Le Café qui réveille l'Info

Détournement de « Unes » de journaux : RSF demande l’ouverture d’une enquête pour identifier et punir les auteurs

Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités sénégalaises d’ouvrir « immédiatement des enquêtes pour identifier et punir » les auteurs des détournements des Unes des journaux, dans un communiqué. 
 
En effet, depuis le 7 juillet, le contenu des unes de cinq journaux sénégalais a été remplacé par des « messages de propagande » politique sur les réseaux sociaux. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ces tentatives de désinformation, dans un pays où vont se tenir des élections législatives ce dimanche 31 juillet.
 
Cinq quotidiens d’information sénégalais, EnQuête, L’Observateur, Le Soleil, Sud Quotidien et Le Quotidien, ont vu le contenu de leur première page détournée sur les réseaux sociaux entre le 7 et le 27 juillet 2022. Le message principal de la véritable Une est transformé à des fins de propagande politique.  
 
« En cette fin de campagne électorale, le détournement des unes des journaux sur les réseaux sociaux constitue une technique de désinformation visant un large public, déclare Sadibou Marong, directeur de RSF en Afrique de l’Ouest. C’est un procédé qui risque d’altérer le débat démocratique et de nuire aux médias qui en sont victimes, en portant atteinte à leur réputation, voire en mettant en danger leurs journalistes. Nous demandons aux autorités de prendre les dispositions nécessaires pour faire cesser ces pratiques nuisibles à l’intégrité de l’information et qui portent un rude coup à la crédibilité des journaux qui en sont victimes.”
 
Cette technique dangereuse peut facilement tromper les utilisateurs des réseaux sociaux. Sur Twitter, de nombreux comptes identifiables ont relayé ces fausses Unes. Le journal Le Quotidien a dû publier un tweet sur son compte officiel pour comparer la bonne et la fausse une de son édition du 23 juillet 2022. Sur Facebook, un groupe dénommé OPS (L’Observateur patriotique du Sénégal), créé le 7 juillet 2022, utilisait un logo semblable à celui du journal L’Observateur, avec plusieurs photos des unes détournées. Il comptait plus de 24 000 abonnés au 27 juillet. 
 
RSF qui exhorte tous les médias impactés à signaler ces incidents et à porter plainte  a prévenu Twitter et Meta (ex-Facebook). Ce dernier a supprimé la page en question. 
 
« Nous n’autorisons pas les faux comptes sur nos plateformes et nous supprimons les profils qui usurpent les identités d’autres personnes et entités. Dans ce cas précis, nous avons supprimé la page en question pour violation de nos politiques d’authenticité », a déclaré Balkissa Idé Siddo, la directrice des politiques publiques pour l’Afrique chez Meta. (Avec Pressafrik)
 

Les commentaires sont fermés.