Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 31 Mars 2022

1- Propos insultants contre les wolofs : La police aux trousses de Cherif Ibrahima Aidara localisé à Paris

Le parquet, qui s’est autosaisi après les propos irresponsables de Chérif Ibrahima Aïdara, a mis en branle la DSC.
 
Libération révélait, dans sa dernière livraison, que le parquet s’était autosaisi à la suite des propos scandaleux de Chérif Ibrahima Aïdara. Lors d’une sortie publique, ce dernier avait assimilé les membres de l’ethnie wolof à de vulgaires voleurs. Des déclarations qui ont provoqué le tollé même si le concerné a tenté de limiter les dégâts à travers des excuses. Selon toujours les informations de libération, le parquet a mis en branle la Division spéciale de cyber sécurité (DSC). Depuis mardi soir, les enquêteurs sont aux trousses de Chérif Ibrahima Aïdara qui a indiqué être hors du territoire national, plus particulièrement en France.
 
N’empêche, ce mercredi, l’administrateur de la chaîne digitale Cd TV, où les propos ont été tenus, a été interrogé par les policiers. Ce dernier, qui est par ailleurs proche de Chérif Ibrahima Aïdara, a confirmé que le marabout était en « voyage » en France. Il a été libéré après son audition. L’enquête suit son cours…

2- Sénégal vs Égypte : La FIFA ouvre une enquête, la fédération égyptienne demande à rejouer le match, la CAF compte sanctionner le Sénégal…

Selon des médias européens visités par Senego, la FIFA enquête sur le match de qualification pour la Coupe du monde 2022 entre le Sénégal et l’Égypte.

Les Pharaons accusent le Sénégal de racisme et de violence lors dudit match de qualification pour la Coupe du monde. Et comptent aussi présenter ce jeudi de nouvelles preuves contre le Sénégal.

La FIFA a reçu et analysé les rapports officiels du match entre le Sénégal et l’Égypte. Elle a transmis l’affaire à l’équipe disciplinaire compétente de l’organisation après avoir découvert que des lasers avaient été pointés sur le visage des joueurs égyptiens lors de la séance de tirs au but à la fin du match.

Cependant, selon le site égyptien Youm7.com, il existe déjà des « sanctions confirmées qui seront appliquées au Sénégal », à savoir des « amendes financières » et la « privation de supporters pour un certain nombre de matches » en raison des événements étayés par la Fédération en audio et vidéo et envoyés à la CAF.

À DÉCOUVRIR

La fédération égyptienne demande à rejouer le match de Dakar. Pendant ce temps, le Président de la FIFA, M. Gianni Infantino, a envoyé mercredi un message de félicitation au Président de la Fédération sénégalaise de football, Augustin Senghor.

3- Policière violée à Rufisque : Les deux prédateurs sexuels et le propriétaire du taxi-clando déférés

Les éléments du Commissariat urbain de Rufisque ont présenté, hier, devant le procureur du Tribunal de grande instance de la vieille ville, les deux auteurs du viol d’une policière et le propriétaire du taxi-clando dans lequel il s’adonnaient à leur sale besogne.

Un véhicule, rapporte le quotidien Les Échos, qui donne l’information dans sa parution de ce jeudi, que les prédateurs sexuels utilisaient pour commettre leurs viols collectifs et piéger leurs proies dont la dernière en date est l’agent féminin de la police.

Après le démantèlement du gang d’un genre particulier, les limiers se sont rendus, avant-hier, à Bambilor, où se trouve le quartier général de ces vagabonds sexuels, pour effectuer une perquisition dans le repaire des malfaiteurs.

D’après le journal, les mis en cause y entraînaient chaque fois leurs proies, sous la menace d’un couteau, avant de les violer à tour de rôle. Sur place, les policiers ont découvert des greffages, des slips, des « Jalgali » (ceintures de perles) et des bouteilles d’alcool vides.

Depuis que cette affaire a éclaté, les victimes, dont une mère de famille âgée de 62 ans, ont pris d’assaut la brigade de gendarmerie de Sangalkam, croyant que les monstres s’y trouvaient. Mais, à chaque fois, elles ont été orientées vers le commissariat urbain de Rufisque. Face aux enquêteurs, les malfrats ont avoué leurs nombreux forfaits. (Avec Seneweb)

4-Place de la Nation : la marche de « Y en marre » et Cie autorisée cet après-midi

La marche à l’initiative du mouvement « Y en marre » fixée ce jeudi 31 Mars 2022 a été autorisée par le Préfet de Dakar. Elle devrait débuter à 15 heures à la place de la Nation ex Obélisque pour finir devant les locaux de la RTS, selon Dakaractu.

5- Covid-19 : Il y a deux ans, le virus faisait de Pape Diouf la première victime officielle au Sénégal

« Le Sénégal enregistre son premier décès. Il s’agit de Pape Mababa Diouf. Décès survenu ce mardi 31 mars 2020 à l’hôpital de Fann. Le Ministère de la Santé et de l’Action sociale présente ses condoléances à sa famille et au peuple Sénégalais ».

Le pays de la Teranga apprend alors dans une relative angoisse la mort de la première victime officielle de ce qui sera identifié plus tard comme la catastrophe la plus ravageuse. C’était presque un mois après le premier cas détecté au Sénégal, le 2 mars 2020.

Le décès de l’ancien président de l’Olympique de Marseille (2005-2009) a été confirmé par la RTS, la chaîne de télévision publique du Sénégal. L’information a fait le tour de la toile et des médias du monde entier.

Hospitalisé à Dakar, Pape Diouf, devait être rapatrié le jour même de son décès vers un hôpital de Nice dans un avion sanitaire affrété par l’ambassade de France au Sénégal. Mais, l’avion n’a pas pu décoller et le dirigeant sportif est décédé sur le sol sénégalais. 

Son état s’étant dégradé, un peu avant, il devient ainsi la première victime officielle du Covid-19 au Sénégal. Des souvenirs que certains n’arrivent pas à effacer.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.