Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 15 Avril 2022

1- Fin du carême : les chrétiens démarrent les fêtes de Pâques en partageant le « ngalakh » avec leurs frères musulmans

Après deux années pour la communauté chrétienne sans célébrer la fête de Pâques, à cause de la pandémie de la Covid-19, cette année la donne a changé, puisque la communauté chrétienne compte bien renouer avec ses vieilles pratiques en commençant par la traditionnelle distribution du « ngalakh ».

Le ngalakh est un plat traditionnel à base de mil, de pâte d’arachide et de pain de singe. Mais c’est surtout un repas distribué aux voisins et amis sans distinction de confession religieuse à l’occasion des fêtes de Pâques. 

Historiquement cette solidarité et l’entente sociale qui existe entre musulmans et chrétiens au Sénégal est très saluée par toutes les autorités. Un interlocuteur nous explique : « Le partage du ngalakh est une tradition très importante pour nous autres chrétiens. C’est un acte de solidarité et d’entraide. Et c’est aussi le moyen de remercier nos voisins et nos amis musulmans qui ont partagé le mouton de Tabaski avec nous », témoigne un fervent catholique à dakaractu

2-Affaire sweet beauté : Les détails de la confrontation entre Adji Sarr et Ndèye Khady Ndiaye

Revenant sur les circonstances des viols répétés présumés, dans L’Obs, l’accusatrice de Sonko ajoute que pour un massage « complet », deux filles étaient mises à la disposition du leader de Pastef. Et, d’après toujours Adji Sarr, après un massage à quatre mains, Sonko faisait sortir l’autre fille pour abuser d’elle.

Ndèye Khady Ndiaye a démenti ces faits. Laissant entendre qu’Ousmane Sonko venait dans son salon juste pour soigner son dos. Interpellé par le Doyen des juges sur ses compétences en kinésithérapie, la patronne de Sweet Beauty admet n’avoir aucune formation en la matière. Mais, s’empresse-t-elle d’ajouter, elle a pu soigner les maux de dos du maire de Ziguinchor.

Dans tous les cas, Ndèye Khady Ndiaye affirme n’avoir jamais été informée de cas de viol dans son institut. Une déclaration qui a mis Adji Sarr dans tous ses états. La masseuse a martelé ses accusations et même accusé son ex-patronne d’adultère avec Ousmane Sonko, prenant comme témoins les autres masseuses de Sweet Beauty.

Adji Sarr ajoutera à l’endroit de Ndèye Khady Ndiaye : «Tu ne m’intéresses pas dans cette affaire. Je n’ai pas porté plainte contre toi. C’est Ousmane Sonko que j’attends pour une confrontation.»

Son avocat, Me El Hadji Diouf, essayera à son tour d’acculer la patronne de Sweet Beauty. La tension monte. Ndèye Khady Ndiaye s’emporte et traite ce dernier de violeur. Un violent incident d’audience survient, d’après L’Observateur.

Le même journal rapporte que les avocats de Ndèye Khady Ndiaye ont tenté à leur tour d’interpeller Adji Sarr par des questions. Mais cette dernière a refusé de leur répondre, réaffirmant son souhait d’être confrontée au plus vite à Ousmane Sonko.

3- Décès d’Astou Sokhna : la version des six sage-femmes incriminées

Les six sage-femmes et la gynécologue de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye, accusées de négligence ayant causé la mort d’Astou Sokhna, ont été entendues hier, jeudi, au niveau du commissariat central de Louga. Elles étaient de garde le jour du décès de la victime, qui était au terme de sa grossesse. Les mises en cause ont balayé les accusations de négligence et de non-assistance à personne en danger ayant entraîné la mort d’Astou Sokhna.

«Elles ont démonté pièce par pièce les accusations portées contre elles, renseigne, dans les colonnes de L’Observateur de ce vendredi, un syndicaliste venu soutenir ses collègues. Elles ont prouvé face aux enquêteurs qu’elles n’avaient pas fait preuve de négligence car après avoir reçu la dame Astou Sokhna, elles l’avaient mise en observation au poste opératoire situé en face de la salle d’accouchement. »

Le témoin ajoute : « Elles voulaient juste avoir un œil sur elle. La gynécologue veillait au grain, mais ce jour-là, elle était très débordée. Ensuite, elles ont démontré qu’elles travaillaient dans des conditions très difficiles.»

Les six sage-femmes et la gynécologue, qui était flanquée de son avocat, ne se sont donc pas confiées directement à la presse. Elles repassent devant les enquêteurs ce vendredi pour de nouvelles auditions, informe L’Observateur.

À DÉCOUVRIR

4-Assemblée nationale / Modification du Code électoral à 3 mois des élections : L’opposition dit niet !

Les députés sont en séance plénière, depuis 10 heures, ce vendredi, pour l’examen du Projet de loi n°04/2022 modifiant la loi n°2021-35 du 23 juillet 2021 portant Code électoral. Ce à moins de trois mois des élections législatives. 

Le projet , défendu devant les députés par le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, fait l’objet de vifs débats entre les députés de l’opposition et ceux de la majorité présidentielle. 

Pour rappel, la loi électorale au Sénégal, dans son article 2 de la Section 11 des élection, stipule: « Aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédent une élection, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ». (Pressafrik)

5-Sénégal-Egypte : Aliou Cissé, les lions, le Port et la Lonase doivent 102 millions à la fédération de football

La Fédération sénégalaise de football (FSF) fait les comptes du match Sénégal-Égypte, le barrage retour du Mondial 2022, organisé le 29 mars dernier au stade Abdoulaye-Wade de Diamniadio. La billetterie a rapporté 517 millions de francs CFA pour 48 116 places. Mais, l’instance n’a pas tout recouvré.

D’après Les Échos, la FSF court après 102 millions de francs CFA représentant la valeur de 5590 billets remis à deux de ses partenaires, la Lonase et le Port de Dakar, ainsi qu’aux joueurs et aux membres du staff technique de la sélection nationale.

Le journal renseigne que la Fédé entend envoyer des factures aux partenaires, mais compte déduire les sommes dues par les Lions et leur staff de leurs futures primes.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.