Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 13 Juillet 2022

1- Législatives et examens de fin d’année : Les acteurs politiques interpellés

La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) a exprimé sa préoccupation sur la coïncidence entre les Législatives prévues fin juillet et les examens de fin d’année scolaire. D’après Walfnet, le directeur exécutif de cette organisation, Cheikh Mbow et ses camarades, qui ont analysé le rapport entre éducation, jeunes et élections, invitent les acteurs politiques à penser aux intérêts des apprenants qui ont besoin de quiétude pour aborder leurs évaluations qui sont déterminantes pour leur avenir.

«Sur la perspective des législatives du 31 juillet 2022, la Cosydep rappelle que le moment des évaluations de fin d’années coïncide avec les élections législatives qui sont l’occasion de manifestations, d’animation et d’autres activités qui génèrent des risques de violences qui n’épargnent pas les lieux d’apprentissage. C’est pourtant un moment où les élèves ont besoin de paix et de quiétude pour se concentrer sur leurs tâches pour des résultats probants», indiquent, dans une déclaration, M. Mbow et Cie. Qui soulignent que «les six millions d’apprenants en quête de perspectives nourrissent des attentes fortes à l’endroit des politiques sur leur vision et leurs ambitions pour le secteur». C’est pourquoi, les membres de la Cosydep invitent les acteurs politiques «à placer les lieux d’apprentissage et les apprenants à l’abri des jeux d’acteurs. Dans cette optique, les débats, discours et autres actes politiques devraient renforcer la paix et la sécurité, requises par l’éducation, tout en respectant la neutralité politique de l’institution scolaire».

2- «Complot contre l’autorité de l’Etat» : Le Gouvernement ouvre la chambre criminelle à la « force spéciale »

Accusés d’appartenir à une bande dénommée «force spéciale», les 11 éléments interpellés au lendemain de la manifestation interdite de l’opposition seront jugés devant la chambre criminelle de Dakar, indique rewmi.

Inculpés au terme de leur garde à vue, ils ont été placés sous mandat de dépôt pour «complot contre l’autorité de l’Etat, actes de nature à occasionner des troubles politiques graves, association de malfaiteurs en vue d’organiser des bandes en leur fournissant des armes, munitions, dans le but de s’attaquer à la force publique, détention et transport de produits et substances incendiaires en vue de compromettre la sécurité publique et détention illégale d’arme à feu». Ils sont accusés d’avoir l’intention de semer un trouble à l’ordre public le 17 juin dernier, jour de la manifestation interdite de Yewwi askan wi. Il s’agit de Pape Ousmane Seck, Bouna Ba, Madické Diop, François Mancabou, Babacar Ndao, Abdoulaye Ndiaye, Assane Dramé, Mor Guèye, Ibrahima Diédhiou et Abdoul Aziz Niang. Un mandat d’arrêt international a été lancé contre sept autres.

3- Plages : 110 cas de noyade et 89 décès signalés entre janvier à juillet

La mer tue autant que les routes. Chaque année, entre 250 et 275 personnes meurent noyées alors qu’entre 400 et 500 individus perdent la vie dans des accidents de la circulation.

Dans la période de janvier au 12 juillet dernier, il a été enregistré 89 décès sur 110 cas de noyade signalés. C’est une hécatombe. Colonel Papa Michel Diatta, du Groupement des sapeurs-pompiers, rappelle que les plages interdites aux baignades enregistrent plus de victimes. Même si le pays a connu une chute du nombre de décès en 2021, la raison est liée à la survenue de la pandémie du Covid-19, qui avait entraîné l’interdiction des plages dans le cadre du train de mesures prises pour limiter la propagation du virus. Mais, cette parenthèse est refermée, car les plages commencent à être prises d’assaut. Le 27 juin dernier, rappelle Cl Diatta, deux interventions ont été effectuées par les sapeurs-pompiers. Au Lac Rose, 6 élèves ont perdu la vie dont 3 corps repêchés sur place, 2 corps ont été retrouvés à la plage de Malibu et 1 à la plage de l’Apix. A en croire Colonel Papa Michel Diatta, les jeunes sont évidemment les plus touchés par ce drame.
Aujourd’hui, le pays veut arriver à zéro cas de noyade. C’est dans ce sens qu’un groupe de travail a été mis en place par la Direction de la protection civile, logée au ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique. Ce travail «inclusif» a permis de parvenir à la signature d’un Protocole d’accord et de partenariat. Lequel a fait hier l’objet d’une revue, notamment les questions qui concernent les baignades et le classement des plages. Par exemple, les plages interdites vont être balisées afin de pouvoir assurer de la présence effective des sapeurs-pompiers et l’accompagnement des différentes collectivités territoriales concernées pour minimiser ou éradiquer tout risque de cas de noyade dans les plages. «Nous aurons trois catégories de plage. La première concerne les plages où la baignade est autorisée. La deuxième concerne celles où la baignade est interdite et la troisième où il y aura des zones aménagées, balisées, surveillées, pour permettre une plus grande efficacité dans notre action», précise Antoine Diome, ministre de l’Intérieur. ( Avec Rewmi).

4- Covid-19 : Hausse des cas positifs, ce mercredi 13 juillet

À DÉCOUVRIR

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a fait le point sur la situation journalière de l’évolution de la Covid-19 au Sénégal, ce mercredi 13 juillet 2022.

Sur 808 tests réalisés, le Sénégal a enregistré 53 nouveaux cas de coronavirus, dont 00 contact et 53 communautaires.

23 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris.

Aucun cas grave n’est pris en charge dans les services de réanimation des hôpitaux.

Aucun cas de décès n’a été enregistré le mardi 12 juillet 2022. L’état de santé des autres patients reste stable.

A ce jour 86.594 cas ont été déclarés positifs, dont 84.517 guéris, 1 968 décès et 108 sous traitement. 1 493 952 personnes ont été vaccinées au Sénégal.

5- Sonko-Emballo : Adji Sarr au menu de la rencontre

Le Quotidien est formel : au menu de la rencontre à Dakar entre Ousmane Sonko et le président de Guinée-Bissau, Umaru Cissoko Emballo, il y avait «les questions de politique intérieure bissau-guinéenne», mais aussi «la situation personnelle du leader de Yewwi Askan Wi (YAW)».

Selon Seneweb, « Le Quotidien » affirme que Sonko demande précisément à Emballo de passer par Macky Sall pour lui permettre d’obtenir un non-lieu dans l’affaire de la plainte de Adji Sarr, la masseuse qui l’accuse de viols et menaces de mort. Dans sa requête au sujet de cette affaire, le leader de Pastef aurait intégré Khady Ndiaye, la patronne de l’institut Sweet Beauty, où se seraient déroulés les faits de viols présumés. Sonko voudrait en outre, selon toujours Le Quotidien, obtenir la libération de tous les membres de son parti placés en ce moment en détention. En contrepartie, indique le journal, le maire de Ziguinchor se serait engagé à convaincre Domingos Simoes Pereira d’apaiser la tension politique en Guinée-Bissau, voire de s’exiler au Portugal ou dans un autre pays de son choix. Par ailleurs, selon le journal, Emballo aurait «religieusement écouté son interlocuteur», mais n’aurait pris aucun engagement allant dans le sens souhaité par ce dernier. Ce qui fait dire au journal Le Quotidien que la demande de Sonko a peu de chance d’être satisfaite.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.