Le Café qui réveille l'Info

Retour à Ndingler : Des terres confisquées, des greniers vides et des paysans exposés à la famine

Des nouvelles de Ndingler, près de deux ans après l’énorme tollé médiatique suscité par le conflit foncier ayant opposé le milliardaire sénégalais, propriétaire de la Sédima, Babacar Ngom, aux paysans de la localité. Un tour sur place a permis de constater que les populations de Ndingler campent toujours sur leur position. Devant une équipe de PressAfrik, elles ont réitéré leur détermination à reprendre leurs terres dont ils sont privés. Lasses de subir les conséquences de la rétention de leurs champs, ces populations qui voient leurs greniers se vider, craignent la famine et appellent l’Etat à rendre justice aux 12 000 âmes qui se réveillent tous les jours à Ndingler et qui vivent grâce à l’élevage, l’agriculture et le petit commerce.

Toujours aussi tranchant et sans langue de bois, le vieux Abdoulaye Dione, perçu par l’opinion comme le digne villageois incorruptible qui a repoussé les millions offerts par un milliardaire pour préserver l’intérêt de ses concitoyens, n’a pas mâché ses mots. Pour lui, si rien n’est fait, les populations de Ndingler vont mourir de faim d’ici peu.
« Il y aura la famine à Ndingler cette année »
« L’année passée, nous n’avons rien cultivé. L’hivernage n’a pas été du tout bonne. Tenez-vous bien, je vais vous dire une chose, il va y avoir de la famine ici à Ndingler cette année. Les champs auxquels nous espérons, nous ont été arrachés. Tout ça à cause de Babacar Ngom. Et voilà maintenant l’Etat à mis la main sur ces champs et nous n’avons plus où cultiver. Il y a des gendarmes qui sont là-bas. Nous avons attendu l’année passée espérant qu’on allait nous restituer nos terres, mais rien. Actuellement, nous sommes très fatigués. Cette année, il faut qu’on nous remette nos terres. Nous demandons de l’aide, nous demandons un soutien », a indiqué Abdoulaye Dione ex-chef du Village de Ndingler. Il est actuellement remplacé par son fils vu son âge.(Avec Pressafrik)

Les commentaires sont fermés.