Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 11 Avril 2022

1- Louga : Ce qui s’est réellement passé dans l’affaire de la dame décédée à l’hôpital régional…

Rebondissement dans l’affaire de la femme enceinte, qui a perdu la vie à cause de la négligence du personnel de santé de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye de Louga

Jeudi dernier, Astou Sokhna est décédée dans l’indifférence totale à la maternité de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye de Louga. En effet, selon les informations de Libération, enceinte de 9 mois, elle s’est présentée avec son époux, à la maternité pour subir en urgence une césarienne, comme mentionnée dans son dossier médical. Mais, elle n’était pas « programmée ». Malheureusement, l’histoire vire au drame après une attente de 9 heures à 5 heures 30 du matin.

La version du mari et de la maman…

C’est quand son décès a été constaté par sa maman, qui avait rejoint par la suite son époux, que la sage- femme et les aide-soignants ont daigné… s’occuper d’elle. Pour étouffer ce crime, un certificat de décès, sans signature, qui évoque une mort naturelle, a été rédigé à la hâte. Modou, le mari de la défunte confie : « En 9 mois, ma femme n’a jamais raté un seul rendez-vous. Dans son dossier, il était mentionné qu’elle allait accoucher par césarienne parce qu’elle avait une complication par le passé. Jeudi, à part une perfusion, il n’y a rien qui a été fait pour elle. C’est vers 14 heures que sa mère est venue. A 23 heures, elle souffrait énormément mais la sage-femme de garde ne faisait que mettre son doigt dans son sexe.

Pourquoi faire ça à une femme qui doit accoucher par césarienne ? Vers 4 heures du matin, elle a dit qu’elle commençait à étouffer. On a appelé la sage-femme qui est revenue faire la même chose encore avant de repartir. Elle nous a carrément dit que celui qui doit « programmer » Astou viendra vendredi. Quand Astou a commencé à hurler de douleur, elle lui dit : « Si tu n’arrêtes pas, je fais sortir ton mari et ta maman ». Astou lui a répondu, en se tordant de douleur, qu’elle ne pouvait pas attendre vendredi. Vers 5 heures du matin, elle ne respirait presque plus. Je l’ai soulevée. Vers 5 heures 30, elle semblait dormir. Je suis sorti de la chambre alors pour prier. C’est en ce moment que sa maman m’a bipé au téléphone. Je me suis dit «ça y est, elle est au bloc opératoire ». Quand je suis revenu, sa maman m’a dit qu’elle était décédée. La sage-femme et les aide-soignants n’étaient même pas au courant. On les a informés, ils sont venus constater le décès avant de repartir. Même la sonde qu’avait Astou, c’est moi qui l’ai enlevée. »

2- 30.000 signatures collectées à Dakar : Choqué, Macky demande à Amadou Ba et Cie de descendre sur le terrain

Le président Macky Sall n’est pas satisfait du nombre de signatures obtenues dans le département de Dakar. Les responsables de son parti lui ont présenté 30.000 signatures samedi lors d’une rencontre. Un résultat jugé peu par rapport aux autres localités.

Au cours de la réunion, Macky Sall s’est adressé à Amadou Ba : « Nous sommes à combien de signatures à Dakar » ? Celui-ci de répondre qu’ils sont à 30.000 signatures.

Considérant le rythme très lent par rapport aux autres localités comme Kaolack, le président Sall a rappelé aux responsables de Dakar que Kaolack a rendu plus de 100.000 signatures. Avant de lancer : « Faites bouger les lignes. Descendez sur le terrain et allez voir les Sénégalais. Dakar ne doit pas être en reste ».

Selon le président Sall, il faut donner les moyens de gagner Dakar comme ça a été le cas depuis 2012, Pour cela, il a invité tous les responsables à taire les querelles pour additionner leurs forces. « Je ne suis pas investi alors je sanctionne la liste, il faut cesser cette façon de raisonner. Donnons-nous la main pour aller chercher cette victoire », a déclaré M. Sall dans Les Echos repris par Pressafrik.

À DÉCOUVRIR

Evoquant le cas des nouveaux ralliements, il a souhaité que ces derniers soient accueillis comme il se doit. « Des personnalités politiques ont décidé e nous rejoindre, nous leur devons un accueil digne de ce nom. Nous devons les intégrer les recevoir à bras ouverts pour que ensemble, nous gagnions ces élections législatives ».

3- Pèlerinage à la Mecque 2022 : Ryad diminue le quota du Sénégal, une réduction de 30 à 50%

Le pèlerinage à la Mecque va enfin se tenir cette année (2022), après deux ans de pause due à la pandémie du coronavirus. Mais cette année, Ryad a décidé de diminuer le nombre de pèlerins à cause des risques liés au Covid-19, selon le ministère saoudien du Hajj. Ainsi, les quotas de tous les pays ont été ramenés entre 30 et 50%. Si une telle décision est appliquée, le Sénégal devrait envoyer entre 3 840 et 6 400 pèlerins.

Le Quotidien parcouru par Pressafrik, renseigne que les autorités sénégalaises semblent être dans l’incertitude alors que l’évènement approche à grands pas.

Pour rappel, en 2019, avant la suspension du Haj, la taille de la délégation sénégalaise aux Lieux saints était de 12 800 personnes.

4- Suspension des audiences au Tribunal du commerce de Dakar : Les juges réclament plus de 90 millions FCFA d’indemnités

Le Tribunal du commerce de Dakar va suspendre ses audiences, à partir de mardi. Le journal ‘’L’As’’ dans sa parution de ce lundi, informe que les juges consulaires réclament le paiement de leurs indemnités qu’ils n’ont pas perçues depuis mars 2018. C’est ainsi qu’ils ont décidé de rester les bras croisés jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

« Tous les états de gestion et de finance ont été établis, signés puis envoyés au ministère de la Justice pour liquidation en vue du paiement », souligne le coordonnateur du Collectif des juges consulaires du Tribunal du commerce de Dakar, Ousseynou Niang dans les colonnes du journal. Le journal indique que la facture due par l’État est estimée à 95,4 millions de F CFA.

Si les juges consulaires agissent ainsi, révèle le coordonnateur du collectif Ousseynou Niang, c’est parce qu’ils ont rencontré d’énormes difficultés pour percevoir leurs indemnités.

5- Bignona : L’armée contrôle les bases de Niombolong et Médiadia

L’armée a procédé ce dimanche à la publication des images des deux autres camps annexés par les Jambars en moins de 24 heures. Comme l’autre camp, ce sont des champs d’exploitation de stupéfiants ou de produits prohibés que les Jambars ont trouvé dans les bases arrières du MFDC à Niombolong et Médiadia dans la commune de Djibidione. La culture extensive et le trafic transfrontalier de chanvre indien y étaient les activités principales, rapporte exclusif.net.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.