Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 7 Mai 2022

1- Gambie : Poursuites contre Jammeh, pression sur le gouvernement gambien

Alors que le gouvernement gambien a jusqu’au 25 mai pour se prononcer sur les recommandations de poursuites contre l’ancien dirigeant Yahya Jammeh, des organisations de la société civile ont fait entendre leur avis en faveur d’un procès.

Cette semaine, le regroupement d’association de victimes, d’avocats ou de femmes ont donc publié leur propre livre blanc dans lequel sont posées des questions aux autorités de la Gambie. Ces interrogations concernent les conclusions d’une commission qui a enquêté sur les méfaits perpétrés par l’ex chef d’état entre juillet 1994 et janvier 2017. (Avec Africanews)

2- CEDEAO : Lutte contre le terrorisme, une réunion des chefs d’état-major sans le Mali

La réunion extraordinaire aura duré deux jours. Les chefs d’état-major des pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se sont retrouvés jeudi 5 et vendredi 6 mai à Accra. Leur mission : travailler au renforcement de la coopération entre États afin de lutter contre l’insécurité grandissante en Afrique de l’Ouest.

Malgré leur suspension des instances de la Cédéao, le Mali, le Burkina Faso et la Guinée avaient été conviés à ce rendez-vous. Au final, seul le représentant malien a fait défaut. « La contribution des uns et des autres a permis de prendre un nouvel élan dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a déclaré le général Francis Béhanzin, commissaire des Affaires politiques, paix et sécurité au sein de l’organisation sous-régionale, en clôture de ces travaux, sans donner plus de détails. (Avec RFI)

3- RDC : Après Vital Kamerhe, Daniel Shangalume provisoirement libre

Cinq mois après la mise en liberté provisoire de son oncle, Vital Kamerhe, Daniel Shangalume bénéficie de la même mesure. L’homme est sorti de la prison centrale de Makala, ce vendredi soir.

Daniel Shangalume, alias Massaro, neveu de Vital Kamerhe arrêté depuis mai 2020 dans le cadre de l’affaire travaux des 100 jours, respire à nouveau, à partir de ce vendredi 6 mai, l’air frais de la ville de Kinshasa en tant qu’homme libre. Quelques semaines après la mise en liberté de son oncle. Daniel Shangalume a, en effet, bénéficié d’une mise en liberté provisoire qui ne lui donne toutefois pas le droit de quitter Kinshasa. (Avec Afrik.com)

4- Burkina Faso : L’espoir s’amenuise pour les mineurs coincés sous terre

Le gouvernement burkinabè estime qu’il n’existe aucune « garantie » de pouvoir retrouver vivants huit mineurs coincés à plusieurs centaines de mètres sous terre depuis 20 jours dans une mine de zinc du Burkina Faso.

Depuis le 16 avril, huit mineurs – six Burkinabè, un Zambien et un Tanzanien – sont coincés dans une galerie souterraine de la mine de zinc de Perkoa, à une centaine de km à l’ouest de Ouagadougou, exploitée par la compagnie canadienne Trevali Mining.

Ils sont portés disparus à la suite d’une « inondation » provoquée par des pluies diluviennes, selon la compagnie minière. (Avec Africanews)

5- Maroc : Un membre présumé de l’EI arrêté en coordination avec le FBI

Au Maroc, un membre présumé de l’organisation État islamique a été appréhendé vendredi 6 mai à Berkane, dans le nord-est du pays. L’annonce a été faite par la police antiterroriste. Cette arrestation s’est faite en coordination avec le FBI. Selon Rabat, l’homme projetait de commettre des attentats terroristes sur le sol marocain. 

Cet ingénieur, qui opérait à Berkhane, gérait, selon le Bureau central d’investigations judiciaires, « sur une plateforme de communication, un groupe fermé aux objectifs et projets extrémistes, visant à enrôler et à embrigader des sympathisants ». (Avec RFI)

6- Guinée-Justice : Le FNDC refuse de lâcher Alpha Condé

Le FNDC vient de déposer auprès du procureur de nouvelles preuves incriminant l’ancien président guinéen dans l’affaire des manifestations contre le 3e mandat de l’ex-chef d’État. Ces nouvelles preuves contiennent des rapports d’ONG portant sur les crimes commis par le pouvoir d’Alpha Condé, des actes de décès de manifestants tués lors de la répression. « Nous restons actifs pour éviter à tout prix une impunité. Le dossier est complexe et les plaignants peuvent aider à la collecte des preuves », a fait savoir Me Vincent Brengarth, l’un des avocats du collectif. L’homme de loi a également fait savoir qu’ « avec l’ouverture d’une enquête par le procureur, des gens qui craignaient des représailles pourraient accepter de témoigner ». (Avec Afrique sur7)

7- Soudan : Un autre mort lors d’une manifestation contre les militaires

La victime, qui n’a pas été identifiée, a été « écrasée par un blindé appartenant aux forces (soutenant) le coup (d’État militaire du 25 octobre) lors d’une manifestation à Khartoum qui se dirigeait vers le palais présidentiel », a déclaré le Comité central des médecins du Soudan, un groupe indépendant prodémocratie.

Ce décès porte à 95 le nombre de personnes tuées dans la répression de ces manifestations, qui se tiennent régulièrement dans la capitale et d’autres villes depuis le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane. (Avec Africanews)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.