Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 26 Mars 2022

1- Sommet de la Cédéao : Sanctions maintenues contre le Mali, la Guinée et le Burkina sous pression

Les chefs d’États de la Cédéao étaient réunis à Accra au Ghana, vendredi 25 mars, pour un nouveau sommet extraordinaire à huis clos. Ils ont examiné la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, trois pays théâtres de coups d’État militaires. Les sanctions sont maintenues l’encontre du Mali, tandis que le Burkina Faso et la Guinée se voient fixés des ultimatums. « Nos valeurs démocratiques doivent être préservées », a déclaré Jean-Claude Kassi Brou. Le président de la Commission de la Cédéao s’est également exprimé au micro de Peter Sassou Dogbé, à l’issue du sommet extraordinaire vendredi. (Avec RFI)

2- RDC : L’armée inflige de lourdes pertes aux ADF

Des opérations militaires menées dans le territoire d’Irumu, en Ituri, ont permis à l’armée congolaise de frapper durement les ADF. Des rebelles tués, du matériel de guerre récupéré, voilà le bilan de ces opérations. Des opérations menées par l’armée congolaise, du mercredi 23 au vendredi 25 mars 2022, contre les ADF à Zunguluka, Kasoko, Mazobe, localités situées dans la chefferie de Walese-Vonkutu, en territoire d’Irumu, province de l’Ituri, ont permis d’infliger de lourdes pertes à ces rebelles ougandais. Selon le compte-rendu fait par le porte-parole de l’armée en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo, au moins 27 rebelles ADF ont été abattus, 10 blessés et 4 capturés. Du matériel militaire a également été récupéré chez les rebelles en débandade. Il s’agit de 10 armes dont un PKM, 8 bombes et plusieurs munitions. De même, trois « bastions décisifs » des rebelles sont tombés sous le contrôle des FARDC. (Avec Afrik.com)

 3- Zimbabwe : Des législatives partielles en forme de test pour l’opposition

On vote ce samedi 26 mars au Zimbabwe pour des législatives et locales partielles : 28 sièges parlementaires sur 270 sont à pourvoir. Cela fait deux ans que le scrutin aurait dû avoir lieu, mais il a été repoussé en raison de l’épidémie de Covid-19. Il s’agit d’une élection test, à moins d’un an d’un scrutin présidentiel. L’opposition appelle à la mobilisation face à la ZANU-PF, parti au pouvoir depuis l’indépendance. Malgré les promesses d’une « nouvelle démocratie » faites par le président Emmerson Mnangagwa, arrivé au pouvoir il y a 4 ans, la campagne électorale a été une fois de plus marquée par des intimidations et des violences envers l’opposition. Le mois dernier, 70 incidents ont été enregistrés par un groupe de surveillance pré-électoral, qui a également relevé de nombreuses irrégularités : la présence par exemple de plus de 3 200 électeurs âgés de plus de 100 ans sur les listes électorales. (Avec RFI)

4- Tunisie : Manifestation pour la libération d’un journaliste

Manifestation en Tunisie pour demander la libération d’un journaliste détenu pour avoir refusé de révéler ses sources aux autorités. Les manifestants se sont retrouvés devant le siège du syndicat des journalistes tunisiens (SNJT) dans la capitale, pour protester contre le gouvernement. Depuis la prise de pouvoir de Kaïs Saied, ils accusent les autorités de réprimer la presse. « Aujourd’hui, notre plus grande crainte est que nous puissions revenir à la situation d’avant 2011, dix ans que nous nous battons et nous continuerons à nous battre et à défendre les médias », a déclaré Amira Mohammed, vice-présidente du syndicat. (Avec Africanews)

5-Soudan : Les manifestants continuent à demander la libération des prisonniers politiques

Au Soudan, les manifestations contre le régime militaire se poursuivent. Une nouvelle est prévu ce samedi après-midi 26 mars à Khartoum. Les partis d’opposition demandent également la libération des détenus politiques. Selon l’opposition, 24 personnalités ont été arrêtées et sont toujours détenues. Parmi elles, Khalid Omer Yousif, secrétaire général du Congrès Soudanais. Il a été arrêté début février et est toujours incarcéré à la prison de Soba dans la banlieue de Khartoum, en toute illégalité, dénonce Mahdi Rabih, membre de sa formation politique. (Avec RFI)

6- RDC : Des lobbyistes américains à la rescousse de Tshisekedi

Tandis que ses rivaux tentent de plaider leur cause auprès de la Maison Blanche, le gouvernement congolais multiplie les contacts avec les lobbyistes américains. À moins de deux ans des élections, le bras de fer est déjà engagé outre-Atlantique. C’est presque devenu un rituel. Comme ils l’avaient fait à l’approche de l’élection présidentielle de 2018, les hommes politiques congolais multiplient les contacts avec les lobbyistes de Washington. Après l’opposant Martin Fayulu, qui, en janvier dernier, s’est offert les services du cabinet Future Pact LLC pour 17 500 dollars par mois, après Moïse Katumbi qui, depuis juin 2021, a signé avec trois cabinets (King & Spalding, le groupe DCI et Brownstein Hyatt) pour un montant total de 80 000 dollars par mois, l’administration Tshisekedi riposte. (Avec Jeune Afrique)

7- Cameroun : Nouveau renvoi dans l’affaire Amadou Vamoulké, emprisonné depuis cinq ans et demi

Au Cameroun, l’affaire Amadou Vamoulké continue de battre son propre record. Arrêté en juillet 2016, l’ancien directeur général de la radio télévision publique camerounaise CRTV est accusé d’avoir détourné de l’argent public dans deux dossiers distincts. Il dépasse désormais les cinq ans et demi de détention « provisoire ». Avec plus d’une centaine de renvois au compteur. Vendredi 25 mars, quatre journées d’audiences devant le Tribunal criminel spécial de Yaoundé se sont achevées par un nouveau renvoi au 11 avril. Maître Benjamin Chouai, un de ses avocats, est désespéré par la situation. (Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.