Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 3 Juillet 2022

1- Session sur le Mali à Accra : Ce que Bamako attend de la CEDEAO et de l’UEMOA

Les chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest se réunissent à Accra au Ghana, ce dimanche 3 juillet, dans le cadre de la 61ème session ordinaire de l’organisation sous-régionale. Bamako a saisi l’opportunité de ces travaux pour faire part de ses attentes.

Depuis le 9 janvier 2022, la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest) a imposé des sanctions économiques contre le Mali. Après le coup d’État du 20 août 2020, qui a renversé le défunt Président Ibrahim Boubacar Keïta, la CEDEAO avait fixé à la junte malienne une période transitoire de 18 mois, à compter de septembre 2020. Le non-respect des engagements pris par Bamako, notamment celui d’organiser des élections le 27 février 2022, avait donc motivé les sanctions de l’institution. (Afrik.com)

2- Soudan : Les manifestants pro-démocratie face à la police

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Khartoum samedi, après qu’au moins neuf personnes ont été tuées jeudi lors de manifestations contre les généraux au pouvoir dans le pays.

Les groupes de protestataires réclamant le retour à un régime démocratique ont déclaré qu’ils organiseraient une campagne illimitée de sit-in et d’autres actions pacifiques en réponse à ces décès. Une vidéo de l’Associated Press montre un véhicule blindé de la police tirant des gaz lacrymogènes en direction des manifestants, qui ont utilisé des boucliers et jeté des pierres en représailles sur les véhicules. (Avec Africanews)

3- Mali : Bamako rejette toute intervention de l’Otan au Mali et lui rappelle sa responsabilité dans le chaos libyen

Alors que l’Otan soutient ne pas exclure une intervention au Mali, Bamako y a opposé un non catégorique. Selon les autorités maliennes, «l’expansion du terrorisme au Sahel est surtout liée à l’intervention de l’Otan en Libye dont nous payons encore les conséquences».

Si la situation au Mali «représentait une menace pour notre sécurité, nous le ferions», a déclaré José Manuel Albares, s’agissant d’une intervention dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le ministre espagnol des Affaires étrangères s’exprimait en marge du sommet de l’Otan qui se tenait à Madrid, en Espagne. Une sortie qui n’a pas été du goût du gouvernement de la Transition malienne, qui a convoqué l’Ambassadeur d’Espagne à Bamako pour lui demander des explications. (Avec Afrik.com)

4- Libye : Face à la crise économique, la colère des populations grandit

En Libye, la journée du vendredi 1er juillet a été marquée par de nombreuses manifestations dans tout le pays, un phénomène nouveau car les divisions sont nombreuses et les problématiques sont différentes en fonction des régions mais actuellement les difficultés économiques affectent la grande majorité de la population.

Les longues coupures d’électricité qui peuvent durer entre 12 et 18 heures par jour, la hausse des prix des denrées… la colère est donc vive contre les acteurs politiques mais également contre les élites qui accaparent des pans entiers de l’économie. (Avec RFI)

5- Afrique : La jeunesse unie contre les violences de genre

Un véritable succès, pour la 10e Conférence africaine sur la santé et les droits sexuels, qui vient de s’achever à Freetown en Sierra Leone ce vendredi. L’événement de 5 jours a réuni plus de 900 participants, activistes, universitaires mais aussi décideurs politiques venus de plus de 41 pays. Selon les Nations unies, l’Afrique possède la population la plus jeune du monde, 70 % sont âgés de moins de 30 ans.

La conférence a servi de plateforme à 350 jeunes qui ensemble ont travaillé à un manifeste sur les questions relatives aux violences sexuelles et basées sur le genre. (Avec Africanews)

6- Congo-B : Un candidat du parti au pouvoir exclu des législatives pour propos «tribalistes»

Le candidat Léonidas Motom quarantenaire du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) qui se présentait aux législatives du 10 juillet a été exclu de la course électorale à cause des propos jugés « tribalistes et rétrogrades » par sa propre formation politique. Il se présentait dans la deuxième circonscription de Ouesso, au nord du Congo-Brazzaville.

Dans une vidéo diffusée depuis le début de la semaine sur les réseaux sociaux, Léonidas Motom, candidat investi par le PCT, a présenté sa circonscription comme celle qui ne peut être gérée que par un membre du PCT et surtout un natif, lors d’un meeting de campagne. Suite à ses propos, Guy-Georges Mbaka, ministre en charge de l’organisation des élections, a fait retirer sa candidature. (Avec RFI)

7- Le pape exhorte la RDC et le Soudan du Sud à « tourner la page »

Le pape François a exhorté samedi le peuple et les dirigeants de la République démocratique du Congo et du Soudan du sud à « tourner une page » et à forger de nouvelles voies de réconciliation, de paix et de développement.

François a diffusé un message vidéo le jour où il aurait dû entamer un pèlerinage d’une semaine dans les deux pays africains. François a dû annuler le voyage en raison de douleurs au genou qui ont rendu la marche et la station debout difficiles. Dans son message, le pape se dit « très déçu » par la tournure des événements et promet de se rendre sur place « dès que possible« . Il a exhorté les populations des deux pays à ne pas se laisser voler l’espoir, malgré la violence, l’instabilité politique, l’exploitation et la pauvreté qui, selon lui, les font souffrir depuis si longtemps. (Avec Africanews)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.