Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 24 Juin 2022

1- Tribunal de Pikine -Guédiawaye : Le procès de Ahmed Aïdara finalement renvoyé au 27 juin

Le Tribunal de Pikine Guédiawaye a finalement décidé de renvoyer le procès d’Ahmed Aïdara au 27 juin. La décision a été prise après la demande des avocats du Maire. Rappelons que plutôt, le parquet avait demandé le renvoi au 29 juin, jour de la manifestion de Yaw.

2- Senegal propre : Macky Sall veut doter Dakar d’une Corniche attractive pour le développement touristique et économique

Le Président de la République, Macky Sall, a effectué une visite jeudi, sur le chantier d’Aménagement de la Corniche Ouest de Dakar. Accompagné du ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, entre autres, le chef de l’Etat a fait savoir son souhait de doter Dakar d’une corniche attractive qui impulse le développement touristique et économique.

« Ce programme rentre dans le cadre du programme « Sénégal propre, Sénégal zéro bidonville » parce que nous devons moderniser le cadre de vie et je vois qu’avec ces aménagements on peut découvrir un autre visage de Dakar », a déclaré le Président Sall.

Toutefois, le chef de l’Etat a demandé à ses ministres à ce que « l’entretien puisse être pérenne, que les populations puissent durablement profiter de ces espaces ».

3- Appel lancé par un membre de la Cojer « à brûler Walafadjri » : Le Synpics annonce « une plainte au pénal »

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) s’indigne suite à la vidéo devenue virale dans laquelle un certain Talla Sylla, membre du Cojer (convergence des jeunes républicaines) appelle à brûler la télévision Walfadjri.

Ces propos « d’une extrême violence », constituent « une menace publique assumée à l’endroit de toute la presse sénégalaise », déclare l’organisation syndicale dans un communiqué. Bamba Kassé, secrétaire général du Synpics, invite la télévision visée à déposer « une plainte au pénal »

« Le Synpics se tient à disposition pour qu’une plainte au pénal soit déposée dans les plus brefs délais devant le procureur de la République », peut-on lire dans leur note rendue publique ce jeudi.

À DÉCOUVRIR

Ainsi la « direction de Walfadjri est invitée à se rapprocher pour se faire de l’avocat du Synpics, Me Mouhamadou Bamba Cissé ou du Secrétaire général du Synpics ».

Par ailleurs, le Synpics tient à préciser qu’: « il ne saurait être question que la presse serve d’exutoire aux frustrations politiques de quelque bord que ce soit ».

Il est convaincu que : « Les attaques physiques contre les médias (Tfm, Leraal, Dakar Buzz , Walf Tv) ne cesseront qu’avec l’ouverture de procédures judiciaires assumées contre les fossoyeurs de la liberté de presse ». (Avec PressAfrik)

4- Remous à Sen’Eau : sérieuse menace sur la fourniture d’eau

L’intersyndical des travailleurs de la Sen’Eau menace d’aller en grève dans les prochains jours. Un de ses membres, Omar Ba, a annoncé le dépôt d’un préavis, rapporte Seneweb.

«Cela fait suite à l’échec des tentatives de conciliation de la direction générale du travail et la sécurité, (matérialisé) par un procès-verbal signé le 20 juin 2022», informe le responsable syndical dans les colonnes de L’AS de ce vendredi. Les travailleurs de la Sen’Eau réclament une augmentation de 40% de leurs salaires. Ils exigent «la révision de la cotation des postes (et celle de) la grille salariale pour laquelle un protocole a été signé entre le ministère de l’Hydraulique et les organisations syndicales».

5- Violences pré-électorales : Des Imams et prédicateurs plaident pour le report des législatives

Les violences ayant engendré des morts, lors de la manifestation interdite de la Coalition Yewwi Askan Wi, du 17 juin dernier, a suscité la réaction des membres de la Ligue des Imams et prédicateurs du Sénégal (Lips). Selon PressAfrik qui donne l’information, ces autorités religieuses ont plaidé pour le report des élections législatives du 31 juillet.

« La Lips requiert de la part du président Macky Sall, le report des élections législatives dans le respect de la légalité constitutionnelle, et la réouverture urgente du dialogue politique de manière inclusive pour que des décisions d’un commun accord soient prises sur les questions majeures du processus électoral qui, si elles ne sont pas tranchées de manière consensuelle, peuvent entacher le processus, ternir notre démocratie et justifier des comportements aux conséquences désastreuses pour notre pays », a déclaré le Bureau national de ladite organisation.

Une demande que l’Imam Dame Ndiaye et ses collègues estiment avoir formulé, vu leur « rôle d’acteur averti de la société civile religieuse sénégalaise et les enjeux du moment, qui ne laissent personne indifférente ». Mais aussi, parce que, conscients « des risques que la situation politico-sociale pré-électorale fait planer sur la stabilité de notre pays ».

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.