Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 23 Mars 2022

1- Casamance : 8 bases de Salif Sadio totalement détruites et occupées par l’Armée, (Dirpa)

Au total, neuf bases rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) ont été totalement détruites et occupées par l’armée sénégalais à la date du mardi 22 mars, selon un communiqué de la Direction de l’Information et des Relations publiques (DIRPA).Les Armées poursuivent leurs opérations de sécurisation avec la même détermination conformément à leur mission régalienne de préservation de l’intégrité du territoire national. A ce jour, les bases rebelles de “Bakingaye, Djilanfale, Guikess, Katama, Katinoro, Karounor, Tampindo /Kanfounda, et Younor“, sont déjà conquises, selon le document de la Dirpa. Plusieurs rebelles tués. Durant l’opération de démantèlement renseigne le communiqué, plusieurs rebelles ont été tués, dont certains dans leurs bunkers et d’autres ont pris la fuite, “abandonnant précipitamment une importante quantité d’armes et de munitions de guerre, des matériels divers et surtout des véhicules volés et gardés plusieurs années“, rapporte Senego.

2- Affaire Adji Sarr : Le mari de Ndeye Khady attendu aujourd’hui pour son audition

Ndeye Khady Ndiaye a été entendu hier Mardi dans l’affaire Adji Sarr – Ousmane Sonko par le juge d’instruction du huitième cabinet du Tribunal de Dakar. Une audition qui s’est terminée vers 18 heures après avoir démarré vers 10 heures, dans la matinée.
C’est vers 18 heures 40 minutes que la voiture qui conduisait la propriétaire du Salon Sweet Beauty, est sortie du tribunal Elle n’a pas effectué de déclaration. Idem pour son avocat. L’époux de la dame sera, lui, interrogé aujourd’hui informe Rewmi. Pour rappel, la patronne du salon Sweet Beatuy Ndèye Khady Ndiaye, est actuellement sous contrôle judiciaire. Elle est inculpée pour «incitation à la débauche, publication d’images contraires aux bonnes mœurs et complicité de viol».

3- Elections au Sénégal : L’UJTL exige le retour de Karim Wade

La Convention Régionale de l’Union des Jeunesses Travaillistes et Libérales de Sédhiou s’est réunie le Dimanche 20 Mars 2022 pour évaluer la participation des jeunes lors des dernières élections locales et dégager des perspectives pour les législatives à venir en exigeant le retour de Karim Wade.
Selon rewmi, l’UJTL Sédhiou se réjouit d’une manière générale de l’implication des jeunes dans le dispositif mais aussi de leur investiture dans beaucoup de communes de la région. Toutefois, elle a souligné un taux faible de jeunes investis sur les listes départementales. La Fédération a aussi profité de l’occasion pour apprécier les résultats encourageants des candidats jeunes et de recommander l’investiture des jeunes de la région sur la liste nationale lors des législatives. La Convention des jeunes de la région de Sédhiou exige le retour sans condition du Président Karim Meissa Wade, ainsi que sa réhabilitation comme l’a ordonné le Groupe de Travail des droits de l’Homme des Nations Unies. Les jeunes ont vilipendé la conduite arbitraire et les forfaitures du gouvernement du Sénégal qui, continue de braver les traités et conventions internationaux ratifiés par notre pays.

À DÉCOUVRIR

4- Affaire Fatima Dione : L’enquête relève que « le viol présumé est sorti tout droit de son imagination »

La brigade des mœurs de la Sûreté urbaine (Su) a transmis au procureur, la semaine dernière, les résultats de son enquête sur le viol présumé, qu’aurait subi Ndèye Fatima Dione , miss Sénégal 2020. Après trois mois d’enquête, les enquêteurs sont convaincus que le présumé viol est sorti tout droit de l’imagination de la présumé victime. Et ceci, selon Libération, a été formellement prouvé par le témoignage d’Alberta Diatta (miss Sénégal 2019), les contradictions de Ndèye Fatima Dione et des éléments techniques. Comment les policiers sont-ils arrivés à conclure que le viol présumé est le produit d’une imagination ? Avant « de disparaître », renseigne la même source, la présumé victime avait indiqué aux policiers que les faits en cause auraient eu lieu lors de la pose de la première pierre du Stade du Sénégal au Radisson de Diamniadio où logeait la délégation turque. Elle y était avec Alberta Diatta, miss Sénégal 2019 et Aminata badiane, présidente du comité d’organisation de miss Sénégal, rapporte PressAfrik.
Les images des caméras de surveillances, situées dans le hall et les couloirs de l’hôtel  réquisitionnées par les policiers, ont montré qu’aucun homme n’est entré ou sorti de la chambre dans laquelle dormait Fatima Dione. Interrogée, Alberta Diatta avait d’abord précisé que cette histoire de montre n’a jamais existé, de même que les propositions indécentes évoquées par la miss 2020. Elle avait qualifié le viol présumé « d’impossible ». Selon le journal, les policiers sont convaincus que Fatima Dione a eu un enfant à la suite d’un rapport consentis d’où sa disparition depuis qu’ils lui ont demandé l’acte de naissance de ce dernier ou le certificat d’accouchement.

5- Affaire Diop Iseg : Aissatou Seydi, sa deuxième épouse, envoyée en prison

L’ancienne épouse de Mamadou diop dit Diop Iseg, Aissatou Seydi a été placée en détention à la maison d’arrêt et de correction de Liberté 6, hier mardi par le juge du 8éme cabinet au non-respect des conditions de son contrôle judiciaire. L’affaire de la maison de Sicap Sacré Cœur opposant Mme Diop née Aïssatou Seydi à son époux, Mamadou Diop dit Diop Iseg, a connu une nouveauté. À en croire des sources judiciaires, l’ancienne directrice générale a rejoint la prison des femmes de Liberté 6. Elle a été cueillie par les gendarmes de la brigade de Recherche de Faidherbe à Dakar en exécution d’un mandat d’arrêt international décerné par le juge du 8e cabinet, indique PressAfrik. Alors qu’elle était attendue mardi, devant les gendarmes de cette même brigade de recherches qui devaient agir en “Délégation Judiciaire” pour “complément d’enquête”, les avocats de la dame se sont entendus à dire que “l’audition pouvait être repoussée à la semaine prochaine.”  Joint au téléphone par Libération, Me Ousmane Seydi, l’avocat d’Aissatou Seydi, est très amer :  » Je vais tenir un point de presse pour revenir amplement sur le fonctionnement de la justice dans cette affaire », dit-il. Pour rappel, M.Diop avait d’abord laissé entendre que “la villa en question lui appartenait.” Ensuite que “(son) épouse aurait volé son argent pour se payer cette maison ». Ces accusations n’ayant jamais prospéré, c’est sur sa plainte de “faux et usage de faux en écriture publique” qu’il a réussi à coincer celle qui a été, pendant plus de 22 ans, sa moitié. À noter aussi que le couple Diop est toujours marié et que le 8 mars dernier, à la demande d’Aïssatou Seydi, le tribunal devait se pencher sur la requête de divorce déposée par l’épouse. Mais, ni Diop Iseg ni ses avocats ne s’étaient présentés à l’audience.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.