Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 28 Juin 2022

1- Lac Rose : 4 candidats au Bfem meurent noyés, juste après leurs épreuves physiques

Une séance de baignade a viré, hier, au drame au lac Rose. En effet, tout juste après avoir subi les épreuves physiques, des candidats au Bfem avaient pris l’initiative daller se baigner.

Ainsi, ces élèves en classe de 3e se baignaient au niveau d’une plage non autorisée, selon une source de Seneweb. Malheureusement, quatre d’entre eux, dont une fille, ont été emportés par une houle. Suite à cette tragédie, les gendarmes de Niague ont rappliqué sur les lieux ainsi que les sapeurs-pompiers. Après d’intenses recherches, deux corps sans vie ont été découverts hier.

L’enquête ouverte par les hommes du commandant Dione suit son cours. D’après les même sources, un troisième corps aurait été retrouvé ce matin.

2- Tribunal de Ziguinchor : Le procès de Guy Marius Sagna et Cie a commencé

C’est sous forte surveillance policière et une pluie battante qu’a démarré le procès de Guy Marius Sagna et Coprévenus. Guy Marius Sagna et d’Amadou Cie ont été attraits à la barre ce mardi, du tribunal des flagrants délits de Ziguinchor. Selon Senenews qui donne l’information, l’activiste était le premier à faire face au juge, il a répondu à plusieurs questions du président du tribunal, du procureur et ses avocats de la défense. Guy Marius a indiqué qu’être héritiers de Cheikh Amadou Bamba, d’Aline Sitoé Diatta et tous les résistants sénégalais, c’est être résistant soi-même. Dit-il » j‘estimais devoir exercer mon droit à la résistance ».Selon Me Cheikh Koureissa Ba, avocat de la défense, le tribunal a ordonné la jonction de leur dossier avec ceux des autres prévenus.

Rappelons que Guy Marius Sagna était mis aux arrêts au lendemain de la marche interdite par le préfet de Ziguinchor, initiée par la coalition Yewwi Askan Wi du 17 juin dernier. Pour rappel, Ils sont poursuivis pour trouble à l’ordre public , participation à une manifestation interdite.

3- Chavirement d’une pirogue à Kafountine : Le bilan passe à 9 morts

Les recherches entreprises suite au chavirement au large de Kafountine, un village du Sénégal situé en Basse-Casamance, d’une pirogue contenant 150 migrants en partance pour l’Espagne donnent ses premiers résultats. Huit (8) nouveaux corps sans vie ont été retrouvés ce mardi matin, portant le bilan à 9 morts. 

À DÉCOUVRIR

Selon les informations relatées par la presse, « un incendie serait à l’origine de l’accident ». Dès les premières heures du drame, 82 rescapés avaient été décomptés et cinq candidats avaient été retrouvés avec des brûlures très graves. 

Les recherches se poursuivent. Selon la Rfm, une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances du sinistre.

4- Attaques contre le cortège du khalife de Ndiassane : 8 personnes déférées

Les 8 personnes arrêtées dans l’attaque du cortège du Khalife général de Ndiassane, Cheikhal Bécaye Kounta, ont été déférées hier au Parquet par la Brigade de la gendarmerie de Tivaouane, indique Senenews. Elles ont fait l’objet d’un retour de Parquet et seront à nouveau présentées devant le procureur de Thiès aujourd’hui. Ces personnes proches du maire de Cherif Lô, qui refusent l’arrêt du lotissement de Thiaoune Kounta demandé par le khalife de Ndiassane, avaient attaqué, à coups de pierres, jeudi dernier, le cortège du khalife en visite sur le site.

Il s’en était suivi de violents affrontements qui avaient occasionné des blessés, obligeant l’autorité religieuse de Ndiassane à demander l’intervention de la Brigade de gendarmerie de Tivaouane. d’après nos confrères, la cause de ces affrontements, n’est autre que le document du ministre de l’Urbanisme autorisant le maire de Cherif Lô à procéder au lotissement de Thiaoune Kounta, plus connu sous le nom de Thiaoune Mbambara.

5- Violence préélectorales : And Samm Jikko Yi demande à YAW de surseoir à la manif du mercredi 29 juin

And Samm Jikko Yi demande à la coalition Yewwi Askanwi de surseoir à la manifestation projetée du mercredi 29 juin 2022. En effet, le collectif pense qu’il faut de toute urgence prendre des mesures idoines pour prévenir la confrontation en vue et les conséquences désastreuses qui pourraient en découler.

Le collectif And Samm Jikko yi rapporte Senego, invite tous les acteurs de la scène politique à poser, hic et nunc, des actes indispensables à l’apaisement de la tension. A travers un communiqué, il exhorte le Président de la République garant de la stabilité sociale de prendre l’initiative en posant un acte aussi significatif que de libérer tous les détenus suite à la manifestation interdite du 17 juin 2022.

Pour le collectif, ces actes seront susceptibles de créer un climat propice à l’amorçage d’un dialogue qui demeure incontournable pour une solution durable à la crise politique. Mieux, And Samm Jikko est persuadé que le problème auquel le pays est confronté est essentiellement politique et c’est une solution de cet ordre qu’il faut lui trouver.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.