Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 26 Février 2022

1- Négociations Etat – Syndicats d’enseignants : La bonne nouvelle !

Les élèves de l’enseignement public vont pouvoir reprendre les cours. Les négociations entre l’Etat et les syndicats ont, cette fois-ci, débouché sur la signature d’un protocole d’accord, informe Igfm.

Au bout d’une journée marathon de négociations, plusieurs syndicats d’enseignants, qui étaient en mouvement de grève, ont décidé de signer un protocole d’accord. Ce qui est une bien agréable nouvelle.

« Je tenais à saluer l’issue de cette rencontre qui a été sanctionnée par la signature d’un protocole d’accord entre  le gouvernement et la partie syndicale. Au total,  sur 7 des syndicats, les plus représentatifs durant la rencontre, les 5 ont déjà  accepté de signer le protocole d’accord », s’est réjoui Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Finances.

Le gouvernement et les syndicats se sont accordés à démarrer l’application des points du protocole d’accord dès le mois de mai. Et un comité de suivi a été mis en place.

2- Diplomatie : Le Général Jean Baptiste Tine annoncé chez Poutine jeudi prochain

Au moment où les Sénégalais établis dans cette partie du globe terrestre cherchent à s’éloigner des zones de conflits, le Général Jean Baptiste Tine fait ses bagages pour fouler le sol russe Nommé par le chef de l’Etat en Conseil des ministres du mercredi 3 novembre 2021, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Sénégal auprès de Son Excellence Vladimir Poutine, président de la Fédération de la Russie, son départ est prévu dans moins d’une semaine, informe l’Observateur repris par Pressafrik.

L’information qui fait le tour des rangs de la Gendarmerie, est confirmée par une source proche de l’ex-patron de la Gendarmerie nationale. « Il a reçu ses lettres de créances et doit normalement partir ce jeudi» assure notre interlocuteur Et ce n’est pas cette guerre entre la Russie et l’Ukraine qui va l’empêcher d’aller au cours des affrontements. «C’est un militaire, la guerre ne l’ébranle pas », répond le même interlocuteur face à l’interpellation par rapport aux probables risques courus. Un autre gradé de la gendarmerie appuie : « Oui, c’est vrai. Il y a quelques jours, j’ai appris qu’il devait rejoindre son poste dans moins de dix (10) jours. »

3- Baisse des prix : Les commerçants « déchirent » le décret de Macky

Les commerçants s’opposent au décret du chef de l’État portant baisse des prix de l’huile, du riz et du sucre.

« Pas un centime de moins sur les prix pour le moment », préviennent-ils.

Ils refusent d’appliquer les nouveaux tarifs, au motif que leur stock, payé à prix d’or, n’est pas encore épuisé.

À DÉCOUVRIR

Selon Source A parcouru par Seneweb, chez les détaillants comme chez les grossistes des marchés Castors, Hlm Grand-Yoff, Keur Massar, Liberté 6, la baisse n’est pas effective.

Les commerçant justifient leur refus de baisser les prix  au motif qu’ils se sont approvisionnés avant le décret présidentiel.

Ils acceptent la baisse à condition que leurs produits soient écoulés.

4- Affaire Wally Seck – Ndiaga Ndour : La société turque révèle toute la vérité

La société Audio Pole qui avait en charge la production de la cérémonie, a rétabli la vérité et a dédouané Ndiaga Ndour.

“La société de production de la cérémonie d’inauguration du Stade “Maitre Abdoulaye Wade” s’étonne que le nom de M. Ndiaga Ndour ait pu être cité sur la régie du spectacle », commence l’entité chargée de gérer la sonorisation de l’événement.

« Le technicien de la société Audio Pole en charge de la console son en régie, a fait une inversion dans la diffusion de 2 bandes son, celui de Fally Ipupa et de Wally Seck ainsi qu’une interruption de son lors de la prestation de Youssou Ndour. Cela a créé une malencontreuse confusion à la fin de la séquence dédiée aux artistes durant leur prestation lors de cette soirée historique, qui nous l’espérons, restera gravée dans toutes les mémoires », lit-on sur le communiqué parvenu à Leral.net.

A rappeler que la cérémonie d’inauguration du nouveau stade qui porte le nom de l’ancien locataire du Palais Abdoulaye Wade, s’est tenue le mardi 22 février 2022. Les artistes invités ont tous fait des prestations sauf Wally Seck et quelques autres artistes. D’aucuns ont ainsi parlé de sabotage orchestré par le frère de Youssou Ndour, Ndiaga.

5- Négociation Etat et le G7 / Abdou Faty du SELS/A : Pourquoi nous avons décidé de lever le mot d’ordre…

Contrairement au SAEMS et au CUSEMS, les cinq autres syndicats membres du G7 ont accepté de lever le mot d’ordre de grève. Ces syndicats ont accepté de signer le protocole de du 25 février 2022 par l’assurance de la société civile qui s’est portée garante de faire respecter par l’Etat ses engagements signés, renseigne Dakaractu. C’est Abdou Faty du SELS/A qui a parlé au nom de ces cinq syndicats signataires.

« Après 15 tours d’horloge, on a pu stabiliser quelque chose avec le gouvernement. Nous sommes seulement motivés par la stabilité de l’école. Après la tournée au niveau national on avait des impératifs, est-ce que les chiffres que le gouvernement a avancés par rapport au net à payer pour les enseignants étaient avérés ?. Mais le ministre des Finances devant la société civile l’a confirmé. 2e impératif, le ministre de l’éducation nationale devrait prendre date avec nous pour régler les questions aussi importantes que les arabes, les classes multigrades, la modification de l’arrêté du CEFE à savoir les textes et à savoir également les copies. 3e impératif et on a pris date pour le 3 mars et Madame le ministre de la fonction publique également s’est engagé pour le 4 mars à examiner avec nous les textes qui régissent nos camarades des questions fondamentales » explique Abdou Faty.

« nos préoccupations comme les lenteurs administratives on s’est donné rendez-vous pour que toutes les plateformes de dialogue du ministère de la fonction publique au ministère des Finances en passant par l’éducation que ces fonctions soient des plateformes, soient opérationnelles et que les lenteurs administratives puissent être un mauvais souvenir » liste Faty.

« Fort de cela et en constatant naturellement par rapport à la question sur l’écart consacré entre les PCMG et les instituteurs, il y a un petit effort, nous avons jugé nécessaire de signer ce protocole d’accord. De suspendre le mot d’ordre. Nous en toute responsabilité on avait des impératifs au-delà des aspects pécuniaires : les questions aussi importantes que les indemnités c’est la question des délais de rappel, la question des décisionnaires, la question de lenteur administrative en plus effectivement de la volonté de réduire les écarts. Les iniquités entre professeurs PCMG et instituteurs, un pas est fait. Nous avons jugé nécessaire que devant des garants on a mis sur pied pour la première fois un comité de suivi avec toute la société civile, les parents d’élèves et également toutes les personnalités qui s’occupent de l’éducation nationale, on a paraphé (les 5 syndicats), ce protocole d’accord. On a décidé de suspendre le mot d’ordre. On a poussé le gouvernement à affirmer devant tout le monde sa décision de respecter l’application du protocole » dira Faty.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.