Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 22 Janvier 2022

1- Mauvaise gestion : Macky traque ministres et Dg véreux

L’IGE aux trousses des ministres, Dg… C’est du moins une révélation d’une source autorisée de Senego. D’après elle, le Président Macky Sall ne semble pas satisfait de la gestion de certains de ses collaborateurs. Aussi compte-t-il procéder à un remaniement après les Locales.

D’après notre source, le Président Macky aurait écrit un courrier assez salé à l’encontre de certains Dg, ministres, entre autres. Un courrier qu’il a adressé à tous les ministères pour application auprès de leurs tutelles où il aurait exigé que toute stratégie, tout budget, y compris les dépassements budgétaires, tout recrutement ou toute augmentation de salaire doit passer par lui. “Seul lui peut valider. Avant toute implémentation de nouveaux projets, ça doit passer par lui“, indique notre source. Et que le chef de l’Etat aurait donné instruction pour augmenter les contrôles au niveau des agences et des sociétés nationales…

A cet effet, l’Inspection générale d’Etat (IGE) est dans les starting-blocks. Après les locales, il se pourrait qu’on assiste à un remaniement. “Et s’il nomme la mauvaise personne au pétrole et à l’énergie, ça va être la cata”, craint notre source qui prédit la démission, dans les jours à venir d’un Dg d’une grande entreprise pétrolière, cité dans un scandale de marché de gré à gré de près de 200 milliards, passé par la Société africaine de raffinage (Sar).

2- Locales 2022 : 3149 listes en lice, 15 066 bureaux de vote, 250 000 primo-votants…

6.613.962 électeurs, dont 250000 primo-votants répartis dans 15.066 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire, iront aux urnes, ce dimanche 23 janvier 2022, pour départager les 3149 listes en compétition.

Il y a 166 listes pour les 43 départements et 44 listes dans les cinq villes (Dakar, Guédiawaye, Rufisque et Thiès) et 2939 listes dans les 552 communes, rapporte Le Soleil.

Près de 22 000 superviseurs et contrôleurs ont été mobilisés pour le vote. Le matériel de contrôle et de supervision est déjà envoyé sur le terrain. (Avec Seneweb)

3- Campagne électorale : Deux morts par accident dans le cortège de la coalition « And Liggey Sunu Gox »

Deux morts, plusieurs blessés graves dans le cortège de la coalition « And Liggey Sunu Gox », tel est le bilan recensé hier vers 00 heures dans un accident de circulation survenu sur la route nationale numéro 1 entre Goudiry et Boynguél Bamba.

En effet, d’après Rfm qui rapporte l’information, un mini-car en partance pour Tambacounda a gravement heurté une moto qui supportait deux jeunes de la coalition « And Liggey sunu Gox » dans le cadre de la clôture de la campagne électorale. 

À DÉCOUVRIR

Sur le champ, les deux jeunes qui étaient sur la moto ont trouvé la mort. De l’autre côté également plusieurs blessés graves ont été constatés et évacués au niveau de l’hôpital régional de Tambacounda.

Une campagne électorale qui a mal fini même si le candidat s’en est sorti sain et sauf.

4- La coalition Bby répond à l’opposition : « Il ne peut pas y avoir de fraudes électorales au Sénégal »

Au 14e et dernier jour de campagne électorale en direction du scrutin de ce dimanche, la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby) a fait face à la presse pour « rassurer » les Sénégalais que le vote se déroulera dans la paix, la sérénité et surtout dans la transparence, renseigne lesoleil.sn.

Répondant, en effet, aux accusations de fraudes portées par certains candidats, Me Ousmane Seye a indiqué que le Sénégal dispose de l’un des meilleurs systèmes électoraux. Et la transparence des élections, dit-il, se justifie par le fait que ce sont les médias qui publient en premier les résultats issus des urnes. « Il ne peut pas y avoir de fraudes électorales au Sénégal », a-t-il juré, soutenant, d’ailleurs, que « si l’opposition est certaine de constater qu’il y a des cas de fraudes, elle n’a qu’à saisir les juridictions compétentes avec des preuves concordantes ».

« Il n’y a jamais eu d’élections avec des contestations majeures. Depuis 2000, les Sénégalais votent librement le dimanche et le lendemain, tout le monde vaque tranquillement à ses occupations », renchérit Amadou Ba, coordonnateur national de la coalition présidentielle. Aminata Touré a, quant à elle, invité tous les acteurs politiques à une « concurrence saine » pour que la réputation démocratique du pays soit protégée. « Nous entendons depuis quelques jours des discours violents, mais il faut que nous rassurions les populations que les élections se passeront dans de très bonnes conditions. Il ne faut pas que ces types de discours fassent peur », a-t-elle notamment déclaré. Car, à l’en croire, « ce scrutin se passera dans la discipline et le calme et les meilleurs candidats gagneront ».

5- Les syndicats du Crédit mutuel du Sénégal partent en grève les 27, 28 et 29 janvier pour exiger le départ du DG

Selon l’union de plusieurs syndicats de la boîte, « La Commission Bancaire de l’UMOA a effectué une mission de vérification à l’Union des Caisses du Crédit Mutuel du Sénégal entre le 19 juillet 2021 et la mi-août 2021 suite aux très nombreuses dénonciations faites par les organisations syndicales sur la gestion des ressources et la gouvernance du CMS ». Mais, disent-ils, « Depuis la production de leur rapport, aucune décision n’est portée à la connaissance du personnel faisant ainsi craindre le spectre d’une potentielle impunité des dirigeants de l’UCCMS ».

 Selon ces syndicats, « suite à la production du rapport de la Commission Bancaire confirmant toutes les violations dénoncées par les syndicalistes, les mesures idoines doivent être prises pour préserver les ressources des 1.300.000 sociétaires clients de l’institution ».

C’est dans ce contexte que la délégation mixte regroupant les organisations syndicales du CMS (SDECMS et SNTMECAC / Section CMS) a décidé de manière concertée d’exiger la satisfaction de ses revendications légitimes qui sont évidemment toutes exclusivement professionnelles. 

« Nous procéderons à un arrêt total du travail sur tout le réseau du Crédit Mutuel du Sénégal les 27, 28 et 29 Janvier prochains, nous exigeons la destitution du DG Monsieur Amadou Jean-Jacques Diop et de toutes les personnes impliquées dans cette affaire.
Nous exigeons la nomination d’un DG par intérim qui sera chargé de reprendre le processus de recrutement d’un nouveau DG en toute transparence », lit-on dans le communiqué parvenu à PressAfrik.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.