Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 4 Mars 2022

1- Débaptisation de rues à Ziguinchor : Des internautes français s’indignent

Ousmane Sonko a rebaptisé cinq rues de Ziguinchor qui portaient, jusqu’à présent, des noms issus du passé colonial ou renvoyaient directement à des figures de l’impérialisme.

Cette décision, renseigne Les Échos dans sa parution de ce vendredi, fait l’objet de vives critiques au niveau de l’Hexagone. Des Français, qui n’ont pas du tout apprécié ce geste de Sonko, invitent le Sénégal, tant qu’il y est, à se départir de tout ce qui touche à l’héritage colonial de la France, Rapporte Seneweb.
D’autres, sans doute les plus radicaux, vont jusqu’à demander aux Sénégalais de se passer de la langue française. Voire même exiger la suppression pure et simple de toutes les aides publiques de la France au Sénégal. Il rembobine : «s’ils peuvent rapatrier leurs ressortissants qui vivent en France qui leur a tout donné, on serait quitte. La prochaine étape de leur émancipation, c’est de développer eux-mêmes leur pays plutôt que de venir chercher la bonne fortune en France.» Pour cet internaute français, «débaptiser une rue, c’est comme brûler un livre, comme effacer la mémoire». Toutefois, quelques rares Français approuvent la décision de Sonko.

Pour rappel, l’avenue du Capitaine-Javelier devient l’avenue du Tirailleur-Africain ; la rue du Lieutenant-Lemoine sera désormais l’axe Thiaroye-44 ; celle du Lieutenant-Truch est rebaptisée Séléki-1886 ; la rue de France cède la place à la rue de l’Union-Africaine et celle du Général-de-Gaulle se fera désormais appeler rue de la Paix.

2- Opposition vs Pouvoir : Le double jeu du PDS

OPPOSITION VS POUVOIR : Le double jeu du PDS

« Publiquement, le PDS réclame son appartenance à l’opposition. Mais, en sous-marin, les libéraux manœuvrent avec la mouvance présidentielle », constate Walf Quotidien dans sa parution du jour.

Les déclarations publiques et les actes posés sont dissemblables. Pour preuve, note ce journal, le soutien affiché de la coalition Wallu Sénégal au maire de Guédiawaye Ahmet Aïdara n’a pas eu d’effets. Lors du vote du bureau municipal, les conseillers de l’opposition (Wallu) ont voté massivement pour la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY), indique seneweb. Autre élément troublant, dans sa dernière sortie sur la Rfm, lors du « Grand du Jury », Doudou Wade a confié que « Wade et Macky n’ont jamais rompu le dialogue ».
Mieux, l’ex-président du Groupe parlementaire du PDS prône les retrouvailles libérales. Un appel du pied auquel le parti au pouvoir a répondu favorablement.(Seneweb)

3- Risque de révocation à la mairie de Dakar en cas de condamnation : Barth’ et Khalifa, même destin

Première décision majeure à la Mairie de Dakar : Barthélémy Dias nomme  Khalifa Sall
À DÉCOUVRIR

Barthélemy Dias marche sur les pas de son mentor, Khalifa Sall. En cas de condamnation en appel le 18 mai prochain, le maire de Dakar risque la révocation. Comme ce fut le cas pour Khalifa Sall, le 31 août 2018 dans le cadre du dossier de la caisse d’avance de la ville de Dakar.

« Quelle que soit votre décision, je resterai maire de Dakar »! Selon Seneweb, Cette déclaration va-t-en-guerre (devant la barre) du nouveau maire, Barthélemy Dias, qui vient juste de prendre ses quartiers à l’hôtel de ville de Dakar, cache mal une crainte. Celle de devoir débarrasser le plancher, remballer ses bagages aussitôt après les avoir installés. Son mandat de maire est désormais suspendu à la décision du juge mais aussi aux « désirs et volontés » d’un président de la République résolument engagé à « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». Si la cour d’appel suit le sévère réquisitoire du parquet général lequel a requis 5 ans de prison ferme dans ce procès en appel (alors que la condamnation en première instance était de 2 ans dont 6 mois ferme), le poulain de Khalifa Sall qui vient à peine de laver l’affront de son mentor en battant à plate couture le candidat de la majorité présidentielle (Abdoulaye Diouf Sarr), risque un scénario « Khaf’-bis ». Et les paris sont déjà ouverts quant à l’imminence d’un tel scénario!

4- Drame au Lycée Technique de Thiès : Un élève meurt subitement en plein de cours Eps

La mort a frappé de façon tragique au Lycée technique et professionnel Monseigneur François Xavier Ndione de Thiès, hier, jeudi, rapporte le journal l’AS.

Un élève a brutalement perdu la vie dans l’enceinte de l’établissement, à la suite d’un contact avec un camarade de classe. Il s’agit de l’élève Mor Talla Sy du département Génie civil, qui s’en est ainsi allé sur la pointe des pieds. Selon l’AS dans sa parution du jour, quand il s’est affalé, les secours ont été aussitôt alertés et les sapeurs-pompiers ont aussitôt débarqué, mais malheureusement, il a rendu l’âme.

5- Cour d’Appel de Tamba : Les juges en chômage technique

Cour d'appel de Tamba : Les juges en chômage technique - Senego.com

La Cour d’Appel de Tamba, malgré son inauguration en grande pompe, le 11 janvier dernier, n’est toujours pas fonctionnel. Les juges qui y sont affectés depuis le 22 novembre 2021, sont « payés à ne rien faire », confie une source, selon qui ils ont bouclé trois mois de « chômage technique et attendent toujours leur installation ».

« Plusieurs Cours d’Appel ont repris leurs activités depuis très longtemps. Ce n’est pas normal. Un fonctionnaire est payé pour servir l’Etat », déplore une source judiciaire à Walf. Lors de la dernière réunion du Conseil supérieur de la magistrature, le magistrat Waly Faye a été nommé premier président de la Cour d’Appel de Tambacounda. Le poste de procureur général près de ladite Cour était revenu à Djiby Bâ. L’ancien président de l’Union des magistrats sénégalais, Souleymane Téliko, dont l’affection avait suscité un débat, y a été nommé président de chambre. Il avait été remplacé à la Cour d’Appel de Thiès par le magistrat Madické Diop. Ce dernier officiait au Tribunal de Grande instance de Louga. Créée en 2015, cette Cour d’Appel dont le siège est à Tamba couvre les tribunaux de Grande instance de Tamba et Kédougou.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.