Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 24 Février 2022

1- Conflit Ukraine -Russie : Des étudiants sénégalais basés en Ukraine dans la panique

L’offensive a été lancée dans la nuit de mercredi à jeudi. Le président Russe, Vladimir Poutine a annoncé le début d’attaques militaires sur le territoire ukrainien, assurant ne viser que des sites militaires. Cette situation a provoqué la panique et des embouteillages surtout dans les zones ciblées. Des étudiants sénégalais établis en Ukraine ne sont pas épargnés, indique PressAfrik.

« Nous sommes vraiment dans la panique. La ville où je suis (Lutsk) est frontalière à la Pologne, du coup c’est la ruée vers ce pays car chacun cherchent refuge avant que la situation ne devienne pire. Les banques, les pharmacies et supermarchés sont pris d’assaut », a confié A. Diallo, un étudiant sénégalais, contacté par PressAfrik.
Pour éviter de sortir en cette période compliquée, ces étudiants sont allés faire leurs achats dans les supermarchés afin de pouvoir s’approvisionner sur place. Les explosions qui ont eu lieu tôt ce matin ont fait trembler des bâtiments. Les gens fuient dans la panique et des embouteillages notées sur les routes. Pour le moment, l’Ukraine n’a pas encore répondu militairement, mais le gouvernement de décrété l’état d’urgence.
Dans une allocution cette nuit à la télévision nationale, le Président russe a proféré des menaces à l’encontre de toutes les grandes puissances qui tenteraient de s’interposer entre la Russie et l’Ukraine.

2- Grève dans le milieu scolaire : « Il faut virer la totalité de ces enseignants »,(Mamour Cissé)

Tuberculose : Bientôt Des Vaccins Pour Ado Et Adultes | Rewmi.com

Mamour Cissé, ne cache pas sa frustration face à la situation chaotique que vit l’école sénégalaise. Tellement frustré qu’il en arrive à une mesure extrême. Parce que d’après lui, l’Etat doit prendre son courage à deux mains et virer purement et simplement les enseignants.

« De 60 milliards, l’Etat est passé à 90 milliards et les enseignants font la fine bouche. Un Etat responsable doit en tirer toutes les conséquences. Il doit réunir les parents d’élèves et leur dire que s’il faut perdre cette année, on va y aller mais en virant tous les enseignants. Il faut virer la totalité de ces enseignants. Ce sont des politiciens », a déclaré le leader du Psd/Jant-bi.
Mieux encore, Mamour Cissé pense que les 90 milliards proposés par l’Etat aux enseignants pouvaient servir ailleurs. « Ils (les enseignants) travaillent de façon assidue dans les écoles privées. L’Etat doit être courageux. Il y a tellement de chômeurs qui voudraient être à leur place. Qu’on les vire ! Qu’ils ne se foutent pas de nous ! Ces 90 milliards pouvaient éradiquer la question des abris provisoires, et plus même », fulmine l’ancien ministre sur Seneweb.

3- Caution aux Législatives : Non-alignés, opposition et majorité sur le qui-vive

Caution aux Législatives : Non-alignés, opposition et majorité sur le qui- vive - Syndicalisme

Le ministre de l’Intérieur a convoqué une réunion, ce vendredi 25 février. C’est pour discuter de la fixation du montant de la caution pour les élections législatives. Si les non-alignés proposent une caution de 5 millions de FCfa, l’opposition est toujours en concertation. Pendant ce temps, la mouvance présidentielle attend vendredi, jour de la réunion, pour dévoiler sa proposition.
Le coordonnateur du pole des non-alignés demande au ministre de l’Intérieur d’être à l’écoute des acteurs politiques. “Notre attente, c’est que cette fois-ci, le ministre écoute bien les acteurs politiques et que le montant de la caution ne dépasse pas 5 millions de F Cfa dès l’instant qu’il y a un deuxième filtre qu’on appelle parrainage et qui est en vigueur en ce qui concerne les élections législatives“, a déclaré Déthié Faye sur Rfm, indique Senego.

À DÉCOUVRIR

Pour l’opposition, Salou Sarr de Yewwi Askan Wi : “On est en train de finaliser notre concertation pour nos proposition pour le vendredi. On sera là-bas avec une proposition concrète et argumentée.”
Par ailleurs, la majorité présidentielle a déjà fini les concertations. Toutefois, elle souhaite révéler sa proposition qu’à la réunion de ce vendredi. “En tant que majorité présidentielle, on y sera. On viendra avec des propositions…, a martelé Cheikh Sarr, plénipotentiaire de la majorité présidentielle.

4- Pikine : L’opposition dans la rue ce vendredi

Coalition de l'opposition - La psychose Macky : Les opposants craignent  d'être divisés par les manœuvres du pouvoir - Lequotidien - Journal  d'information Générale


L’opposition locale au niveau du département de Pikine compte descendre dans la rue, ce vendredi 25 février, pour dénoncer les irrégularités dans l’organisation du scrutin au niveau de certaines communes dont Pikine-Est, Pikine-Nord et à la Ville.

Composée de quatre coalitions (Wallu Sénégal, And Defar sà gox, Yewwi askan Wi et de Rewum Ngor), l’opposition veut marcher demain vendredi à Pikine. Senego qui donne l’information rapporte que les opposants dénoncent les «irrégularités» qui ont émaillé le scrutin du 23 janvier dernier et la victoire de Benno Bokk Yaakaar (Bby) aux élections municipales au niveau des communes de Pikine-Est, Pikine-Nord et à la ville de Pikine. Ils ont annoncé cette manifestation hier au cours d’une rencontre avec la presse au siège de Pastef à Pikine-Est.
La manifestation a été annoncée hier par les responsables de l’opposition au cours d’une conférence de presse. «L’opposition s’est aussi mobilisée ici à Pikine pour combattre l’injustice. Le combat doit être politique bien qu’on ait introduit un recours au niveau de la Cour d’appel. Car ce hold-up mûri ici à Pikine-Est, Pikine Nord et au niveau de la Ville de Pikine prouve que Benno Bokk Yaakaar (Bby) a bien mûri son coup. Il faut qu’on se mobilise pour faire face à cette injustice. Donc, nous marchons ce vendredi pour dénoncer les irrégularités notées dans ce scrutin et pour exiger la restauration de la volonté populaire des Pikinois», a soutenu le chargé de communication du Parti démocratique sénégalais (Pds), Mayoro Faye.

5- Kaolack : Le maire de Ndiébel en prison

Le candidat de la coalition Yewwi Askan Wi qui a été arrêté avant la tenue des scrutins du 23 janvier dernier, a été finalement élu maire dans la Commune de Ndiébel, dans le département de Kaolack.

Mais, précise, ‘’SourceA’’ qui donne la nouvelle dans sa livraison de ce jeudi et repris par Senegal7, ce dernier ne peut pas exercer sa fonction de maire, tant qu’il est derrière les barreaux. D’ailleurs, renseigne toujours nos confrères, une réunion s’est tenue hier entre les membres de la Coalition au niveau de Ndiébel pour trouver une solution au problème.
L’option, qui a été retenue est de choisir une autre personne pour diriger la Mairie. Le nouveau investi sera choisi sur l’une des listes : la majoritaire ou la proportionnelle. La rencontre de ce mercredi devait permettre d’avoir un consensus sur la question.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.