Le Café qui réveille l'Info

Grâce présidentielle des Thiantacounes : Les familles des victimes crie au scandale

Dans le cadre de la traditionnelle grâce présidentielle à la veille du 4 avril, 824 détenus ont été libérés. « Les bénéficiaires de cette mesure de clémence sont des délinquants primaires, des détenus présentant des gages de resocialisation ou âgés de plus de soixante-cinq (65) ans, des individus gravement malades et des mineurs », précise le communiqué du ministre de la Justice. Dans ce lot figure une dizaine de Thiantacounes sur les 16 condamnés en mai 2019 à des peines allant de 6 mois d’emprisonnement ferme à 15 ans de travaux forcés pour « meurtres avec actes de torture et de barbarie, association de malfaiteurs et inhumation illégale » dans l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam sur Bara Sow et Ababacar Diagne, le 22 avril 2012. Leur défunt guide, Cheikh Béthio Thioune avait écopé, lui, de 10 ans de travaux forcés pour « complicité de meurtre » et « non dénonciation de meurtre » par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour. Et à verser 100 millions de francs CFA à chacune des familles des victimes qui réclamait 3 milliards. Les parents « déçus » interpellent le Président Macky Sall.

Justement les parents de l’une des victimes du double meurtre de Médinatoul Salam ont mal accueilli cette grâce présidentielle. Et ils se sont confiés au correspondant de Emedia à Mbour, Mountaga Kane. « Je n’oublierai jamais ce drame qui a emporté mon mari. C’est vraiment très dur à supporter. Cela fait dix ans maintenant mais c’est comme si c’était hier et j’en souffre toujours. Quand j’ai appris que les bourreaux de mon mari ont été graciés, je n’en revenais pas car, compte tenu de la gravité des faits, quinze ans de prison m’avait parue insuffisants. On a vu des gens qui écopent de dix ans de prison pour un simple meurtre. Mais ici, il s’agit d’un double meurtre dans des conditions abjectes. Mon mari a été enterré vivant. C’est vrai que le président de la République a le pouvoir de gracier qui il veut mais nous lui demandons de penser à nous. Ababacar a laissé quatre orphelins qui ne comptaient que sur leur père », a confié la veuve d’Ababacar Diagne, Sokhna Kane.

« Je suis très déçue par cette grâce parce que j’estime qu’ils ne le méritent pas. Le chef de l’Etat n’a pas pensé à nous. Ce qui me fait le plus mal dans cette affaire est que l’un d’eux, Pape Malaka vit non loin de chez nous. Vraiment nous avons mal », a déploré la mère d’Ababacar Diagne, Ndèye Khady Fall. (Avec Xibaaru)

Les commentaires sont fermés.