Le Café qui réveille l'Info

Sénégal : Les élèves investissent les rues et exigent le retour des enseignants dans les classes

Face au mutisme de l’Etat sur les revendications des enseignants en grève depuis bientôt quatre mois, les élèves de tous les établissements moyens et secondaires ont organisé, mercredi, une marche nationale à Mbour, Kaolack, Mbacké et Dakar pour exiger le retour de leurs professeurs dans les classes. Ce dans les «plus brefs délais» au risque, menacent-ils, de mettre en œuvre leur plan B.

Les élèves des collèges et lycées publics du Sénégal ont organisé, hier, une marche nationale pour exiger le retour de leurs professeurs dans les classes. Que ce soit à Dakar, Kaolack, Mbour et à Mbacké, entre autres villes, ils étaient tous dans la rue pour montrer leur mécontentement et exposer leurs doléances par rapport à la paralysie du système éducatif.

A les en croire, ils peinent à faire correctement les cours. Ce, depuis le début de l’année scolaire du fait de la grève des enseignants du Cusems, du Saemss et du Cusems Authentique. Ces syndicats dénoncent la non- application des accords de 2014 et 2018 signés avec le gouvernement. Ils ont déclenché des plans d’actions comprenant, en plus des grèves et des débrayages, un boycott de «toutes» les évaluations à l’école. Une situation qui n’enchante pas les apprenants qui ne aujourd’hui qu’à étudier pour ne pas subir une année blanche. C’est d’ailleurs cela l’inquiétude de la représentante du collectif des gouvernements scolaires de Dakar qui ne souhaite pas en arriver à une «année morte».

« Depuis décembre on n’a pas fait cours »
Elle se désole du fait que « depuis près de trois mois, on ne fait ni cours ni devoirs correctement. Nos professeurs ont même refusé de nous donner nos notes d’évaluation. On veut que cela cesse. On ne cherche pas à savoir qui a raison ou qui a tort dans ce différend qui oppose l’Etat aux syndicalistes. Nous ne sommes ni du côté des professeurs ni de celui du gouvernement. Tout ce que nous voulons, c’est étudier et réussir. Nous ne voulons pas passer avec une seule note pour tous les trimestres…Nous sommes à l’école pour acquérir du savoir, et non pas pour réussir sans avoir terminé nos pro- grammes », a-t-elle martelé avant que son camarade Mohamed Ndao, président du gouvernement scolaire du lycée de Saly, ne lui emboite le pas.

« Depuis décembre, on n’a pas fait cours. Chaque semaine, on ne fait qu’un ou deux jours de cours. Au moment où nos camarades du privé sont en train de faire leurs compositions, il y a des élèves du public qui n’ont pas encore fait un seul devoir d’évaluation. Ce n’est pas normal ! Le plus injuste dans tout cela, c’est que ce sont ces mêmes professeurs grévistes du public qui font correctement leurs cours au niveau du privé », s’est étranglé de rage Mohamed Ndao.

Il se félicite du fait que ses camarades ont exposé leurs doléances « en toute maturité sans casse ni heurts’’. Cependant, menace-t-il, si l’Etat persiste dans son mutisme, les potaches vont mettre en œuvre un autre plan d’actions. Confirmation de sa camarade : «On a un plan B. Cette marche, c’est notre plan A. Si la grève persiste, on sera obligé de mettre notre plan B «, a crié haut et fort la présidente du collectif des gouvernements scolaires des lycées publics de la région de Dakar qui refuse de «divulguer» ce plan. « On avait cru que l’Etat allait rapidement régler le problème parce que notre lycée, par exemple, est un établissement d’excellence. Et on ne veut pas que cette grève impacte sur ses performances. Depuis toujours, on a eu d’excellents résultats », a dit la jeune lycéenne avec responsabilité.

La même préoccupation a été exprimée par Fatou Mbengue, présidente du gouvernement scolaire du lycée de Demba Diop de Mbour.

(Avec Pressafrik)

Les commentaires sont fermés.