Le Café qui réveille l'Info

Tension dans le secteur de la Santé : And Gueusseum sera reçu par le ministère des Finances mardi prochain

Les syndicats de la Santé, regroupés au sein de l’Asas/And Gueusseum, poursuivent leur plan d’actions. Ils exigent le respect des accords par le gouvernement et l’ouverture de négociations « sérieuses ». Après leur mouvement d’humeur de jeudi dernier, Mballo Dia Thiam et Cie seront reçus mardi prochain par le ministre des Finances.

Au moment où le Sénégal célèbre la Journée mondiale de la Santé, seules les urgences et le service minimum sont assurés dans certaines structures sanitaires. Parce que les syndicats affiliés à l’Alliance des syndicats autonomes de la santé (Asas/And Gueusseum), ont observé un mouvement d’humeur pour exiger du gouvernement le respect du protocole d’accord mais aussi, d’ouvrir des négociations «sérieuses» sur le système de rémunération.

C’est apparemment la volonté du gouvernement puisque, Mballo Dia Thiam lui-même a annoncé hier, que le ministère des Finances a convoqué And Gueusseum pour une rencontre, mardi prochain, à 12 h. Ces sit-in sont organisés sur toute l’étendue du territoire national de 9 h à 14 h.

Revenant sur le 3e plan d’actions d’And Gueusseum qui regroupe le Sutsas, le Sudtm, le Sat santé, D-Cnts santé, Sat/Cl, Mballo Dia Thiam explique :

« Il s’agit d’une présence massive mais aussi d’une présence négative afin d’extérioriser notre colère et d’externaliser notre plateforme revendicative, surtout les points concernant la signature du protocole. Mais aussi l’ouverture d’une négociation sérieuse sur le système de rémunération ».

Le président d’And Gueusseum d’ajouter : « Nous respecterons les urgences et le service minimum. Nous avons simplement des plans d’actions à décliner et c’est au gouvernement d’en tirer toutes les conséquences et de réagir, parce que c’est son rôle et son devoir aussi ».

Mballo Dia Thiam précise qu’en plus du sit-in du 7 avril, ce 3ème plan d’actions comprend aussi la rétention de l’information sanitaire, le boycott de toutes les rencontres de formation, de supervision, de contrôle et de coordination.

« Donc, c’est un package qu’on va évaluer samedi prochain. Et si le gouvernement ne réagit pas, nous allons poursuivre notre plan d’actions », a-t-il prévenu.

Bes Bi repris par Leral.net

Les commentaires sont fermés.