Le Café qui réveille l'Info

Vives tensions à l’Ipres, Racine Sy au box des accusés

- Advertisement -

Tout comme la Sonatel entre autres, les agents de ’Ipres sont à couteau tiré avec la Direction générale. Les travailleurs de la boite affiliés à l’intersyndicale Cnts/Unsas-Sati avaient déposé un préavis de grève depuis lundi passé. Ils voulaient tenir hier un point de presse pour détailler les différents points de leur plateforme revendicative. Mais d’après des sources de L’AS, qui donne l’information dans sa parution du jour, le Directeur général, Amadou Lamine Dieng, s’est opposé à la tenue du point de presse dans les locaux de l’Ipres.

Une décision qui a poussé les syndicalistes qui avaient mobilisé les travailleurs à descendre pour s’adresser aux journalistes devant les locaux de ladite boite créant ainsi un grand rassemblement qui a attiré l’attention du Palais et des passants.

D’après le journal, les gendarmes en faction au Palais ont été contacté par la Direction générale pour arrêter le point de presse et disperser le personnel. N’empêche, les syndicalistes ont pu s’adresser à la presse.
L’intersyndicale taillade Racine Sy

En effet, l’intersyndicale fustige les multiples insuffisances du système d’informations de Ipres. concernant la question de la bonne gouvernance, les travailleurs estiment que la boite est devenue une niche de situations insolites. Et que beaucoup de Directions et services reconduisent chaque année les mêmes postes budgétaires jamais exécutés, alors que les ressources financières de l’institution ont presque triplé depuis 2010.

En plus, depuis Janvier 2022, l’Ipres n’a pas de Directeur du recouvrement, ni de Directeur en charge de l’audit.

En plus, renseigne l’intersyndicale, le Directeur financier et comptable est en même temps Directeur par intérim de l’audit interne depuis Janvier 2021.

Pour l’intersyndicale, le seul responsable de cette énorme confusion est le Président du Conseil d’Administration (Pca) Racine Sy dont le mandat est fini depuis 08 ans. Elle regrette que le textes de l’Ipres donnent trop de prérogatives handicapantes au Conseil d’Administration.

Les commentaires sont fermés.