Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 12 Février 2022

1- Libye : Manifestation contre la nomination du nouveau Premier ministre

Des manifestants se sont rassemblés à Tripoli vendredi après que le Parlement, basé à l’est du pays, a nommé un nouveau premier ministre.

La nomination de l’ancien ministre de l’intérieur, Fathi Bashagha, à la tête d’un nouveau gouvernement provisoire, a ravivé les divisions dans ce pays déchiré par la guerre.

Dans la capitale libyenne, des manifestants ont exprimé leur opposition à la décision de remplacer Abdul Hamid Dbeibah au poste de premier ministre. Ils ont demandé la dissolution du parlement de la ville de Tobrouk, dans l’est du pays, qui l’a nommé.

Anticipant ce vote, M. Dbeibah a fait savoir à plusieurs reprises qu’il ne céderait le pouvoir qu’à un gouvernement sorti des urnes.

2- Mali : Ce que l’on sait de l’audio attribué à Alassane Ouattara et Boubou Cissé

Une conversation téléphonique non authentifiée, attribuée au président ivoirien et à l’ex-Premier ministre malien, agite la scène politique et judiciaire malienne. On y entend deux hommes échanger sur la position « intenable » du gouvernement de Bamako.

D’Abidjan à Bamako, un enregistrement audio de près de cinq minutes, dont il n’est pour l’heure pas possible d’affirmer l’authenticité, agite les cercles politiques. Il est présenté comme une conversation téléphonique entre le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, et le Malien Boubou Cissé, qui fut Premier ministre sous Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). L’échange aurait eu lieu peu avant le sommet de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) du 3 février.

Diffusé via la messagerie Whatsapp ce 11 février, l’audio laisse entendre deux hommes qui échangent sur les autorités maliennes de transition et la situation économique du pays. La discussion est d’abord chaleureuse, conformément à la relation d’amitié que l’on prête à Ouattara et Cissé, puis laisse place à une analyse sur la situation économique et politique malienne.(Avec Jeune Afrique)

3- Bénin : Le pays confronté à l’extension de la menace djihadiste sahélienne

Premières attaques djihadistes contre l′armée au Bénin | Afrique | DW |  02.12.2021

Neuf personnes, dont un ancien militaire français, ont été tuées dans un enchaînement d’actes terroristes meurtriers inédit.

Le Bénin va-t-il devoir repenser une partie de la stratégie de sécurisation de sa frontière nord, contiguë du Burkina Faso, assurée en partie par les rangers de l’ONG de conservation sud-africaine African Parks Network (APN) ? Mardi 8 février, neuf personnes ont été tuées, parmi lesquelles cinq gardes forestiers et « leur instructeur français », selon un communiqué de la présidence béninoise. Un massacre qui confirme la poussée de la menace djihadiste venue du Sahel et qui déborde dorénavant sur les pays riverains du golfe de Guinée.

Quel que fut le mode opératoire, le bilan humain est lourd : neuf morts (l’instructeur français, deux agents civils d’APN, cinq gardes forestiers, un élément des forces armées béninoises) et douze blessés. Soit l’enchaînement d’actes terroristes le plus meurtrier que le Bénin a connu.(Avec Le Monde.fr)

4- Mali : L’Allemagne envisage le retrait de ses troupes

Après le Danemark et la Suède, l’Allemagne envisage de retirer ses soldats du Mali, jugeant la présence du nouveau gouvernement de ce pays “inacceptable”.

Au sujet du bras de fer qui oppose Paris à Bamako, la fissure s’élargit au sein de la task force Takuba. Après avoir expulsé les troupes danoises et l’ambassadeur de la France au Mali, et l’annonce de la Suède de quitter ce pays, c’est désormais la présence des troupes allemandes qui est remise en cause. Les nouvelles autorités politiques allemandes se posent la question de la pertinence du maintien de leurs troupes. D’après une source qui cite la ministre allemande de la Défense, Christine Lambretcht, la présence des troupes de ce pays n’est plus à l’ordre du jour. « Je suis actuellement très sceptique sur la question de savoir si nous pouvons continuer à intervenir sur le terrain. Je n’ai pas l’impression que nous sommes les bienvenus », a-t-elle déclaré à la chaîne allemande ZDF. L’Allemagne dispose de 1 200 soldats déployés au Mali dans le cadre de la Minusma. Pour l’instant, Berlin n’a pas encore retiré ses troupes. Mais, si cela venait à se produire, ce serait un coup dur pour le président français, Emmanuel Macron, qui mise sur la force Takuba pour déployer des troupes européennes dans ce pays en vue de lutter contre le terrorisme.(Avec maliweb.net)

5- Soudan : Le ton monte entre le régime militaire et la communauté internationale

En Afrique, quand les militaires s'agrippent au pouvoir - Le Temps

Les pays de la troïka – Norvège, Royaume-Uni et Etats-Unis – auxquels se sont associés l’UE ont condamné l’arrestation cette semaine de trois figures de l’opposition. Dans un communiqué conjoint, ils ont jugé ces arrestations très préoccupantes. Et totalement incompatibles avec l’engagement pris par les autorités militaires de Khartoum : à savoir participer à un dialogue pour trouver une solution à la crise politique.  PUBLICITÉ

Khartoum estime que ces propos représentent « une ingérence flagrante » dans les affaires internes du Soudan. Et sont « contraire aux pratiques diplomatiques » a indiqué le ministère soudanais des Affaires étrangères, qui ajoute que les 3 personnalités arrêtées sont visées par des chefs d’inculpations.
Trois mois après le coup d’état d’octobre dernier et des centaines d’arrestations, le ton monte entre Khartoum et la communauté internationale.(Avec RFI)

6- Madagascar : 120 morts et des récoltes compromises après le passage du cyclone

Le bilan des morts à Madagascar, après le passage du cyclone Batsirai, s’est alourdi à 120 vendredi soir, près d’une semaine après sa traversée de l’île de l’océan Indien.

Une grande majorité de ces morts ont été recensés dans le seul district d’Ikongo (est), selon le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC).

Près de 125 000 personnes ont été sinistrées par les pluies diluviennes et les rafales de vent jusqu’à 165 km/h qui ont frappé d’abord la côté orientale dans la nuit du 5 au 6 février, avant de se déplacer dans les terres, faisant déborder les cours d’eau dans les rizières, ce qui a détruit les récoltes.

Madagascar, un des pays les plus pauvres de la planète, avait déjà été frappé fin janvier par la tempête tropicale Ana (55 morts) et une vaste zone dans le sud se débat depuis des mois avec une sécheresse qui engendre malnutrition aiguë et poches de famine.

Batsirai a quitté l’île lundi et les secours ont désormais réussi à atteindre la quasi totalité des zones sinistrées.(Avec AFP)

7- Ethiopie : L’ONU dénonce la situation des femmes dans les régions en guerre

Conflit au Tigré – Éthiopie: la numéro 2 de l'ONU dénonce l'«inimaginable»  | Tribune de Genève

La guerre civile et la famine qui sévissent dans le nord du pays ont des conséquences « inimaginables », selon la numéro 2 des Nations unies, qui réclame justice.

La secrétaire générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Amina Mohammed, n’a pas de mots assez durs pour qualifier la situation des femmes dans les régions d’Ethiopie en conflit. De retour d’un voyage dans le Tigré, l’Amhara, l’Afar et le Somali, la diplomate a dénoncé, vendredi 11 février, les horreurs qui leur sont infligées, et a réclamé justice.

« Les femmes éthiopiennes, au sens large, ont été touchées d’une manière inimaginable » et « dans vos pires cauchemars, vous ne pouvez pas imaginer ce qui est arrivé aux femmes en Ethiopie », a dit la numéro deux de l’ONU lors d’une conférence de presse, ajoutant avoir vu au cours de son séjour des victimes de « famine ».
« La justice doit être rendue et les responsabilités établies », a estimé la responsable, sans autre précision sur la manière dont les mises en cause pourraient être exercées, en Ethiopie ou par l’intermédiaire d’un mécanisme international.(Avec Le Monde.fr)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.