Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Locales 2022 / Les candidatures féminines à l’heure des enjeux locaux : Enfin le déclic ?

Cela avait constitué une bouffée d’oxygène lorsqu’en 2010, l’Assemblée nationale sénégalaise a adopté le 14 mai une loi sur la parité homme-femme dans les fonctions électives.

Ainsi, il était question pour les prochaines élections nationales et locales, pour les deux sexes d’être représentés à part égale sur les listes de candidature. Pour ces élections à venir, plusieurs candidates ont manifesté leur désir de diriger la municipalité de leur localité.

Ainsi, les partis politiques ont tenu compte du respect des règles de la parité au moment où les femmes, voulant montrer leur leadership, participent massivement à ce rendez-vous avec les populations locales. 

Avec 98% des mairies du Sénégal occupées par les hommes, c’est une infime partie qui est donc sous la direction des femmes qui veulent occuper une bonne partie des instances de décision.

Le déclic peut être vu sous l’angle de cette prise de conscience de plusieurs femmes qui haussent le ton pour enfin voir le bout du tunnel. Il est vrai que certaines d’entre elles sont entrées en politique récemment. On peut citer la journaliste de la Rts, Nafissatou Diouf qui se présente à Rufisque, la directrice de la pharmacie nationale d’approvisionnement,

Annette Seck Ndiaye à Goudomp, Maïmouna Dièye, investie par la coalition Yewwi Askan Wi.  À Diarère, Thérèse Faye a encore mérité la confiance du président de Benno de même que Zahra Iyane Thiam à la commune de Sicap Liberté. 

Dans le département de Koungheul, la parlementaire Fanta Sall est en train de multiplier ses activités politiques pour gagner la confiance des populations locales. Ya  Fatou Diagne de Ngathie Nawdé, Soham El Wardini qui, malgré l’insistance de Barthélémy Dias, n’a pas baissé les bras.  

Mais au delà de cette envie de mettre en pratique leurs capacités à travers les dissidences notées dans certaines coalitions ou partis politiques, les femmes ont aussi haussé le ton via la plateforme dénommée caucus des femmes dirigée par la sociologue, Fatou Sow Sarr qui a même annoncé un recensement d’au moins 150 femmes que le mouvement a décidé d’investir à la candidature pour les prochaines locales. Ce qui veut simplement dire, que ces femmes, sur le terrain veulent donner de la couleur à leur acte. Le principe est clair pour ces femmes, non seulement soutenir leur projet, leur programme, mais aussi montrer aux hommes que la femme aussi est capable de se mettre sur la presque totalité des 557 communes pour diriger les administrés. Gèrent-elles mieux que les hommes?

Cette détermination à participer à ces élections réside également dans le-ras-le-bol des femmes à voir certains hommes politiques toujours au devant de la scène sans solutions majeures pour les populations locales.  Il est vrai que la compétence est un élément à prendre en compte mais du côté des hommes comme celui des femmes, cet aspect reste valable. À l’issue de ces échéances locales, il sera attendu une bonne représentativité des femmes dans plusieurs localités. Feront-elles la différence ? Utiliseront-elles les atouts paritaires ? 

Mystère et boule de gomme…

(Avec Dakaractu)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot