Le Café qui réveille l'Info

Guerre en Ukraine : L’offensive sur Kiev a commencé, un immeuble civil touché

Trois jours après le début de l’invasion russe en Ukraine jeudi 24 février, le sort de Kiev semble ne plus tenir qu’à un fil. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est toujours dans la capitale. Pendant ce temps, des dizaines de milliers d’Ukrainiens ont fui vers les frontières.

Les points essentiels :

► Ce samedi, tous les regards sont tournés vers la capitale Kiev, où des combats sont en cours. Le chef de l’État ukrainien s’est dit « cible numéro un » de Moscou. La mobilisation générale a été décrétée côté ukrainien.

► Le bilan provisoire fait état de 198 civils tués et de 1 115 blessés. Des cohortes de déplacés, 100 000 selon l’ONU, sont sur les routes de l’Ukraine, et 50 000 personnes ont déjà fui le pays.

► Depuis le début de l’offensive, plusieurs trains de sanctions ont été successivement décidés par l’Union européenne, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada, ciblant le secteur bancaire, les importations technologiques et de nombreux proches du pouvoir. Elles visent désormais également le président russe Vladimir Poutine et son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov.

► Un sommet de l’Otan s’est tenu vendredi. « Nous déployons pour la première fois la Force de réaction au titre de la défense collective pour éviter des débordements sur le territoire de l’Alliance », a précisé Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, à l’issue de la rencontre. La France va déployer 500 hommes en Roumanie dans le cadre de l’Alliance.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

9h 27 : 198 civils ont été tués, dont trois enfants, et 1 115 ont été blessés depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, a déclaré Viktor Liachko, le ministre ukrainien de la Santé.

8h 57 : La Pologne refuse de jouer le match de qualification au Mondial contre la Russie.

8h 46 : Le régulateur russe ordonne à des médias de supprimer le terme « d’invasion », « offensive », « déclaration de guerre » de l’Ukraine. Officiellement, Moscou appelle son intervention en Ukraine une « opération militaire spéciale » destinée au « maintien de la paix ».

8h 44 : Les Pays-Bas déplacent leur ambassade d’Ukraine en Pologne.

8h 28 : L’immeuble touché par un missile se trouve dans un quartier à proximité de l’aéroport de Kiev-Zhulyany, un endroit stratégique, rapporte l’envoyé spécial sur place de la rédaction russe de RFI, Denis Strelkof. Des frappes ont été entendues toute la nuit dans les quartiers résidentiels de Kiev. Le centre est toujours sous le contrôle des forces ukrainiennes mais la situation est fragile.

8h 04 : Emmanuel Macron annonce convoquer un conseil de défense pour 17h, heure de Paris

7h 07 : Un grand immeuble résidentiel touché par un missile à Kiev entre les 18e et 21e étages, l’évacuation est en cours. « Kiev, notre splendide et paisible ville, a survécu à une autre nuit sous les attaques des forces terrestres russes et des missiles. L’un d’eux a frappé un immeuble résidentiel de Kiev. Je demande au monde d’isoler complétement la Russie, d’expulser les ambassadeurs, d’exercer un embargo sur le pétrole, de ruiner son économie. Arrêtez les criminels de guerre russes ! », a twitté le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

7h 04 : Selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, l’armée russe a pris « le contrôle total de la ville de Melitopol », dans le sud de l’Ukraine, non loin de la Crimée, péninsule annexée par la Russie en 2014. Toujours selon lui, au total, depuis le début de l’invasion, les forces russes affirment avoir détruit 821 infrastructures militaires, dont 14 aérodromes. 9h16 : Les forces britanniques contestent cette information. Le ministre britannique des Forces armées déclare, selon Reuters, que les colonnes blindées en route vers Kiev sont bloquées par la résistance ukrainienne.

7h 02 : « Cette guerre durera »et « il faut nous y préparer », a déclaré Emmanuel Macron depuis le salon de l’agriculture en France. « La guerre est revenue en Europe », a-t-il ajouté. Il prévoit des conséquences durables pour l’agriculture française.

(Avec RFI)

Les commentaires sont fermés.