique par les dirigeants, Abdourahmane Sow considère que le Sénégal ne semble pas encore sortir la tête de l’eau. « Nous sommes toujours enchaînés par ces gens qui ne proposent pas de politiques de rupture. Ceux de l’opposition ne montrent pas encore la voie. Quand on veut combattre quelque chose, il faut rompre avec cette démarche ancienne… », estime le combattant de la mal gouvernance.

À DÉCOUVRIR

Dans un autre registre, Abdourahmane Sow donnera son avis sur  l’affaire Sonko/Adji Sarr. Pour l’ancien de la Cos M23, l’affaire doit être tirée au clair et ceci devra se faire à travers un procès. « Chacune des deux parties doit apporter des preuves pour se blanchir. Ousmane Sonko comme Adji Sarr doivent se présenter devant la justice pour que les sénégalais soient enfin édifiés. » 

Dans cette interview, Abdourahmane Sow interpelle la responsabilité de tous pour prendre de la mesure dans ce dossier et inviter les différents concernés à la raison pour que justice se fasse dans la transparence, en toute impartialité…

6- Actu internationale

• Mali : Multiplication des accords locaux entre les populations et les jihadistes

Les habitants de Boni, dans la région de Mopti, ont négocié en début de semaine un accord avec les jihadistes de la Katiba Serma, membre du Jnim, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, lié à al-Qaïda, informe Rfi. Cet accord a permis de mettre un terme au blocus que la Katiba Serma imposait aux habitants depuis le 25 mai. Ces derniers mois, les accords de ce type se sont multipliés, posant, reposant, la question de l’implication des autorités maliennes et de la stratégie nationale sur ce sujet.

• Washington envoie son émissaire spécial en Éthiopie pour exhorter à la fin des combats

Les États-Unis, face à la reprise des hostilités dans le nord de l’Éthiopie, vont envoyer leur émissaire spécial afin d’appeler « toutes les parties » à cesser les combats, a déclaré vendredi 2 septembre la porte-parole de la Maison Blanche, renseigne Rfi. « L’émissaire du président Biden pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, se rendra en Éthiopie à partir de ce week-end », a dit Karine Jean-Pierre, pour dire que « toutes les parties doivent cesser les opérations militaires et engager des négociations de paix ».

• Image de la France en Afrique / Macron invite ses ambassadeurs à utiliser le réseau de FMM : le syndicat des journalistes de RFI dit niet…

L’image de la France en Afrique est au plus mal. Et parallèlement on y assiste à la montée en puissance de la Chine, de la Turquie et de la Russie.

En effet, la France estime que ces pays « viennent expliquer aux Africains que la France est un pays qui fait de la néo-colonisation et qui installe son armée sur son sol ». Une situation que le Président Emmanuel Macron veut changer et compte sur ses ambassadeurs pour apporter la réplique. Ainsi, en les recevant ce 1er Septembre, il les a invités à utiliser le réseau de France Médias Monde (FMM). Une déclaration qui n’est pas du goût du SDJ (Syndicat des journalistes) de RFI, déclare Dakaractu.

Ces derniers, dans un communiqué, ont dit au Président Français, que « FMM n’est pas le porte-voix de l’Elysée. » En effet, même si, disent-ils, les rédactions de RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya, s’emploient sans relâche et avec conscience à déconstruire « les narratifs », à traquer les fake-news… « nos journalistes ne sont en aucun cas et ne seront jamais un outil au service de votre communication et de votre politique. Les antennes de FMM ne sont pas des médias d’État », ont-ils dit à Macron.

Enfin, le SDJ de RFI, rappelle au Président Français que « nous ne céderons jamais une once de notre indépendance, en quelque circonstances que ce soit. Nous ne sommes pas des journalistes « à utiliser » », ont-ils martelé…

7- Actu sports

• Equipe Nationale A’ : Le Sénégal brise la malédiction, élimine la Guinée et retrouve le CHAN

Au terme d’une rencontre très angoissante, l’Equipe Nationale A’ du Sénégal a réussi à écarter la Guinée en barrages de qualification pour le CHAN 2023, en l’emportant aux tirs au but, informe Wiwsport.

Après quatre éliminations consécutives, dont trois contre la Guinée, le Sénégal conjure le mauvais sort et se retrouve au bout du suspense le Championnat d’Afrique des Nations. Vainqueurs au match aller à Dakar (1-0) puis battus à Bamako sur le même score, les Lions de Pape Thiaw ont brisé la malédiction en l’emportant face au Syli National, ce vendredi 2 septembre, à l’issue de la séance des tirs au but.

• Foot Féminin-OFFICIEL : Mbayang Sow rejoint enfin l’OM

Bloquée depuis plusieurs semaines par des problèmes administratifs, Mbayang Sow va enfin s’engager avec l’OM, renseigne Wiwsport.

Un petit ouf de soulagement pour Mbayang Sow. Déjà d’accord depuis longtemps avec l’Olympique de Marseille, la défenseure internationale sénégalaise de 29 ans était dans l’attente de l’obtention du visa pour pouvoir rallier la Cité Phocéenne afin de signer officiellement son contrat le liant avec l’OM.

C’est désormais chose faite. L’ancienne joueuse de l’Union Sportive des Parcelles Assainies s’est engagée avec le Club olympien et portera le numéro 8, celui qu’elle arbore en Equipe Nationale. Ainsi, elle rejoint ses compatriotes Mama Diop et Ndèye Awa Diakhaté, également arrivées à l’OM cet été.

• OM / Pape Gueye au chevet de Bamba Dieng : « On est ensemble comme jamais, tu es chez-toi »

Dans une sale période avec la saga sur son transfert, Bamba Dieng peut compter sur le soutien de Pape Gueye.

Cheikh Ahmadou Bamba Dieng n’est pas seul. Ces dernières heures, le nom de l’attaquant sénégalais de 22 ans résonne de toute part. La raison ? Le joueur devait quitter l’Olympique de Marseille pour rejoindre l’OGC Nice, dernière de nombreuses équipes à s’être intéressé par sa signature. Mais après avoir manqué sa visite, Bamba n’ira définitivement pas à Nice et va donc rester à l’OM.

Alors que le joueur est mis à l’écart à l’Olympique de Marseille par l’entraîneur Igor Tudor depuis l’entame de cette saison, une telle situation pourrait perturber perturber le Champion d’Afrique. Mais l’ancien joueur de l’Académie Diambars doit savoir qu’il n’est pas seul dans ce mauvais temps. En effet, son coéquipier en club comme en sélection, Pape Gueye, lui a publiquement apporté son soutien.

« Tout ce que Dieu fait est bon, tu le sais mon frère… On est ensemble comme jamais. Nous sommes tous fier de toi. T’es ici chez-toi, avec nous pour nous faire gagner des matchs comme tu as l’habitude de le faire », a écrit le milieu de terrain de l’Olympique de Marseille dans une Storrie postée sur son compte Instagram visité Par Wiwsport. De Champion d’Afrique à un autre, ces mots devraient faire froid au cœur de Bamba Dieng.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.