Le Café qui réveille l'Info

Nomination du Premier ministre : Les cas bloquants

Si des ministres défaits quittent le gouvernement, Benno bokk yaakaar risque de se fragiliser davantage par de nouvelles frustrations, à moins de 6 mois des Législatives. Devant une législature finissante, faire un remaniement ministériel ne semble pas être la meilleure manière de remobiliser les troupes pour le 31 juillet. Macky Sall est-il rattrapé par la réalité politique ?

«Ce sera après les élections locales. Ça n’a pas de sens de nommer un Premier ministre avant les Locales.» Lors de son entretien avec Rfi et France 24, le 9 décembre dernier, le Pré­sident Macky Sall accélérait le processus de retour du poste de Premier ministre. Une réforme qui a été adoptée en procédure d’urgence par l’Assemblée nationale le 10 décembre dernier. Le chef de l’Etat avait-il déjà un nom, relançaient les journalistes ? «Certainement, dans ma tête, oui», répondra-t-il, maintenant le suspense. De plus, après le scrutin du 23 janvier, la presse rapportait que lors du Conseil des ministres post-Locales, M. Sall a demandé aux ministres de préparer leurs dossiers. Deux mois près la restauration du poste de Premier ministre, le président de la République rechigne à mettre en place un nouveau gouvernement. Ses calculs ont-ils été faussés ?
Avec les défaites de certains pontes de l’Apr et des alliés, la tâche devient de plus en plus difficile pour Macky Sall. Annoncé comme potentiel chef de gouvernement, Amadou Ba a été affaibli par le revers de la coalition présidentielle à Da­kar. Amadou Hott non plus, n’a pas porté haut les couleurs de Benno à Yeumbeul Sud face à Bara Gaye. (Avec LeQuotidien)

Les commentaires sont fermés.