Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 18 Août 2022

- Advertisement -

1- Ousmane Sonko : « Je suis candidat à la Présidentielle de 2024 »

« S’il plait à Dieu, je suis candidat à la Présidentielle de 2024 », dit Ousmane Sonko qui fait face à l’instant à la presse.

A 18 mois de la Présidentielle, Ousmane Sonko se dit candidat pour le compte de son parti, Pastef-Les patriotes. Une déclaration faite face à la presse ce jeudi à Dakar, rapporte Senego.

Pour le leader de Pastef, cette décision n’est point une surprise pour les Sénégalais.

A l’en croire, sa candidature sera partagée avec les Sénégalais, les militants, les sympathisants. Pour qu’en 2024, ils puissent faire le bon choix, soutenu par « la souveraineté et le patriotisme ».

Aussi, face à l’ingratitude de la tâche, M. Sonko a invité les Sénégalais au travail. « Un rendez-vous important dans l’histoire du Sénégal, un combat de libération africain à ne pas rater, bonjour 50 ans de galère ».

2- Voyage écourté : Macky rentre à Dakar ce jeudi pour rencontrer « ses députés »…

Macky a écourté son voyage après s’être rendu au Mali, au Tchad et au Gabon. Le président de la République a avait décidé de rentrer le vendredi sans dévoiler les véritables motifs.

Selon les Echos dans sa livraison de ce jeudi, parcouru par Senego, Macky Sall va recevoir samedi prochain, au Palais les députés de la coalition Benno Bokk Yakaar nouvellement élus après avoir perdu la majorité absolue avec seulement 82 députés plus le ralliement de Pape Diop.

3- 115 Sénégalais expulsés d’Algérie et bloqués au Niger

À DÉCOUVRIR

Les Sénégalais semblent être indésirables en Algérie. Des informations alarmantes font écho d’expulsions de 116 ressortissants Sénégalais en provenance de ce pays du Maghreb. L’alerte est de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh), la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) et Amnesty international Sénégal.
 
Ces organisations de défense des droits humains sont « inquiètes » de la situation de détresse que vivent au Niger, depuis plusieurs mois, les ressortissants sénégalais expulsés d’Algérie et bloqués au Niger.
 
Selon les informations recueillies par Le Quotidien et Les Échos reprises par Pressafrik auprès de leurs représentants par les trois organisations de droits de l’homme, ils seraient cent quinze (115) Sénégalais actuellement au Niger, dont soixante-dix (70) personnes à Agadès et quarante-cinq (45) autres à Arlit.

Il y aurait des malades parmi ces personnes. La Lsdh, la Raddho et Amnesty Sénégal exhortent l’Etat du Sénégal à prendre des mesures urgentes, en rapport avec l’Organisation Internationale des Migrations (Oim), pour diligenter leur retour au pays.

4- Ousmane Sonko : « Ils préparent un dossier de terrorisme contre moi »

En conférence de presse jeudi matin, Ousmane Sonko a révélé les manigances du gouvernement contre sa personne.

Ousmane Sonko se prépare pour l’élection présidentielle de 2024. Après avoir annoncé sa candidature, le président de Pastef a mis en garde le gouvernement sur ses manigances pour l’empêcher de se présenter en février 2024, rapporte Senego.

« Il sont encore à mes trousses. Je vous informe qu’ils préparent un dossier de terrorisme contre moi. Je suis au courant de leurs manigances. En complicité avec le gouvernement français, le gouvernement Sénégalais est en train de monter un dossier de terrorisme contre moi. Tous ce qu’ils veulent c’est me coller une condamnation pour m’empêcher d’être candidat en 2024. C’est peine perdue. Ils ont échoué jusqu’ici et ils continueront d’échouer. Que chacun prenne les devants dans les prochains mois. »

5- Pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec : 7 détenus en grève de la faim

Sept (7) détenus hospitalisés au pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec sont en grève de la faim. Selon le mouvement Frapp France Dégage qui donne l’information via un communiqué parvenu à Pressafrik, ces grévistes protestent contre les longues détentions préventives et le manque de prise en charge sanitaire.

« Les détenus fustigent le non-respect du calendrier médical et le fait que beaucoup d’entre eux sont des handicapés dont certains doivent subir des opérations et manquent de moyens », informe le secrétariat exécutif national du Frapp

Le Frapp se dit très « inquiet » pour la santé des détenus qui sont en grève de faim à l’hôpital de Le Dantec et attire encore l’attention de la direction de l’administration pénitentiaire sur la situation des détenus malades en particulier et sur les grèves répétitives dans les différentes prisons du Sénégal.

Le mouvement demande à l’administration pénitentiaire de « régler immédiatement » la question de la santé des prisonniers dans les 37 prisons du Sénégal et de « satisfaire les préoccupations des détenus du pavillon spécial », rapporte la même source.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.