Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 27 Février 2022

1- Mali : Un 27 février sans élection

L’élection présidentielle malienne devait se tenir ce 27 février 2022. Assimi GoÏta a finalement décidé de la repousser, déclenchant un bras-de-fer avec la Cedeao et Paris. Retour en dix dates sur dix-huit mois de transition.

Ce dimanche 27 février aurait dû marquer le premier tour de l’élection présidentielle, comme cela était convenu entre Bamako et ses partenaires internationaux au lendemain de la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) en août 2020. Après un deuxième renversement de régime, le calendrier a changé et les relations diplomatiques entre le Mali, la France et la Cedeao n’ont cessé de se dégrader, débouchant sur des décisions importantes. Retour en dix dates sur un an et demi de transition.(Avec Jeune Afrique)

2- Tchad : Manifestation aux accents anti-français de la coalition d’opposition Wakit Tama

Au Tchad, la coalition Wakit-Tama appelle à des marches pacifiques |  Afrique | DW | 06.05.2021

Au Tchad, un millier de personnes ont défilé ce samedi pour réclamer plus de sécurité et de justice à l’appel de la coalition d’opposition Wakit Tama opposée au pouvoir. En plus des revendications locales, la marche a pris des accents anti-français.

Dès les premières heures de la matinée, les marcheurs arrivant par petit groupe ont commencé à occuper l’espace Fest’africa dans le 6e arrondissement de Ndjamena. En attendant le début de la manifestation, on chauffe l’ambiance.
Tout au long du trajet, un drapeau français a été traîné au sol. Tous les leaders qui ont pris la parole ont dénoncé le soutien de la France au gouvernement de transition en place dans le pays. C’est le cas du président du parti Les Démocrates, le professeur Avocksouma Djona : « Aujourd’hui, il faut que la France comprenne qu’en prenant le parti d’un parti, il n’arrange pas la situation du peuple tchadien. »

Des drapeaux de la Russie sont apparus dans la foule, faisant écho aux manifestations dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.(Avec RFI)

3- Guinée : Le gouvernement de transition joue la carte de la neutralité sur la guerre en Ukraine

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, en milieu de semaine, la Guinée a refusé de prendre position. Conakry affirme observer la situation et attendre pour se prononcer sur le conflit en cours. Elle joue pour l’instant la carte de la neutralité.

Venu rencontrer le ministre des Affaires Étrangères ce vendredi, Josep Coll, l’ambassadeur de l’Union européenne en Guinée a insisté : « Cette agression doit être condamnée ». Mais il n’a pas convaincu. Morissanda Kouyaté, le chef de la diplomatie guinéenne, lui, a préféré temporiser. Pas question pour son pays de se ranger d’un côté ou de l’autre.(Avec RFI)

4- Niger : Mohamed Bazoum libère des « terroristes » en vue d’ouvrir le dialogue

Entretien exclusif] Niger: le président élu Mohamed Bazoum demande aux  Français de maintenir leur dispositif aérien | Mali-Online

Le chef de l’État a annoncé la libération de plusieurs « terroristes » détenus au Niger, dont des membres de Boko Haram. Une première dans le pays.

« J’ai identifié neuf chefs terroristes. On m’a conseillé de libérer des prisonniers que j’ai directement reçus (après leur libération) au palais de la présidence parce que je cherche la paix », a déclaré le président nigérien, vendredi soir, lors d’une réunion sur la situation sécuritaire du pays, selon une retransmission samedi par la télévision nationale.
Cette annonce confirme une information de Jeune Afrique, qui annonçait, en amont de cette réunion, que les équipes de la présidence travaillent depuis plusieurs mois à engager des discussions avec plusieurs chefs jihadistes opérant dans la région frontalière de Tillabéri.(Avec Jeune Afrique)

5- Tunisie : La justice en garde à vue

Le président Kaïs Saïed persiste et signe. Après la fermeture du Parlement, il place la justice sous tutelle et s’attaque à la société civile.

Pour Kaïs Saïed, le pouvoir corrompt, il veut les supprimer tous, sauf le sien », explique un magistrat tunisien. Il se remémore une conversation avec celui qui n’était qu’enseignant de droit constitutionnel. « Le Parlement est un pouvoir, il faut donc le rayer ; le Conseil supérieur de la magistrature est un pouvoir indépendant, il le dissout ; les associations permettent à la société civile de lutter, il leur coupe le financement étranger, les dons de l’UE, de la France… » C’est ainsi que, en sept mois, celui qui psalmodie de Gaulle – « Je ne vais pas commencer une carrière de dictateur à soixante ans », répond-il à ceux qui s’inquiètent de son autocratie croissante – a minutieusement anéanti le pouvoir politique, amoindri le pouvoir judiciaire, vise désormais la société civile et…(Avec Le Point.fr)

6- Nigeria : Légers report des élections de 2023

La commission électorale au Nigeria a fixé une nouvelle date pour les élections générales de 2023, en raison du retard pris dans la modification d’une loi électorale.

Le président Muhammadu Buhari, qui quittera ses fonctions l’année prochaine après deux mandats de quatre ans, a signé la loi électorale modifiée vendredi, plus de sept mois après son adoption par le Sénat.
Les élections présidentielles et législatives devaient avoir lieu le 18 février 2023. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) devait publier un avis d’élection 360 jours avant le scrutin, mais elle n’a pas été en mesure de le faire avant l’approbation de la nouvelle loi électorale.(Avec Jeune Afrique)

7- Guinée-Bissau : Trois officiers limogés, un mois après la tentative de coup d’État

Guinée Bissau : Une tentative de putsch déjouée par l'état-major des armées.

En Guinée-Bissau, trois officiers supérieurs de l’armée bissau-guinéenne ont été relevés de leur fonction. C’est le premier changement au sommet de la hiérarchie militaire, après le coup d’État du 1er février.

Il s’agit du chef d’état-major adjoint, le général Mamadù Krumah Turé, du commandant en chef de la Marine, l’amiral Carlos Alfredo Mandugal, et du commandant de la Garde nationale, le colonel Sadio Cissé. Aucune explication officielle n’a encore été donnée à propos de cette décision.
Selon plusieurs observateurs, ce changement important à la tête de l’armée serait la conséquence logique de l’attitude des officiers en question lors de l’assaut du siège du gouvernement par des militaires et policiers dont certains sont encore en fuite.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.